Recettes traditionnelles

Papa John's offre une soirée pizza Taylor Swift

Papa John's offre une soirée pizza Taylor Swift

Ils vendent une grande pizza à 1 garniture avec le nouvel album de T-Swift, 'Red'

Certains membres de l'équipe sont un peu vexés que le nouvel album super pop de Taylor Swift "Red" ne soit pas encore disponible sur Spotify, ce qui signifie que nous pourrions simplement commander Papa John's pour ce deal (blasphème à New York, on le sait).

La chaîne de pizza propose un grande pizza avec le nouvel album de T-Swizzle jusqu'au 28 octobre pour 22 $, une bonne affaire si l'on considère que l'album coûte 14,99 $ sur iTunes. Papa John's offre également une remise de 10% sur d'autres goodies Swift, comme une tasse imprimée Swift, une "note spéciale" de Swift ou un insert de CD signé.

Comme le souligne Grub Street, Jay-Z a fait un concert similaire lié à la nourriture quand "Decoded" est sorti en 2010, mais ce truc de pizza est plutôt génial. Nous pouvons penser à quelques façons de profiter de l'accord. Scénario A : Demandez à un groupe d'adolescentes d'écouter le nouvel album de Swift avec une pizza et d'autres activités de soirée pyjama. Scénario B : Écoutez l'album par vous-même et noyez vos émotions avec du fromage fondu et des glucides.


HOT DISH : Taylor Swift fait des tournées médiatiques pour promouvoir le rouge

( CMT Hot Dish est un article hebdomadaire écrit par la chroniqueuse chevronnée Hazel Smith. Auteur du livre de cuisine, Hazel’s Hot Dish: Cookin’ With Country Stars , elle anime également CMT’s Southern Fried Flicks With Hazel Smith et partage ses recettes sur CMT.com.)

"Grand-mère, attends de voir qui est sur le couvercle de la boîte à pizza!" dit Trevor de sa voix pas du tout douce. Oui, c'est Taylor Swift sur la couverture des boîtes à pizza Papa John.

Le nouvel album de Taylor, Red, arrive dans les bacs lundi 22 octobre. Les téléchargements payants de chansons de l'album dépassent déjà les 3,8 millions avant sa sortie. Son single, “We Are Never Ever Getting Back Together, est certifié double platine pour 2 millions de téléchargements.

Elle compte plus de 19,7 millions de followers sur Twitter et 34,9 millions de likes sur Facebook, et tous ses amis la suivront alors qu'elle se lance dans un programme médiatique chargé pour promouvoir le nouvel album.

Lundi et mardi, elle sera à Times Square à New York pour des apparitions dans Good Morning America. Elle se produira mardi dans The Late Show With David Letterman. Son programme du mercredi comprend une visite à ABC’s The View pour une performance et une discussion, et elle apparaîtra jeudi dans The Ellen DeGeneres Show.

Et si cela ne suffit pas, elle sera l'invitée vendredi de Katie avec Katie Couric d'ABC et sera présentée ce soir-là sur All Access Nashville d'ABC avec Katie Couric - Une édition spéciale du 20/20. Cette semaine également, recherchez Taylor sur Entertainment Tonight , Access Hollywood , E! Nouvelles et Extra .

Elle fait la couverture des numéros actuels de Rolling Stone, Glamour et de l'édition britannique de Marie Claire.

Jamey Johnson célèbre l'arrivée de l'album hommage à Hank Cochran
Une semaine de super divertissement, c'est ce que c'était. Avant que nous puissions reprendre notre souffle en regardant The Late Show With David Letterman , où Jamey Johnson et Alison Krauss ont époustouflé l'Amérique avec leur performance du film de Hank Cochran "Make the World Go Away", il y avait plus de Jamey et Alison .

