Recettes traditionnelles

La double pyramide guide les mangeurs vers des choix alimentaires sains et durables

La double pyramide guide les mangeurs vers des choix alimentaires sains et durables

La Double Pyramide, développée par le Barilla Center for Food & Nutrition (BCFN) en 2010, combine la pyramide alimentaire traditionnelle avec une pyramide environnementale supplémentaire pour représenter à la fois les impacts nutritionnels et environnementaux de la consommation alimentaire.

Sur la base d'indicateurs environnementaux, notamment les émissions de gaz à effet de serre et la consommation d'eau, la partie environnementale de la Double Pyramide est conçue pour présenter les impacts environnementaux associés aux différents groupes alimentaires. La section inférieure de la pyramide inversée représente des aliments ayant des impacts environnementaux mineurs, tels que les légumes et les fruits. Au fur et à mesure que la pyramide s'élargit, des aliments ayant une empreinte écologique plus importante sont présentés, tels que la viande, l'huile d'olive et le fromage. La viande rouge arrive en tête de la pyramide comme étant le produit alimentaire le plus gourmand en ressources et le plus impactant sur l'environnement. Une étude récente publiée dans le Actes de l'Académie nationale des sciences révèle qu'aux États-Unis, la production de bœuf nécessite 28 fois plus de terres à produire que le porc ou le poulet, 11 fois plus d'eau et génère cinq fois plus d'émissions de gaz à effet de serre.

La partie de la pyramide alimentaire de la Double Pyramide est basée sur la science nutritionnelle actuelle et représente visuellement les groupes d'aliments qui devraient être le plus consommés pour une alimentation saine et équilibrée. Alors que les pyramides alimentaires peuvent être simples et intuitives à comprendre pour le grand public, des pays comme les États-Unis ont tenté de moderniser leur approche nutritionnelle à la lumière de la flambée des taux d'obésité. En utilisant maintenant la directive diététique MyPlate, le département américain de l'Agriculture (USDA) espère que de meilleures habitudes alimentaires réduiront le taux actuel d'obésité aux États-Unis, qui s'élève à près de 35%.

BCFN souligne que, commodément, la Double Pyramide permet aux mangeurs de voir que «les aliments qu'il est conseillé de manger davantage sont aussi, généralement, ceux qui ont les impacts environnementaux les plus faibles. D'autre part, les aliments qu'il est conseillé de consommer moins sont aussi ceux qui ont un plus grand impact environnemental.

Cependant, il existe quelques exceptions notables. L'huile d'olive, appréciée pour ses graisses saines pour le cœur, occupe une place plus élevée dans la pyramide environnementale que dans la pyramide alimentaire. L'augmentation de la demande de produits a conduit à l'expansion rapide des oliveraies, ce qui a provoqué des pénuries d'eau et l'érosion des sols dans les régions méditerranéennes. Les consommateurs peuvent sauter de manière responsable en achetant des marques nationales et en utilisant des huiles plus appropriées pour différentes méthodes de cuisson. À l'inverse, les bonbons à base de farine et de sucre peuvent avoir une faible empreinte écologique, mais sont toujours mieux conservés pour le dessert.

La Double Pyramide réinvente la façon dont les mangeurs calculent les conséquences de leurs choix alimentaires. Alors que le système alimentaire moderne continue de faire des ravages sur l'environnement et que les mangeurs continuent de connaître des taux croissants d'obésité, la double pyramide peut être un outil pour préserver à la fois la santé de la planète et de ses habitants.


9 façons de manger pour une planète plus saine

Le système alimentaire est responsable de plus d'un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre, selon une étude récente publiée dans Nourriture naturelle.

Mais à chaque repas, les consommateurs ont la possibilité de prendre des décisions respectueuses du climat qui réduisent leur empreinte carbone. De l'alimentation saisonnière à l'adoption d'un régime végétal, Food Tank met en évidence neuf façons de bien manger et de protéger l'environnement.

Et rendez-vous à 14h. EDT le 28 avril pour la journée Stop Food Waste de Food Tank et Compass Group. Des chefs, des décideurs, des experts du système alimentaire et bien d'autres partageront des moyens efficaces pour que chacun puisse réduire les pertes et le gaspillage alimentaires et soutenir l'environnement. Apprenez-en plus et inscrivez-vous ici.

1. Mangez

Les meilleurs aliments sont ceux que nous ne gaspillons pas du tout. La plupart d'entre nous ne mangent que les fleurons de légumes comme le brocoli, mais les feuilles peuvent être savoureuses comme plat d'accompagnement au lieu d'épinards. Elles peuvent être rôties avec les fleurons ou sautées avec de l'huile d'olive, du sel et du poivre. Ou le chef Haile Thomas de The Happy Org suggère de faire du pesto avec presque tout ce qui fane dans votre réfrigérateur, y compris des légumes surprenants comme la laitue. Mélangé avec des noix ou des pignons de pin et de l'huile d'olive, le pesto de laitue peut être une délicieuse tartinade ou utilisé sur des pâtes. Vous pouvez entendre d'autres conseils comme celui-ci du groupe Compass et de l'événement Food Tank Stop Food Waste Day.

2. Connaissez votre agriculteur, connaissez votre nourriture

Les aliments cultivés localement et régionalement donnent aux consommateurs une chance de savoir qui cultive leur nourriture et les pratiques agricoles qu'ils utilisent. Parce que les choix alimentaires régionaux ne sont pas expédiés sur des centaines ou même des milliers de kilomètres, ils ont tendance à être plus délicieux. Ils ont l'avantage supplémentaire de contribuer à l'économie locale. N'oublions pas que les agriculteurs locaux et régionaux ont su pivoter pendant la pandémie et ont pu nourrir bon nombre d'entre nous.

3. Bonté éternelle

Les vivaces, celles qui n'ont pas besoin d'être plantées d'année en année comme les annuelles, présentent plusieurs avantages. Selon le Land Institute, les plantes vivaces ne nécessitent pas de labour annuel ou d'applications d'herbicides pour pousser, elles sont donc meilleures pour l'environnement. Les asperges, les raisins, les artichauts, la rhubarbe et les céréales comme Kernza sont de délicieuses façons d'incorporer des plantes vivaces dans vos repas et il y a même une bière à base de Kernza !

4. Manger de saison

La plupart d'entre nous sont habitués à manger ce que nous voulons à tout moment de l'année, que ce soit des fraises en novembre ou des myrtilles en février. Selon FoodPrint, les produits de saison ont généralement meilleur goût. Et ils disent que les aliments de saison peuvent être plus nutritifs que les aliments consommés hors saison.

5. Devenir centré sur les plantes

Du lundi sans viande au végétalien, de nombreuses campagnes encouragent les mangeurs à consommer moins ou pas de viande. Et même si devenir végétalien ou végétarien ne convient pas à tout le monde, il y a de nombreux avantages à manger moins quelques jours par semaine. Des chefs et des défenseurs comme Dan Barber préconisent depuis des années de faire des légumes le centre de nos assiettes avec de la viande utilisée avec parcimonie, davantage comme un condiment.