Célébrant la sortie mardi (16 octobre) de son excellent nouvel album, Living for a Song: A Tribute to Hank Cochran, Jamey a réservé un concert pour cette nuit-là au Ryman Auditorium de Nashville. Plusieurs de ses amis sont venus à bord pour apparaître avec lui au spectacle, dont Alison. Ils ont repris leur performance de Letterman en ouvrant le concert avec “Make the World Go Away, suivi de “I Fall to Pieces,” le chef-d'œuvre Hank et feu Harlan Howard co-écrit pour Patsy Cline.

Eddie Stubbs, personnalité de la radio WSM/Nashville, a maintenu l'ambiance de la fête avec des invités comme Willie Nelson, Ronnie Dunn et Emmylou Harris. Le spectacle était court, mais à la fin, Jamey s'est assis sur les marches arrière du Ryman pour signer des autographes, poser pour des photos et parler aux fans aussi longtemps qu'ils le voulaient.

Lorsque la musique s'est arrêtée au Ryman, mes amis Gina et Eugene ont descendu Broadway jusqu'à Western Wear de Robert, où l'incroyable guitariste de Marty Stuart, Kenny Vaughn, montrait aux amis et aux voisins comment nous choisissons la guitare à Music City. #8221

J'adore regarder Vaughn jouer de la guitare dans l'émission télévisée de Marty Stuart. Il ressemble tellement à Luther Perkins, le guitariste présenté au début de la carrière de Johnny Cash. Je suis sûr que Marty l'a remarqué, mais peut-être que le jeune Marty n'a jamais vu Luther jouer en personne.

Kenny Chesney, Emeril Lagasse Party de l'autre côté de la frontière
Est-ce que je vous ai dit que Kenny Chesney allait au Mexique une autre fois pour l'anniversaire de Sammy Hagar ? Une fête de quatre jours a gardé Kenny en attente récemment. Bien sûr, c'était la première année qu'ils avaient un chef international sur place.

Croirais tu? C'était le Chef Emeril Lagasse, mon ami de longue date. Nous nous sommes rencontrés pour la première fois quand il est venu dans ma cuisine et a mangé des rations de Thanksgiving en Caroline du Nord : casserole de poulet et vinaigrette, sauce aux abats, purée de pommes de terre, haricots verts, tomates cuites, casserole de patates douces, chou vert, chutney de noisettes, diable œufs, pain de maïs frit et, en dessert, pudding à la banane.

Cela a commencé une toute nouvelle vie pour moi. Voici l'histoire :

Lorsque Lagasse a fait son voyage « Crossing America » pour son émission de télévision, son producteur a appelé un de mes amis simplement pour lui demander : « Où est le meilleur endroit à Nashville pour manger ? » Le producteur cherchait un restaurant, mais mon ami a répondu, "la cuisine de Hazel Smith".

C'était un vendredi après-midi lorsque deux des producteurs d'Emeril se sont présentés chez moi. Je me suis assis dans mon rocking-chair pendant que nous discutions. J'ai expliqué aux dames que je n'avais jamais vu l'émission d'Emeril sur le Food Network. J'ai appelé mon fils, Billy, qui m'aide dans toutes ces démarches. Heureusement, Billy avait vu le spectacle et m'a suggéré de cuisiner pour Emeril.

Le lundi matin, Emeril est entré dans ma cuisine pour ce qui s'est avéré être le début d'une longue et merveilleuse amitié. Il a fait claquer sa bouche quand il a mangé ma cuisine - un signe certain que la nourriture est savoureuse. Finalement, Emeril m'a emmené par avion à New York (première classe !)

C'est d'une grande importance et n'oubliez jamais que c'est là qu'intervient Brad Paisley. Brad a été le tout premier artiste de musique country à se produire sur Food Network. Je dis toujours à Brad : « Moi et vous avez emmené de la musique country au Food Network à New York. » Et nous l'avons fait. Brad a frappé un coup de circuit pour Emeril et son peuple et pour lui-même.

L'émission télévisée d'Ellen DeGeneres a fait ses débuts peu de temps après mon apparition dans la série Emeril, et quelqu'un qui travaillait pour son émission m'a vu. La prochaine chose que je sais, Ellen m'amène à Los Angeles pour apparaître dans son émission.

Pendant ce temps, des cassettes ont été faites de moi avec Emeril et Ellen, et CMT les a regardés et m'a embauché pour Southern Fried Flicks With Hazel Smith de CMT. C'était il y a sept ans, et nous avons tiré tous les mois depuis lors, sauf un lorsque je me remettais d'une opération.

J'ai été richement béni. Nous tournons l'émission CMT dans ma cuisine — une fois que nous avons déplacé les meubles de la salle à manger dans le salon !

Darius Rucker intronisé en tant que membre d'Opry
Vince Gill a fait l'honneur la semaine dernière lorsque Darius Rucker a été intronisé en tant que membre officiel du Grand Ole Opry. C'est Brad Paisley qui a demandé à Darius il y a quelques semaines s'il voulait devenir membre d'Opry. Le Darius toujours souriant a dû sécher quelques larmes cette nuit-là. Nous sommes tellement fiers de lui.

La prédiction de Luke Bryan se réalise
Il y a deux ans, j'avais prédit que Luke Bryan cherchait à prendre la relève de Kenny Chesney. A quel point avais-je raison ? 100 pourcent.

Vous, les fans, sortez et voyez quel excellent chanteur, auteur-compositeur et artiste le garçon de ferme de Géorgie s'est avéré être. Sa première tournée en tête d'affiche débute en janvier avec les ouvreurs Thompson Square et Florida Georgia Line. Sa quatrième tournée annuelle Farm a attiré plus de 100 000 personnes, ce qui a doublé la fréquentation des spectacles de l'année dernière.

Et lui et son label, Capitol Nashville, ont offert aux fans un concert gratuit mercredi soir (17 octobre) lors de la Capitol Street Party annuelle au centre-ville de Nashville. Dierks Bentley a fait une apparition surprise, rejoignant Luke sur Brooks & Dunn’s “My Next Broken Heart” lors du concert auquel ont également participé ses coéquipiers Kelleigh Bannen et Jon Pardi.

Keith Urban recevra le prix Harmony
Keith Urban recevra le Nashville Symphony’s 2012 Harmony Award au Symphony Ball le 8 décembre au Schermerhorn Symphony Center. Chaque année, le prix est décerné à une personne qui illustre l'esprit harmonieux de la communauté musicale florissante de Nashville.

Keith a été une force vitale dans cette communauté. Ce qu'il apporte à la table comprend sa passion pour la musique et son implication dans les activités symphoniques. Il apporte également son soutien à un certain nombre d'organismes de bienfaisance, y compris ses propres concerts We’re All for the Hall, un événement annuel qui a permis de recueillir des millions de dollars pour le Country Music Hall of Fame and Museum. Il a fait des dons à de nombreuses autres causes et continue d'aider partout où il en a besoin.

Trace Adkins revient pour mordre la grosse pomme
Trace Adkins est sur le point de se rendre à New York pour tenter à nouveau de gagner les faveurs de Donald Trump sur Celebrity Apprentice. Trace a choisi la Croix-Rouge américaine comme organisme de bienfaisance. Bien sûr qu'il l'a fait ! Ils étaient les premiers sur les lieux lorsque la maison des Adkins a été réduite en cendres.


Pizza Hut offre 50% de réduction sur toutes les commandes en ligne et mobiles

Ce n'est que quelques jours dans la nouvelle année, et Pizza Hut tue déjà notre alimentation. Jusqu'au 8 janvier, la marque offre 50 % de réduction sur toutes les tartes au prix du menu lorsque les clients commandent sur PizzaHut.com ou via l'application mobile. La réduction ne s'applique pas aux autres éléments du menu, aux taxes, aux frais de livraison ou au pourboire du chauffeur.