6. Soutenir les entreprises BIPOC, asiatiques et appartenant à des femmes

Ce n'est un secret pour personne que la pandémie a dévoilé de nombreuses vérités douloureuses sur les inégalités dans le système alimentaire. Il est maintenant temps de reconnaître les entreprises qui ont manqué de soutien et d'attention. Les guides d'Esquire, Vice et Spoon University peuvent expliquer aux mangeurs comment soutenir ces entreprises.

7. Éviter la grosse viande, les produits laitiers et les œufs

La double pyramide créée par le Barilla Center for Food & Nutrition souligne que les aliments qui sont les pires pour l'homme peuvent également nuire à la santé de la planète. Et les produits animaux industriels ne sont pas seulement en haut de la pyramide, mais ils ont un impact énorme sur les travailleurs, de ceux qui travaillent dans les fermes industrielles aux usines de transformation. La viande et les produits laitiers nourris à l'herbe et biologiques ont tendance à contenir plus d'oméga-3 et, encore une fois, peuvent soutenir les économies locales.

8. Abandonner les aliments ultra-transformés

Alors que beaucoup d'entre nous ont trouvé du réconfort dans les biscuits, les chips et d'autres aliments ultra-transformés au cours de la dernière année, ces aliments sont riches en graisses, en sodium et en sucre et pauvres en nutriments. Selon une étude récente en Réseau JAMA ouvert, ceux d'entre nous qui recevaient des commandes d'abris sur place gagnaient environ une demi-livre tous les 10 jours, soit environ deux livres par mois. Mais tous les aliments transformés ne sont pas mauvais : les aliments en conserve, en particulier ceux fabriqués à partir des produits de nos jardins, peuvent être un moyen sain et délicieux d'économiser les produits. Et la déshydratation et le séchage des herbes et des légumes peuvent faire durer nos récoltes longtemps.

9. Évadez-vous du culte du frais

Alors que les fruits et légumes frais sont nutritifs et délicieux, un achat trop zélé à l'épicerie ou au marché fermier peut signifier que beaucoup d'entre eux sont gaspillés. Les ventes d'aliments surgelés, y compris les légumes, ont grimpé en flèche pendant la pandémie - ils sont pratiques, faciles à utiliser, et parce qu'ils sont généralement récoltés et congelés à leur apogée, ils conservent leur valeur nutritionnelle.

Danielle Nierenberg est la présidente de Food Tank et une experte des questions d'agriculture et d'alimentation durables. Elle a beaucoup écrit sur le genre et la population, la propagation de l'agriculture industrielle dans les pays en développement et les innovations en matière d'agriculture durable.


9 façons de manger pour une planète plus saine

Le système alimentaire est responsable de plus d'un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre, selon une étude récente publiée dans Nourriture naturelle.

Mais à chaque repas, les consommateurs ont la possibilité de prendre des décisions respectueuses du climat qui réduisent leur empreinte carbone. De l'alimentation saisonnière à l'adoption d'un régime végétal, Food Tank met en évidence neuf façons de bien manger et de protéger l'environnement.

Et rendez-vous à 14h. EDT le 28 avril pour la journée Stop Food Waste de Food Tank et Compass Group. Des chefs, des décideurs, des experts du système alimentaire et bien d'autres partageront des moyens efficaces pour que chacun puisse réduire les pertes et le gaspillage alimentaires et soutenir l'environnement. Apprenez-en plus et inscrivez-vous ici.

1. Mangez

Les meilleurs aliments sont ceux que nous ne gaspillons pas du tout. La plupart d'entre nous ne mangent que les fleurons de légumes comme le brocoli, mais les feuilles peuvent être savoureuses comme plat d'accompagnement au lieu d'épinards. Elles peuvent être rôties avec les fleurons ou sautées avec de l'huile d'olive, du sel et du poivre. Ou le chef Haile Thomas de The Happy Org suggère de faire du pesto avec presque tout ce qui fane dans votre réfrigérateur, y compris des légumes surprenants comme la laitue. Mélangé avec des noix ou des pignons de pin et de l'huile d'olive, le pesto de laitue peut être une délicieuse tartinade ou utilisé sur des pâtes. Vous pouvez entendre d'autres conseils comme celui-ci du groupe Compass et de l'événement Food Tank Stop Food Waste Day.

2. Connaissez votre agriculteur, connaissez votre nourriture

Les aliments cultivés localement et régionalement donnent aux consommateurs une chance de savoir qui cultive leur nourriture et les pratiques agricoles qu'ils utilisent. Parce que les choix alimentaires régionaux ne sont pas expédiés sur des centaines ou même des milliers de kilomètres, ils ont tendance à être plus délicieux. Ils ont l'avantage supplémentaire de contribuer à l'économie locale. N'oublions pas que les agriculteurs locaux et régionaux ont su pivoter pendant la pandémie et ont pu nourrir bon nombre d'entre nous.

3. Bonté éternelle

Les vivaces, celles qui n'ont pas besoin d'être plantées d'année en année comme les annuelles, présentent plusieurs avantages. Selon le Land Institute, les plantes vivaces ne nécessitent pas de labour annuel ou d'applications d'herbicides pour pousser, elles sont donc meilleures pour l'environnement. Les asperges, les raisins, les artichauts, la rhubarbe et les céréales comme Kernza sont de délicieuses façons d'incorporer des plantes vivaces dans vos repas et il y a même une bière à base de Kernza !

4. Manger de saison

La plupart d'entre nous sont habitués à manger ce que nous voulons à tout moment de l'année, que ce soit des fraises en novembre ou des myrtilles en février. Selon FoodPrint, les produits de saison ont généralement meilleur goût. Et ils disent que les aliments de saison peuvent être plus nutritifs que les aliments consommés hors saison.

5. Devenir centré sur les plantes

Du lundi sans viande au végétalien, de nombreuses campagnes encouragent les mangeurs à consommer moins ou pas de viande. Et même si devenir végétalien ou végétarien ne convient pas à tout le monde, il y a de nombreux avantages à manger moins quelques jours par semaine. Des chefs et des défenseurs comme Dan Barber préconisent depuis des années de faire des légumes le centre de nos assiettes avec de la viande utilisée avec parcimonie, davantage comme un condiment.

6. Soutenir les entreprises BIPOC, asiatiques et appartenant à des femmes

Ce n'est un secret pour personne que la pandémie a dévoilé de nombreuses vérités douloureuses sur les inégalités dans le système alimentaire. Il est maintenant temps de reconnaître les entreprises qui ont manqué de soutien et d'attention. Les guides d'Esquire, Vice et Spoon University peuvent expliquer aux mangeurs comment soutenir ces entreprises.

7. Éviter la grosse viande, les produits laitiers et les œufs

La double pyramide créée par le Barilla Center for Food & Nutrition souligne que les aliments qui sont les pires pour l'homme peuvent également nuire à la santé de la planète. Et les produits animaux industriels ne sont pas seulement en haut de la pyramide, mais ils ont un impact énorme sur les travailleurs, de ceux qui travaillent dans les fermes industrielles aux usines de transformation. La viande et les produits laitiers nourris à l'herbe et biologiques ont tendance à contenir plus d'oméga-3 et, encore une fois, peuvent soutenir les économies locales.

8. Abandonner les aliments ultra-transformés

Alors que beaucoup d'entre nous ont trouvé du réconfort dans les biscuits, les chips et d'autres aliments ultra-transformés au cours de la dernière année, ces aliments sont riches en graisses, en sodium et en sucre et pauvres en nutriments. Selon une étude récente en Réseau JAMA ouvert, ceux d'entre nous qui recevaient des commandes d'abris sur place gagnaient environ une demi-livre tous les 10 jours, soit environ deux livres par mois. Mais tous les aliments transformés ne sont pas mauvais : les aliments en conserve, en particulier ceux fabriqués à partir des produits de nos jardins, peuvent être un moyen sain et délicieux d'économiser les produits. Et la déshydratation et le séchage des herbes et des légumes peuvent faire durer nos récoltes longtemps.

9. Évadez-vous du culte du frais

Alors que les fruits et légumes frais sont nutritifs et délicieux, un achat trop zélé à l'épicerie ou au marché fermier peut signifier que beaucoup d'entre eux sont gaspillés. Les ventes d'aliments surgelés, y compris les légumes, ont grimpé en flèche pendant la pandémie - ils sont pratiques, faciles à utiliser, et parce qu'ils sont généralement récoltés et congelés à leur apogée, ils conservent leur valeur nutritionnelle.

Danielle Nierenberg est la présidente de Food Tank et une experte des questions d'agriculture et d'alimentation durables. Elle a beaucoup écrit sur le genre et la population, la propagation de l'agriculture industrielle dans le monde en développement et les innovations en matière d'agriculture durable.


9 façons de manger pour une planète plus saine

Le système alimentaire est responsable de plus d'un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre, selon une étude récente publiée dans Nourriture naturelle.

Mais à chaque repas, les consommateurs ont la possibilité de prendre des décisions respectueuses du climat qui réduisent leur empreinte carbone. De l'alimentation saisonnière à l'adoption d'un régime végétal, Food Tank met en évidence neuf façons de bien manger et de protéger l'environnement.

Et rendez-vous à 14h. EDT le 28 avril pour la journée Stop Food Waste de Food Tank et Compass Group. Des chefs, des décideurs, des experts du système alimentaire et bien d'autres partageront des moyens efficaces pour que chacun puisse réduire les pertes et le gaspillage alimentaires et soutenir l'environnement. Apprenez-en plus et inscrivez-vous ici.

1. Mangez

Les meilleurs aliments sont ceux que nous ne gaspillons pas du tout. La plupart d'entre nous ne mangent que les fleurons de légumes comme le brocoli, mais les feuilles peuvent être savoureuses comme plat d'accompagnement au lieu d'épinards. Elles peuvent être rôties avec les fleurons ou sautées avec de l'huile d'olive, du sel et du poivre. Ou le chef Haile Thomas de The Happy Org suggère de faire du pesto avec presque tout ce qui fane dans votre réfrigérateur, y compris des légumes surprenants comme la laitue. Mélangé avec des noix ou des pignons de pin et de l'huile d'olive, le pesto de laitue peut être une délicieuse tartinade ou utilisé sur des pâtes. Vous pouvez entendre d'autres conseils comme celui-ci du groupe Compass et de l'événement Food Tank Stop Food Waste Day.

2. Connaissez votre agriculteur, connaissez votre nourriture

Les aliments cultivés localement et régionalement donnent aux consommateurs une chance de savoir qui cultive leur nourriture et les pratiques agricoles qu'ils utilisent. Parce que les choix alimentaires régionaux ne sont pas expédiés sur des centaines ou même des milliers de kilomètres, ils ont tendance à être plus délicieux. Ils ont l'avantage supplémentaire de contribuer à l'économie locale. N'oublions pas que les agriculteurs locaux et régionaux ont su pivoter pendant la pandémie et ont pu nourrir bon nombre d'entre nous.

3. Bonté éternelle

Les vivaces, celles qui n'ont pas besoin d'être plantées d'année en année comme les annuelles, présentent plusieurs avantages. Selon le Land Institute, les plantes vivaces ne nécessitent pas de labour annuel ou d'applications d'herbicides pour pousser, elles sont donc meilleures pour l'environnement. Les asperges, les raisins, les artichauts, la rhubarbe et les céréales comme Kernza sont de délicieuses façons d'incorporer des plantes vivaces dans vos repas et il y a même une bière à base de Kernza !

4. Manger de saison

La plupart d'entre nous sont habitués à manger ce que nous voulons à tout moment de l'année, que ce soit des fraises en novembre ou des myrtilles en février. Selon FoodPrint, les produits de saison ont généralement meilleur goût. Et ils disent que les aliments de saison peuvent être plus nutritifs que les aliments consommés hors saison.

5. Devenir centré sur les plantes

Du lundi sans viande au végétalien, de nombreuses campagnes encouragent les mangeurs à consommer moins ou pas de viande. Et bien que devenir végétalien ou végétarien ne soit pas pour tout le monde, il y a beaucoup d'avantages à manger moins manger quelques jours par semaine. Des chefs et des défenseurs comme Dan Barber préconisent depuis des années de faire des légumes le centre de nos assiettes avec de la viande utilisée avec parcimonie, davantage comme un condiment.

6. Soutenir les entreprises BIPOC, asiatiques et appartenant à des femmes

Ce n'est un secret pour personne que la pandémie a dévoilé de nombreuses vérités douloureuses sur les inégalités dans le système alimentaire. Il est maintenant temps de reconnaître les entreprises qui ont manqué de soutien et d'attention. Les guides d'Esquire, Vice et Spoon University peuvent expliquer aux mangeurs comment soutenir ces entreprises.

7. Éviter la grosse viande, les produits laitiers et les œufs

La double pyramide créée par le Barilla Center for Food & Nutrition souligne que les aliments qui sont les pires pour l'homme peuvent également nuire à la santé de la planète. Et les produits animaux industriels ne sont pas seulement en haut de la pyramide, mais ils ont un impact énorme sur les travailleurs, de ceux qui travaillent dans les fermes industrielles aux usines de transformation. La viande et les produits laitiers nourris à l'herbe et biologiques ont tendance à contenir plus d'oméga-3 et, encore une fois, peuvent soutenir les économies locales.

8. Abandonner les aliments ultra-transformés

Alors que beaucoup d'entre nous ont trouvé du réconfort dans les biscuits, les chips et d'autres aliments ultra-transformés au cours de la dernière année, ces aliments sont riches en graisses, en sodium et en sucre et pauvres en nutriments. Selon une étude récente en Réseau JAMA ouvert, ceux d'entre nous qui recevaient des commandes d'abris sur place gagnaient environ une demi-livre tous les 10 jours, soit environ deux livres par mois. Mais tous les aliments transformés ne sont pas mauvais : les aliments en conserve, en particulier ceux fabriqués à partir des produits de nos jardins, peuvent être un moyen sain et délicieux d'économiser les produits. Et la déshydratation et le séchage des herbes et des légumes peuvent faire durer nos récoltes longtemps.