« Les vacances sont terminées, mais la saison des divertissements bat son plein. Et nous commençons 2018 avec un accord qui permet de ralentir les dépenses, mais pas le plaisir », a déclaré le vice-président du marketing de Pizza Hut, Zipporah Allen, dans un communiqué. « Qu'il s'agisse de célébrer le début de la saison des récompenses à Hollywood ou d'utiliser la pizza officielle de la NCAA pour une soirée de championnat de football universitaire, l'offre en ligne de Pizza Hut permet de servir facilement de délicieuses pizzas à un prix abordable.

Chaque commande de pizza en ligne ou mobile est éligible à 50% de réduction ainsi qu'à Hut Rewards - le seul programme national de fidélité de pizza qui récompense les clients avec des points illimités vers une pizza gratuite pour chaque dollar dépensé en nourriture en ligne. Pour en savoir plus sur la chaîne basée au Texas, voici 25 choses que vous ne saviez pas sur Pizza Hut.


L'étrangeté étrange de la chute de Papa John Schnatter

Nous déclarons par la présente que le mardi 28 août sera la Journée de la pizza, une journée pour célébrer toute la magie (et la marinara) de l'un des meilleurs aliments de la planète. Pour être tout à fait honnête, Pizza Day devait à l'origine être programmé pour la sortie de la comédie romantique sur le thème de la pizza. Petite Italie, avec Emma Roberts et Hayden Christensen quand nous avons réalisé que Petite Italie sort en salles cette semaine seulement au Canada, nous avons dit: "Eh, fêtons quand même la pizza en août." Qui a besoin d'une excuse pour honorer la pizza, n'est-ce pas ?

Il y a neuf mois, la chaîne nationale de pizza Papa John's a publié un rapport décourageant sur les résultats du troisième trimestre qui a envoyé les actions de l'entreprise dans une spirale, dont la valeur a diminué de plus de 10 % en une seule matinée. Le fondateur de l'entreprise et PDG de l'époque, John Schnatter, a imputé la baisse à l'incapacité de la NFL à mettre fin aux manifestations des joueurs contre la brutalité policière et l'injustice raciale. Papa John's est un sponsor de la NFL.

"La NFL nous a blessés", a déclaré Schnatter lors d'une conférence téléphonique. "Nous sommes déçus que la NFL et ses dirigeants n'aient pas résolu ce problème."

Les commentaires de Schnatter n'ont fait qu'ajouter à la controverse à la perte financière, et son entreprise a engagé l'agence de marketing Laundry Service, dont les autres clients comprenaient NBC Sports, Nike, Bud Light, Twitter et T-Mobile, pour aider son fondateur à éviter de futures gaffes. En mai, le service de blanchisserie a soumis Schnatter à un exercice de jeu de rôle, lui posant une question hypothétique lors d'une conférence téléphonique sur la façon dont il traiterait les connexions potentielles avec des groupes racistes en ligne - ce n'est pas un scénario déraisonnable, étant donné que les problèmes de race et de racisme sont au cœur des protestations contre la brutalité policière de la NFL et le contrecoup à leur égard. Au cours de sa réponse, Schnatter a prononcé la déclaration désormais immortelle : « Le colonel Sanders a traité les noirs de nègres.

Deux mois après, Forbes a publié le fond de l'appel, Schnatter a admis qu'il avait utilisé le pire mot que les Américains blancs puissent utiliser, et il a ensuite démissionné de son poste de président.

La richesse de Schnatter, son antipathie pour les protestations contre la brutalité policière et l'utilisation libre du mot-N dans une situation professionnelle permettent de conclure facilement que Schnatter n'est qu'un autre épanouissement américain à l'intersection du capitalisme sans entraves et du racisme sans vergogne. Après tout, cette intersection est particulièrement prospère de nos jours. À un certain niveau, il n'y a pas grand-chose de plus dans cette histoire que cela.

Mais la partie de la citation de Schnatter que je ne peux pas sortir de ma tête n'est pas le mot qui lui a causé des ennuis : c'est « Colonel Sanders ».