9. Évadez-vous du culte du frais

Alors que les fruits et légumes frais sont nutritifs et délicieux, un achat trop zélé à l'épicerie ou au marché fermier peut signifier que beaucoup d'entre eux sont gaspillés. Les ventes d'aliments surgelés, y compris les légumes, ont grimpé en flèche pendant la pandémie - ils sont pratiques, faciles à utiliser, et parce qu'ils sont généralement récoltés et congelés à leur apogée, ils conservent leur valeur nutritionnelle.

Danielle Nierenberg est la présidente de Food Tank et une experte des questions d'agriculture et d'alimentation durables. Elle a beaucoup écrit sur le genre et la population, la propagation de l'agriculture industrielle dans les pays en développement et les innovations en matière d'agriculture durable.


9 façons de manger pour une planète plus saine

Le système alimentaire est responsable de plus d'un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre, selon une étude récente publiée dans Nourriture naturelle.

Mais à chaque repas, les consommateurs ont la possibilité de prendre des décisions respectueuses du climat qui réduisent leur empreinte carbone. De l'alimentation saisonnière à l'adoption d'un régime végétal, Food Tank met en évidence neuf façons de bien manger et de protéger l'environnement.

Et rendez-vous à 14h. EDT le 28 avril pour la journée Stop Food Waste de Food Tank et Compass Group. Des chefs, des décideurs, des experts du système alimentaire et bien d'autres partageront des moyens efficaces pour que chacun puisse réduire les pertes et le gaspillage alimentaires et soutenir l'environnement. Apprenez-en plus et inscrivez-vous ici.

1. Mangez

Les meilleurs aliments sont ceux que nous ne gaspillons pas du tout. La plupart d'entre nous ne mangent que les fleurons de légumes comme le brocoli, mais les feuilles peuvent être savoureuses comme plat d'accompagnement au lieu d'épinards. Elles peuvent être rôties avec les fleurons ou sautées avec de l'huile d'olive, du sel et du poivre. Ou le chef Haile Thomas de The Happy Org suggère de faire du pesto avec presque tout ce qui fane dans votre réfrigérateur, y compris des légumes surprenants comme la laitue. Mélangé avec des noix ou des pignons de pin et de l'huile d'olive, le pesto de laitue peut être une délicieuse tartinade ou utilisé sur des pâtes. Vous pouvez entendre d'autres conseils comme celui-ci du groupe Compass et de l'événement Food Tank Stop Food Waste Day.

2. Connaissez votre agriculteur, connaissez votre nourriture

Les aliments cultivés localement et régionalement donnent aux consommateurs une chance de savoir qui cultive leur nourriture et les pratiques agricoles qu'ils utilisent. Parce que les choix alimentaires régionaux ne sont pas expédiés sur des centaines ou même des milliers de kilomètres, ils ont tendance à être plus délicieux. Ils ont l'avantage supplémentaire de contribuer à l'économie locale. N'oublions pas que les agriculteurs locaux et régionaux ont pu pivoter pendant la pandémie et ont pu nourrir bon nombre d'entre nous.

3. Bonté éternelle

Les vivaces, celles qui n'ont pas besoin d'être plantées d'année en année comme les annuelles, présentent plusieurs avantages. Selon le Land Institute, les plantes vivaces ne nécessitent pas de labour annuel ou d'applications d'herbicides pour pousser, elles sont donc meilleures pour l'environnement. Les asperges, les raisins, les artichauts, la rhubarbe et les céréales comme Kernza sont de délicieuses façons d'incorporer des plantes vivaces dans vos repas et il y a même une bière à base de Kernza !

4. Manger de saison

La plupart d'entre nous sont habitués à manger ce que nous voulons à tout moment de l'année, que ce soit des fraises en novembre ou des myrtilles en février. Selon FoodPrint, les produits de saison ont généralement meilleur goût. Et ils disent que les aliments de saison peuvent être plus nutritifs que les aliments consommés hors saison.

5. Devenir centré sur les plantes

Du lundi sans viande au végétalien, de nombreuses campagnes encouragent les mangeurs à consommer moins ou pas de viande. Et bien que devenir végétalien ou végétarien ne soit pas pour tout le monde, il y a beaucoup d'avantages à manger moins manger quelques jours par semaine. Des chefs et des défenseurs comme Dan Barber préconisent depuis des années de faire des légumes le centre de nos assiettes avec de la viande utilisée avec parcimonie, davantage comme un condiment.

6. Soutenir les entreprises BIPOC, asiatiques et appartenant à des femmes

Ce n'est un secret pour personne que la pandémie a dévoilé de nombreuses vérités douloureuses sur les inégalités dans le système alimentaire. Il est maintenant temps de reconnaître les entreprises qui ont manqué de soutien et d'attention. Les guides d'Esquire, Vice et Spoon University peuvent expliquer aux mangeurs comment soutenir ces entreprises.

7. Éviter la grosse viande, les produits laitiers et les œufs

La double pyramide créée par le Barilla Center for Food & Nutrition souligne que les aliments qui sont les pires pour l'homme peuvent également nuire à la santé de la planète. Et les produits animaux industriels ne sont pas seulement en haut de la pyramide, mais ils ont un impact énorme sur les travailleurs, de ceux qui travaillent dans les fermes industrielles aux usines de transformation. La viande et les produits laitiers nourris à l'herbe et biologiques ont tendance à contenir plus d'oméga-3 et, encore une fois, peuvent soutenir les économies locales.

8. Abandonner les aliments ultra-transformés

Alors que beaucoup d'entre nous ont trouvé du réconfort dans les biscuits, les chips et d'autres aliments ultra-transformés au cours de la dernière année, ces aliments sont riches en graisses, en sodium et en sucre et pauvres en nutriments. Selon une étude récente en Réseau JAMA ouvert, ceux d'entre nous qui recevaient des commandes d'abris sur place gagnaient environ une demi-livre tous les 10 jours, soit environ deux livres par mois. Mais tous les aliments transformés ne sont pas mauvais : les aliments en conserve, en particulier ceux fabriqués à partir des produits de nos jardins, peuvent être un moyen sain et délicieux d'économiser les produits. Et la déshydratation et le séchage des herbes et des légumes peuvent faire durer nos récoltes longtemps.

9. Évadez-vous du culte du frais

Alors que les fruits et légumes frais sont nutritifs et délicieux, un achat trop zélé à l'épicerie ou au marché fermier peut signifier que beaucoup d'entre eux sont gaspillés. Les ventes d'aliments surgelés, y compris les légumes, ont grimpé en flèche pendant la pandémie - ils sont pratiques, faciles à utiliser, et parce qu'ils sont généralement récoltés et congelés à leur apogée, ils conservent leur valeur nutritionnelle.

Danielle Nierenberg est la présidente de Food Tank et une experte des questions d'agriculture et d'alimentation durables. Elle a beaucoup écrit sur le genre et la population, la propagation de l'agriculture industrielle dans le monde en développement et les innovations en matière d'agriculture durable.


9 façons de manger pour une planète plus saine

Le système alimentaire est responsable de plus d'un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre, selon une étude récente publiée dans Nourriture naturelle.

Mais à chaque repas, les consommateurs ont la possibilité de prendre des décisions respectueuses du climat qui réduisent leur empreinte carbone. De l'alimentation saisonnière à l'adoption d'un régime végétal, Food Tank met en évidence neuf façons de bien manger et de protéger l'environnement.

Et rendez-vous à 14h. EDT le 28 avril pour la journée Stop Food Waste de Food Tank et Compass Group. Des chefs, des décideurs, des experts du système alimentaire et bien d'autres partageront des moyens efficaces pour que chacun puisse réduire les pertes et le gaspillage alimentaires et soutenir l'environnement. Apprenez-en plus et inscrivez-vous ici.

1. Mangez

Les meilleurs aliments sont ceux que nous ne gaspillons pas du tout. La plupart d'entre nous ne mangent que les fleurons de légumes comme le brocoli, mais les feuilles peuvent être savoureuses comme plat d'accompagnement au lieu d'épinards. Elles peuvent être rôties avec les fleurons ou sautées avec de l'huile d'olive, du sel et du poivre. Ou le chef Haile Thomas de The Happy Org suggère de faire du pesto avec presque tout ce qui fane dans votre réfrigérateur, y compris des légumes surprenants comme la laitue. Mélangé avec des noix ou des pignons de pin et de l'huile d'olive, le pesto de laitue peut être une délicieuse tartinade ou utilisé sur des pâtes. Vous pouvez entendre d'autres conseils comme celui-ci du groupe Compass et de l'événement Food Tank Stop Food Waste Day.

2. Connaissez votre agriculteur, connaissez votre nourriture

Les aliments cultivés localement et régionalement donnent aux consommateurs une chance de savoir qui cultive leur nourriture et les pratiques agricoles qu'ils utilisent. Parce que les choix alimentaires régionaux ne sont pas expédiés sur des centaines ou même des milliers de kilomètres, ils ont tendance à être plus délicieux. Ils ont l'avantage supplémentaire de contribuer à l'économie locale. N'oublions pas que les agriculteurs locaux et régionaux ont su pivoter pendant la pandémie et ont pu nourrir bon nombre d'entre nous.

3. Bonté éternelle

Les vivaces, celles qui n'ont pas besoin d'être plantées d'année en année comme les annuelles, présentent plusieurs avantages. Selon le Land Institute, les plantes vivaces ne nécessitent pas de labour annuel ou d'applications d'herbicides pour pousser, elles sont donc meilleures pour l'environnement. Les asperges, les raisins, les artichauts, la rhubarbe et les céréales comme Kernza sont de délicieuses façons d'incorporer des plantes vivaces dans vos repas et il y a même une bière à base de Kernza !

4. Manger de saison

La plupart d'entre nous sont habitués à manger ce que nous voulons à tout moment de l'année, que ce soit des fraises en novembre ou des myrtilles en février. Selon FoodPrint, les produits de saison ont généralement meilleur goût. Et ils disent que les aliments de saison peuvent être plus nutritifs que les aliments consommés hors saison.

5. Devenir centré sur les plantes

Du lundi sans viande au végétalien, de nombreuses campagnes encouragent les mangeurs à consommer moins ou pas de viande. Et même si devenir végétalien ou végétarien ne convient pas à tout le monde, il y a de nombreux avantages à manger moins quelques jours par semaine. Des chefs et des défenseurs comme Dan Barber préconisent depuis des années de faire des légumes le centre de nos assiettes avec de la viande utilisée avec parcimonie, davantage comme un condiment.

6. Soutenir les entreprises BIPOC, asiatiques et appartenant à des femmes

Ce n'est un secret pour personne que la pandémie a dévoilé de nombreuses vérités douloureuses sur les inégalités dans le système alimentaire. Il est maintenant temps de reconnaître les entreprises qui ont manqué de soutien et d'attention. Les guides d'Esquire, Vice et Spoon University peuvent expliquer aux mangeurs comment soutenir ces entreprises.

7. Éviter la grosse viande, les produits laitiers et les œufs

La double pyramide créée par le Barilla Center for Food & Nutrition souligne que les aliments qui sont les pires pour l'homme peuvent également nuire à la santé de la planète. Et les produits animaux industriels ne sont pas seulement en haut de la pyramide, mais ils ont un impact énorme sur les travailleurs, de ceux qui travaillent dans les fermes industrielles aux usines de transformation. La viande et les produits laitiers nourris à l'herbe et biologiques ont tendance à contenir plus d'oméga-3 et, encore une fois, peuvent soutenir les économies locales.

8. Abandonner les aliments ultra-transformés

Alors que beaucoup d'entre nous ont trouvé du réconfort dans les biscuits, les chips et d'autres aliments ultra-transformés au cours de la dernière année, ces aliments sont riches en graisses, en sodium et en sucre et pauvres en nutriments. Selon une étude récente en Réseau JAMA ouvert, ceux d'entre nous qui recevaient des commandes d'abris sur place gagnaient environ une demi-livre tous les 10 jours, soit environ deux livres par mois. Mais tous les aliments transformés ne sont pas mauvais : les aliments en conserve, en particulier ceux fabriqués à partir des produits de nos jardins, peuvent être un moyen sain et délicieux d'économiser les produits. Et la déshydratation et le séchage des herbes et des légumes peuvent faire durer nos récoltes longtemps.

9. Évadez-vous du culte du frais

Alors que les fruits et légumes frais sont nutritifs et délicieux, un achat trop zélé à l'épicerie ou au marché fermier peut signifier que beaucoup d'entre eux sont gaspillés. Les ventes d'aliments surgelés, y compris les légumes, ont grimpé en flèche pendant la pandémie - ils sont pratiques, faciles à utiliser, et parce qu'ils sont généralement récoltés et congelés à leur apogée, ils conservent leur valeur nutritionnelle.

Danielle Nierenberg est la présidente de Food Tank et une experte des questions d'agriculture et d'alimentation durables. Elle a beaucoup écrit sur le genre et la population, la propagation de l'agriculture industrielle dans le monde en développement et les innovations en matière d'agriculture durable.


9 façons de manger pour une planète plus saine

Le système alimentaire est responsable de plus d'un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre, selon une étude récente publiée dans Nourriture naturelle.

Mais à chaque repas, les consommateurs ont la possibilité de prendre des décisions respectueuses du climat qui réduisent leur empreinte carbone. De l'alimentation saisonnière à l'adoption d'un régime végétal, Food Tank met en évidence neuf façons de bien manger et de protéger l'environnement.

Et rendez-vous à 14h. EDT le 28 avril pour la journée Stop Food Waste de Food Tank et Compass Group. Des chefs, des décideurs, des experts du système alimentaire et bien d'autres partageront des moyens efficaces pour que chacun puisse réduire les pertes et le gaspillage alimentaires et soutenir l'environnement. Apprenez-en plus et inscrivez-vous ici.