Le pasteur de l'église dans laquelle j'ai grandi aimait l'expression « riches transcendantalement ». La Bible est pleine d'histoires sur les gens riches, à la fois flatteuses et non, donc le sujet de la richesse transcendante a beaucoup été soulevé. La plupart du temps, « riche transcendantal » n'était qu'une façon fleurie de dire « dégoûtant puant de riche », mais la honte publique de Schnatter m'a fait commencer à penser à l'expression dans un sens plus littéral.

Concrètement, est-il possible de transcender son humanité par la richesse ?

En novembre, juste après que les actions de Papa John se soient évanouies, Forbes a estimé la richesse de Schnatter à un cheveu de plus de 800 millions de dollars, en baisse par rapport à son sommet personnel de plus d'un milliard de dollars en mars 2017, mais toujours plus d'argent que les quelques centaines de personnes les plus riches que vous connaissez réunies. La richesse personnelle de la classe des rentiers ne fonctionne pas de la même manière que la richesse personnelle des cols bleus ou même des cols blancs ordinaires. À aucun moment, Schnatter n'aurait pu sauter dans sa Camaro, se rendre à la banque et demander de retirer 800 millions de dollars comme vous ou moi pouvions vider nos comptes courants si nous en avions envie. Une richesse de plusieurs centaines de millions de dollars est liée à des actions, à des biens immobiliers et à d'autres propriétés de placement qui servent à transformer d'énormes sommes d'argent en sommes encore plus énormes. Lorsque vous devenez aussi riche que Schnatter, l'argent cesse d'être utilisé comme il a été conçu.

L'argent est une construction sociale selon laquelle l'argent liquide est plus facile à transporter et à stocker que l'équivalent en bétail, en riz ou en coton. Sa valeur fixe et sa divisibilité facile nous permettent d'acheter tous les biens et services dont nous avons besoin ou que nous voulons, et aux gens de consacrer leur carrière à des activités qui ne sont pas strictement nécessaires à la survie humaine de base mais suffisamment précieuses pour que quelqu'un paie pour le service : comme le journalisme, par exemple, ou la livraison de pizzas.

L'argent liquide nous permet d'acheter ce dont nous avons besoin pour fonctionner dans la société : nourriture, logement, transport, vêtements, communications. Rassemblez suffisamment d'argent et vous voudrez le mettre dans une banque et le dépenser pour une meilleure nourriture, une maison plus grande, une voiture plus fraîche et en mettre de côté pour la retraite ou un jour de pluie. C'est tout ce que la plupart d'entre nous obtenons, même les personnes que nous considérons comme riches, comme la plupart des athlètes professionnels et des entrepreneurs. L'argent n'est toujours qu'une chose avec laquelle acheter des trucs, même pour les gens qui en ont beaucoup.

Mais à un moment donné, après avoir acheté une maison de 18 000 pieds carrés et versé une récompense de 250 000 $ pour racheter la voiture bien-aimée que vous deviez vendre à 22 ans, votre maison, votre voiture, votre nourriture et vos vêtements ne peuvent obtenir agréable. Vous manquez de choses pour dépenser votre argent, et l'argent devient sa propre fin, comme les points sur un tableau de bord.

Que feriez-vous avec 800 millions de dollars, si vous pouviez simplement vous rendre à la banque et demander un camion plein d'argent liquide ? Peut-être que vous achèteriez une voiture aussi belle que vous pourriez l'imaginer. Plus des vêtements, des bijoux et de l'art, et rangez-les tous dans une maison si grande et ornée que vous vous perdriez en essayant de trouver la salle de bain au milieu de la nuit. J'aurais une patinoire de taille olympique dans mon sous-sol, mais peut-être préféreriez-vous avoir des courts de tennis intérieurs ou une salle de cinéma - ou pour 800 millions de dollars, vous pourriez tous les acheter. Vous pouvez faire le voyage que vous avez toujours voulu faire à Monaco, à Macao ou dans l'espace. Vous pouvez gravir le K2, pratiquer le parachute ascensionnel ou jouer sur les 100 meilleurs parcours de golf du monde.