1. Mangez

Les meilleurs aliments sont ceux que nous ne gaspillons pas du tout. La plupart d'entre nous ne mangent que les fleurons de légumes comme le brocoli, mais les feuilles peuvent être savoureuses comme plat d'accompagnement au lieu d'épinards. Elles peuvent être rôties avec les fleurons ou sautées avec de l'huile d'olive, du sel et du poivre. Ou le chef Haile Thomas de The Happy Org suggère de faire du pesto avec presque tout ce qui fane dans votre réfrigérateur, y compris des légumes surprenants comme la laitue. Mélangé avec des noix ou des pignons de pin et de l'huile d'olive, le pesto de laitue peut être une délicieuse tartinade ou utilisé sur des pâtes. Vous pouvez entendre d'autres conseils comme celui-ci du groupe Compass et de l'événement Food Tank Stop Food Waste Day.

2. Connaissez votre agriculteur, connaissez votre nourriture

Les aliments cultivés localement et régionalement donnent aux consommateurs une chance de savoir qui cultive leur nourriture et les pratiques agricoles qu'ils utilisent. Parce que les choix alimentaires régionaux ne sont pas expédiés sur des centaines ou même des milliers de kilomètres, ils ont tendance à être plus délicieux. Ils ont l'avantage supplémentaire de contribuer à l'économie locale. N'oublions pas que les agriculteurs locaux et régionaux ont su pivoter pendant la pandémie et ont pu nourrir bon nombre d'entre nous.

3. Bonté éternelle

Les vivaces, celles qui n'ont pas besoin d'être plantées d'année en année comme les annuelles, présentent plusieurs avantages. Selon le Land Institute, les plantes vivaces ne nécessitent pas de labour annuel ou d'applications d'herbicides pour pousser, elles sont donc meilleures pour l'environnement. Les asperges, les raisins, les artichauts, la rhubarbe et les céréales comme Kernza sont de délicieuses façons d'incorporer des plantes vivaces dans vos repas et il y a même une bière à base de Kernza !

4. Manger de saison

Most of us are used to getting whatever foods we want at any time of year—whether it's strawberries in November or blueberries in February. According to FoodPrint in-season produce usually tastes better. And they say that seasonal food can be more nutritious than food consumed out of season.

5. ​Becoming Plant-Centric

From Meatless Mondays to Veganuary, there are a lot of campaigns encouraging eaters to consume less or no meat. And while going vegan or vegetarian may not be for everyone, there are lots of benefits to eating less eat a few days week. Chefs and advocates like Dan Barber have been advocating for years to make vegetables the centers of our plates with meat used sparingly, more like a condiment.

6. ​Supporting BIPOC, Asian, and Women-Owned Businesses

It's no secret that the pandemic has unveiled a lot of painful truths about inequity in the food system. Now is the time to recognize businesses that have lacked support and attention. Guides from Esquire, Vice, and Spoon University can let eaters know how to support these businesses.

7. Avoiding Big Meat, Dairy, and Eggs

The Double Pyramid created by the Barilla Center for Food & Nutrition highlights that foods that are the worst for human also can hurt planetary health. And industrial animal products are not only high on the pyramid, but they have a huge impact on workers—from those who work in factory farms to processing plants. Grass-fed and organic meat and dairy tend to have more Omega-3s and again, can support local economies.

8. Ditching Ultra-Processed Foods

While many of us have found comfort in cookies, chips, and other ultra-processed foods over the last year, these foods are high in fat, sodium, and sugar and low in nutrients. According to a recent study in JAMA Network Open, those of us who were under shelter-in-place orders gained about half a pound every 10 days or roughly two pounds per month. But not all processed foods are bad—canned foods, especially those made from produce from our gardens, can be a healthy and delicious way to save produce. And dehydrating and drying herbs and veggies can make our harvests last a long time.

9. Escape From the Cult of Fresh

While fresh fruits and vegetables are nutritious and delicious, overzealous buying at the grocery store or farmers market can mean that much of them go to waste. Frozen food sales, including vegetables, soared during the pandemic—they're convenient, easy to use, and because they're typically harvested and frozen at their peak, they maintain their nutritional value.

Danielle Nierenberg is the president of Food Tank and an expert on sustainable agriculture and food issues. She has written extensively on gender and population, the spread of factory farming in the developing world and innovations in sustainable agriculture.


9 Ways to Eat for a Healthier Planet

The food system accounts for more than one-third of global greenhouse gas emissions, according to a recent study published in Nature Food.

But with every meal, consumers have the opportunity to make climate-friendly decisions that reduce their carbon footprint. From eating seasonally to adopting a plant-forward diet, Food Tank is highlighting nine ways to eat well and support the environment.

And tune in at 2:00 p.m. EDT on April 28 for Food Tank and Compass Group's Stop Food Waste Day. Chefs, policymakers, food system experts, and more will share impactful ways that everyone can reduce food loss and food waste and support the environment. Learn more and register here.

1. ​Eat Up

The best foods are the ones we don't waste at all. Most of us only eat the florets from vegetables like broccoli, but the leaves can be tasty as a side dish instead of spinach they can be roasted with the florets or sautéed with olive oil and salt and pepper. Or Chef Haile Thomas of The Happy Org suggests making pesto of almost anything that is wilting in your refrigerator—including surprising veggies like lettuce. Blended with walnuts or pine nuts and olive oil, lettuce pesto can be a delicious spread or used on pasta. You can hear more tips like this one from the Compass Group and Food Tank Stop Food Waste Day event.

2. ​Know Your Farmer, Know Your Food

Locally and regionally grown foods give eaters a chance to know who grows their food and the farming practices they use. Because regional food choices are not shipped hundreds or, even, thousands of miles, they tend to be more delicious. They have the extra benefit of contributing to the local economy. Let's not forget that local and regional farmers were able to pivot during the pandemic and were able to keep many of us fed.

3. ​Perennial Goodness

Perennial, those that don't need to be planted from year to year like annuals, have several benefits. According to The Land Institute perennials do not require annual plowing or herbicide applications to grow so they're better for the environment. Asparagus, grapes, artichokes, rhubarb and grains like Kernza are delicious ways to incorporate perennials into your meals and there's even a beer made from Kernza!

4. ​Eating Seasonally

Most of us are used to getting whatever foods we want at any time of year—whether it's strawberries in November or blueberries in February. According to FoodPrint in-season produce usually tastes better. And they say that seasonal food can be more nutritious than food consumed out of season.

5. ​Becoming Plant-Centric

From Meatless Mondays to Veganuary, there are a lot of campaigns encouraging eaters to consume less or no meat. And while going vegan or vegetarian may not be for everyone, there are lots of benefits to eating less eat a few days week. Chefs and advocates like Dan Barber have been advocating for years to make vegetables the centers of our plates with meat used sparingly, more like a condiment.

6. ​Supporting BIPOC, Asian, and Women-Owned Businesses

It's no secret that the pandemic has unveiled a lot of painful truths about inequity in the food system. Now is the time to recognize businesses that have lacked support and attention. Guides from Esquire, Vice, and Spoon University can let eaters know how to support these businesses.

7. Avoiding Big Meat, Dairy, and Eggs

The Double Pyramid created by the Barilla Center for Food & Nutrition highlights that foods that are the worst for human also can hurt planetary health. And industrial animal products are not only high on the pyramid, but they have a huge impact on workers—from those who work in factory farms to processing plants. Grass-fed and organic meat and dairy tend to have more Omega-3s and again, can support local economies.

8. Ditching Ultra-Processed Foods

While many of us have found comfort in cookies, chips, and other ultra-processed foods over the last year, these foods are high in fat, sodium, and sugar and low in nutrients. According to a recent study in JAMA Network Open, those of us who were under shelter-in-place orders gained about half a pound every 10 days or roughly two pounds per month. But not all processed foods are bad—canned foods, especially those made from produce from our gardens, can be a healthy and delicious way to save produce. And dehydrating and drying herbs and veggies can make our harvests last a long time.

9. Escape From the Cult of Fresh

While fresh fruits and vegetables are nutritious and delicious, overzealous buying at the grocery store or farmers market can mean that much of them go to waste. Frozen food sales, including vegetables, soared during the pandemic—they're convenient, easy to use, and because they're typically harvested and frozen at their peak, they maintain their nutritional value.

Danielle Nierenberg is the president of Food Tank and an expert on sustainable agriculture and food issues. She has written extensively on gender and population, the spread of factory farming in the developing world and innovations in sustainable agriculture.


9 Ways to Eat for a Healthier Planet

The food system accounts for more than one-third of global greenhouse gas emissions, according to a recent study published in Nature Food.

But with every meal, consumers have the opportunity to make climate-friendly decisions that reduce their carbon footprint. From eating seasonally to adopting a plant-forward diet, Food Tank is highlighting nine ways to eat well and support the environment.

And tune in at 2:00 p.m. EDT on April 28 for Food Tank and Compass Group's Stop Food Waste Day. Chefs, policymakers, food system experts, and more will share impactful ways that everyone can reduce food loss and food waste and support the environment. Learn more and register here.

1. ​Eat Up

The best foods are the ones we don't waste at all. Most of us only eat the florets from vegetables like broccoli, but the leaves can be tasty as a side dish instead of spinach they can be roasted with the florets or sautéed with olive oil and salt and pepper. Or Chef Haile Thomas of The Happy Org suggests making pesto of almost anything that is wilting in your refrigerator—including surprising veggies like lettuce. Blended with walnuts or pine nuts and olive oil, lettuce pesto can be a delicious spread or used on pasta. You can hear more tips like this one from the Compass Group and Food Tank Stop Food Waste Day event.

2. ​Know Your Farmer, Know Your Food

Locally and regionally grown foods give eaters a chance to know who grows their food and the farming practices they use. Because regional food choices are not shipped hundreds or, even, thousands of miles, they tend to be more delicious. They have the extra benefit of contributing to the local economy. Let's not forget that local and regional farmers were able to pivot during the pandemic and were able to keep many of us fed.

3. ​Perennial Goodness

Perennial, those that don't need to be planted from year to year like annuals, have several benefits. According to The Land Institute perennials do not require annual plowing or herbicide applications to grow so they're better for the environment. Asparagus, grapes, artichokes, rhubarb and grains like Kernza are delicious ways to incorporate perennials into your meals and there's even a beer made from Kernza!

4. ​Eating Seasonally

Most of us are used to getting whatever foods we want at any time of year—whether it's strawberries in November or blueberries in February. According to FoodPrint in-season produce usually tastes better. And they say that seasonal food can be more nutritious than food consumed out of season.

5. ​Becoming Plant-Centric

From Meatless Mondays to Veganuary, there are a lot of campaigns encouraging eaters to consume less or no meat. And while going vegan or vegetarian may not be for everyone, there are lots of benefits to eating less eat a few days week. Chefs and advocates like Dan Barber have been advocating for years to make vegetables the centers of our plates with meat used sparingly, more like a condiment.

6. ​Supporting BIPOC, Asian, and Women-Owned Businesses

It's no secret that the pandemic has unveiled a lot of painful truths about inequity in the food system. Now is the time to recognize businesses that have lacked support and attention. Guides from Esquire, Vice, and Spoon University can let eaters know how to support these businesses.

7. Avoiding Big Meat, Dairy, and Eggs

The Double Pyramid created by the Barilla Center for Food & Nutrition highlights that foods that are the worst for human also can hurt planetary health. And industrial animal products are not only high on the pyramid, but they have a huge impact on workers—from those who work in factory farms to processing plants. Grass-fed and organic meat and dairy tend to have more Omega-3s and again, can support local economies.

8. Ditching Ultra-Processed Foods

While many of us have found comfort in cookies, chips, and other ultra-processed foods over the last year, these foods are high in fat, sodium, and sugar and low in nutrients. According to a recent study in JAMA Network Open, those of us who were under shelter-in-place orders gained about half a pound every 10 days or roughly two pounds per month. But not all processed foods are bad—canned foods, especially those made from produce from our gardens, can be a healthy and delicious way to save produce. And dehydrating and drying herbs and veggies can make our harvests last a long time.

9. Escape From the Cult of Fresh

While fresh fruits and vegetables are nutritious and delicious, overzealous buying at the grocery store or farmers market can mean that much of them go to waste. Frozen food sales, including vegetables, soared during the pandemic—they're convenient, easy to use, and because they're typically harvested and frozen at their peak, they maintain their nutritional value.

Danielle Nierenberg is the president of Food Tank and an expert on sustainable agriculture and food issues. She has written extensively on gender and population, the spread of factory farming in the developing world and innovations in sustainable agriculture.


9 Ways to Eat for a Healthier Planet

The food system accounts for more than one-third of global greenhouse gas emissions, according to a recent study published in Nature Food.

But with every meal, consumers have the opportunity to make climate-friendly decisions that reduce their carbon footprint. From eating seasonally to adopting a plant-forward diet, Food Tank is highlighting nine ways to eat well and support the environment.

And tune in at 2:00 p.m. EDT on April 28 for Food Tank and Compass Group's Stop Food Waste Day. Chefs, policymakers, food system experts, and more will share impactful ways that everyone can reduce food loss and food waste and support the environment. Learn more and register here.

1. ​Eat Up

The best foods are the ones we don't waste at all. Most of us only eat the florets from vegetables like broccoli, but the leaves can be tasty as a side dish instead of spinach they can be roasted with the florets or sautéed with olive oil and salt and pepper. Or Chef Haile Thomas of The Happy Org suggests making pesto of almost anything that is wilting in your refrigerator—including surprising veggies like lettuce. Blended with walnuts or pine nuts and olive oil, lettuce pesto can be a delicious spread or used on pasta. You can hear more tips like this one from the Compass Group and Food Tank Stop Food Waste Day event.

2. ​Know Your Farmer, Know Your Food

Locally and regionally grown foods give eaters a chance to know who grows their food and the farming practices they use. Because regional food choices are not shipped hundreds or, even, thousands of miles, they tend to be more delicious. They have the extra benefit of contributing to the local economy. Let's not forget that local and regional farmers were able to pivot during the pandemic and were able to keep many of us fed.