Mais il y a une limite à la quantité de choses que vous voudriez réellement acheter et utiliser, même avec des fonds pratiquement illimités. Finalement, vous finirez par manquer de choses pour dépenser de l'argent et commencerez probablement à le donner - en achetant une plus belle maison à vos parents, en remboursant les prêts étudiants de vos amis et en écrivant des chèques à sept ou huit chiffres à une œuvre caritative.

Idéalement, cette limite serait codifiée quelque part, et en tant que société, nous dirions : « Si vous avez plus d'argent que vous ne pourrez jamais en dépenser, alors cela sert à construire des écoles et à guérir les malades. Mais en l'absence d'une telle limite, certaines personnes essaient simplement d'amasser autant d'argent qu'elles le peuvent, bien au-delà du point où tout devient théorique.

En 2012, et en référence directe à l'utilisation de l'argent des impôts pour soigner les malades, Schnatter s'est prononcé contre la Loi sur les soins abordables, affirmant que le coût de l'assurance de tous les employés à temps plein de Papa John s'élèverait à environ 14 cents par grande pizza. Les remarques de Schnatter ont suscité une énorme réaction de la part de personnes qui ne se sont même pas arrêtées pour poser des questions évidentes telles que «Pourquoi le PDG d'une entreprise d'un milliard de dollars devrait-il répercuter le coût de la conformité légale sur ses consommateurs?» ou « économiser 14 cents par pizza équivaut-il à compenser l'argent que j'économiserais en vertu de l'ACA en tant que travailleur américain ? » Au lieu de cela, ils ont fait la queue pour insister sur le fait que l'assurance maladie pour chaque employé à temps plein de Papa John serait une bonne affaire à deux fois le prix.

Certains des riches du tableau de bord, comme le propriétaire des Marlins de Miami et le vampire du fonds spéculatif Bruce Sherman, restent à l'écart des projecteurs, se contentant de faire grimper le score en arrière-plan pendant que les chanteurs absorbent les critiques du public. D'autres explorent les limites de la richesse transcendante ou de la transcendance par la richesse. Dans certains cas, cela signifie une transcendance littérale à travers le transhumanisme kurzweilien ou quelque chose de similaire. D'autres essaient de transcender les limites de la renommée et de l'influence imposées aux humains ordinaires, même très riches. Elon Musk, un homme qui a récemment plongé sa propre entreprise dans le chaos en ratant une blague sur la marijuana, tente de se présenter comme un leader et un penseur visionnaire, comme l'a fait Steve Jobs. Ces personnes utilisent leur richesse pour gagner en notoriété et en influence tout en essayant de se bâtir une réputation qui justifierait d'amasser autant de richesses en premier lieu.

Jobs a particulièrement réussi à cet égard – il est devenu une métonymie pour la marque Apple de minimalisme bourgeois branché, vêtu de son uniforme signature de faux col roulé noir et de Levi's. Les vêtements de Jobs sont devenus une partie de sa marque. Tout comme le colonel Sanders.

Il est révélateur que Schnatter ait choisi le colonel Sanders comme exemple, et pas d'autres magnats de la restauration rapide, comme Dave Thomas ou Ray Kroc, ou quiconque a fondé Pizza Hut ou Domino's. Le colonel Sanders a porté son costume blanc signature, sa cravate bolo, Van Dyke et ses lunettes tous les jours pendant 20 ans, et a été enterré dans sa tenue signature. Surtout, il est le seul fondateur à être la mascotte de son entreprise – près de 40 ans après sa mort, le colonel Sanders, pas un chihuahua ou un clown, est toujours le visage de Kentucky Fried Chicken.

Il est compréhensible que Schnatter veuille s'impliquer autant, car plutôt que d'acheter ou d'hériter d'une entreprise, il a vraiment construit l'entreprise à partir d'origines modestes. Quand Schnatter sortait tout juste de l'université, son père, Robert Schnatter, a investi dans un bar défaillant, Mick's Lounge, et Schnatter fils, qui avait travaillé dans des pizzerias tout au long du lycée et du collège, a installé du matériel de cuisine usagé dans un placard à balais reconverti et en quelques mois avait sa propre entreprise de pizza en plein essor, qui est finalement devenue une entreprise de plusieurs milliards de dollars.