3. ​Perennial Goodness

Perennial, those that don't need to be planted from year to year like annuals, have several benefits. According to The Land Institute perennials do not require annual plowing or herbicide applications to grow so they're better for the environment. Asparagus, grapes, artichokes, rhubarb and grains like Kernza are delicious ways to incorporate perennials into your meals and there's even a beer made from Kernza!

4. ​Eating Seasonally

Most of us are used to getting whatever foods we want at any time of year—whether it's strawberries in November or blueberries in February. According to FoodPrint in-season produce usually tastes better. And they say that seasonal food can be more nutritious than food consumed out of season.

5. ​Becoming Plant-Centric

From Meatless Mondays to Veganuary, there are a lot of campaigns encouraging eaters to consume less or no meat. And while going vegan or vegetarian may not be for everyone, there are lots of benefits to eating less eat a few days week. Chefs and advocates like Dan Barber have been advocating for years to make vegetables the centers of our plates with meat used sparingly, more like a condiment.

6. ​Supporting BIPOC, Asian, and Women-Owned Businesses

It's no secret that the pandemic has unveiled a lot of painful truths about inequity in the food system. Now is the time to recognize businesses that have lacked support and attention. Guides from Esquire, Vice, and Spoon University can let eaters know how to support these businesses.

7. Avoiding Big Meat, Dairy, and Eggs

The Double Pyramid created by the Barilla Center for Food & Nutrition highlights that foods that are the worst for human also can hurt planetary health. And industrial animal products are not only high on the pyramid, but they have a huge impact on workers—from those who work in factory farms to processing plants. Grass-fed and organic meat and dairy tend to have more Omega-3s and again, can support local economies.

8. Ditching Ultra-Processed Foods

While many of us have found comfort in cookies, chips, and other ultra-processed foods over the last year, these foods are high in fat, sodium, and sugar and low in nutrients. According to a recent study in JAMA Network Open, those of us who were under shelter-in-place orders gained about half a pound every 10 days or roughly two pounds per month. But not all processed foods are bad—canned foods, especially those made from produce from our gardens, can be a healthy and delicious way to save produce. And dehydrating and drying herbs and veggies can make our harvests last a long time.

9. Escape From the Cult of Fresh

While fresh fruits and vegetables are nutritious and delicious, overzealous buying at the grocery store or farmers market can mean that much of them go to waste. Frozen food sales, including vegetables, soared during the pandemic—they're convenient, easy to use, and because they're typically harvested and frozen at their peak, they maintain their nutritional value.

Danielle Nierenberg is the president of Food Tank and an expert on sustainable agriculture and food issues. She has written extensively on gender and population, the spread of factory farming in the developing world and innovations in sustainable agriculture.


9 Ways to Eat for a Healthier Planet

The food system accounts for more than one-third of global greenhouse gas emissions, according to a recent study published in Nature Food.

But with every meal, consumers have the opportunity to make climate-friendly decisions that reduce their carbon footprint. From eating seasonally to adopting a plant-forward diet, Food Tank is highlighting nine ways to eat well and support the environment.

And tune in at 2:00 p.m. EDT on April 28 for Food Tank and Compass Group's Stop Food Waste Day. Chefs, policymakers, food system experts, and more will share impactful ways that everyone can reduce food loss and food waste and support the environment. Learn more and register here.

1. ​Eat Up

The best foods are the ones we don't waste at all. Most of us only eat the florets from vegetables like broccoli, but the leaves can be tasty as a side dish instead of spinach they can be roasted with the florets or sautéed with olive oil and salt and pepper. Or Chef Haile Thomas of The Happy Org suggests making pesto of almost anything that is wilting in your refrigerator—including surprising veggies like lettuce. Blended with walnuts or pine nuts and olive oil, lettuce pesto can be a delicious spread or used on pasta. You can hear more tips like this one from the Compass Group and Food Tank Stop Food Waste Day event.

2. ​Know Your Farmer, Know Your Food

Locally and regionally grown foods give eaters a chance to know who grows their food and the farming practices they use. Because regional food choices are not shipped hundreds or, even, thousands of miles, they tend to be more delicious. They have the extra benefit of contributing to the local economy. Let's not forget that local and regional farmers were able to pivot during the pandemic and were able to keep many of us fed.

3. ​Perennial Goodness

Perennial, those that don't need to be planted from year to year like annuals, have several benefits. According to The Land Institute perennials do not require annual plowing or herbicide applications to grow so they're better for the environment. Asparagus, grapes, artichokes, rhubarb and grains like Kernza are delicious ways to incorporate perennials into your meals and there's even a beer made from Kernza!

4. ​Eating Seasonally

Most of us are used to getting whatever foods we want at any time of year—whether it's strawberries in November or blueberries in February. According to FoodPrint in-season produce usually tastes better. And they say that seasonal food can be more nutritious than food consumed out of season.

5. ​Becoming Plant-Centric

From Meatless Mondays to Veganuary, there are a lot of campaigns encouraging eaters to consume less or no meat. And while going vegan or vegetarian may not be for everyone, there are lots of benefits to eating less eat a few days week. Chefs and advocates like Dan Barber have been advocating for years to make vegetables the centers of our plates with meat used sparingly, more like a condiment.

6. ​Supporting BIPOC, Asian, and Women-Owned Businesses

It's no secret that the pandemic has unveiled a lot of painful truths about inequity in the food system. Now is the time to recognize businesses that have lacked support and attention. Guides from Esquire, Vice, and Spoon University can let eaters know how to support these businesses.

7. Avoiding Big Meat, Dairy, and Eggs

The Double Pyramid created by the Barilla Center for Food & Nutrition highlights that foods that are the worst for human also can hurt planetary health. And industrial animal products are not only high on the pyramid, but they have a huge impact on workers—from those who work in factory farms to processing plants. Grass-fed and organic meat and dairy tend to have more Omega-3s and again, can support local economies.

8. Ditching Ultra-Processed Foods

While many of us have found comfort in cookies, chips, and other ultra-processed foods over the last year, these foods are high in fat, sodium, and sugar and low in nutrients. According to a recent study in JAMA Network Open, those of us who were under shelter-in-place orders gained about half a pound every 10 days or roughly two pounds per month. But not all processed foods are bad—canned foods, especially those made from produce from our gardens, can be a healthy and delicious way to save produce. And dehydrating and drying herbs and veggies can make our harvests last a long time.

9. Escape From the Cult of Fresh

While fresh fruits and vegetables are nutritious and delicious, overzealous buying at the grocery store or farmers market can mean that much of them go to waste. Frozen food sales, including vegetables, soared during the pandemic—they're convenient, easy to use, and because they're typically harvested and frozen at their peak, they maintain their nutritional value.

Danielle Nierenberg is the president of Food Tank and an expert on sustainable agriculture and food issues. She has written extensively on gender and population, the spread of factory farming in the developing world and innovations in sustainable agriculture.


Voir la vidéo: Ectomorphes. Hardgainers: La NUTRITION OPTIMALE pour prendre un MAXIMUM de MASSE MUSCULAIRE! (Septembre 2021).