Les mythes de la création de la plupart des millionnaires autodidactes regorgent de détails élidés, et celui de Schnatter n'est pas différent. Un article de l'Associated Press de 2009 indique que Schnatter a vendu sa Camaro bien-aimée en 1983 pour 2 800 $ et que "l'argent a aidé à sauver la taverne de son père à Jeffersonville, et il a utilisé le reste pour lancer ce qui allait devenir le commerce mondial de la pizza". Un 2013 Journal du courrier de Louisville Le profil de Schnatter remplit le reste de l'histoire : le Mick's Lounge défaillant n'était qu'une des nombreuses entreprises appartenant à Robert Schnatter, qui a laissé John diriger l'établissement à l'âge de 22 ans. (John Schnatter a décrit son éducation comme « de la classe moyenne supérieure .”) La vente de la Camaro n'a financé qu'une partie de l'empire de la pizza naissant de Schnatter. Construire Papa John's, même avec cette longueur d'avance, était toujours un exploit impressionnant d'entrepreneuriat, mais la vérité n'est pas aussi romantique que la légende.

L'évolution de Schnatter vers Papa John a commencé comme une image de marque avisée. Je ne ferais pas confiance à John Schnatter, 22 ans, de Jeffersonville, dans l'Indiana, pour faire des pizzas de classe mondiale, mais "Papa John's Pizza" semble assez authentique. Au moment où la société de Schnatter est devenue publique et est devenue une chaîne nationale, il était assez vieux pour devenir lui-même le «Papa», et sa chemise de bowling rouge est devenue sa version du col roulé de Jobs ou du costume blanc de Sanders.

Avec sa marque rouge, blanche et verte et un « Papa » souriant et aux cheveux noirs à la barre, le conglomérat de pizza basé au Kentucky est devenu un géant national de la restauration décontractée, prétendant (précisément, dans mon expérience limitée) servir « mieux pizza » que Domino's, Pizza Hut ou Little Caesars. Et Schnatter est devenu synonyme de l'entreprise.

Papa John’s s’est fortement commercialisé dans le monde du sport, devenant la pizza officielle de la NFL et rebaptisant le grand chelem le « Papa Slam » dans certains contextes officiels de la MLB. Schnatter lui-même a fait un don de 14 millions de dollars à l'Université de Louisville (la société versant 6 millions de dollars supplémentaires), en payant pour la modernisation des installations et en recevant en retour les droits de dénomination du stade. (Schnatter est un fervent fan des Cardinals de Louisville.) Schnatter a fait des publicités télévisées avec Peyton Manning, qui est devenu un franchisé de Papa John's, et a eu accès aux cercles restreints du sport américain. Un marketing intelligent, oui, mais plus que tout autre avantage pour un PDG à court de choses à acheter avec son argent.

"Papa" a commencé comme une technique de marque, un moyen de transmettre un patriarche italo-américain amical et (essentiellement pour une chaîne de pizzas de la banlieue de Louisville) aux fourneaux. Cela a fini par signifier quelque chose de plus proche de « Il Papa », le pape, à la fois leader et figure de proue.

Lorsqu'un dirigeant d'entreprise démissionne en disgrâce, l'entreprise passe généralement à autre chose, en particulier si ce dirigeant est un PDG en costume traditionnel. Mais pas si le PDG porte une chemise de bowling ou un col roulé, pas s'il est un visionnaire autoproclamé qui est à la fois homme et mascotte. À un moment donné, Schnatter est devenu Papa John Schnatter, et étant l'entreprise lui a donné des choses qui posséder l'entreprise ne l'a pas fait. Sortir l'homme de l'entreprise n'a pas été facile. Papa John's a publié une annonce d'excuses d'une minute, accompagnée de tintements de piano et de bruits de circulation, remerciant les clients d'avoir exprimé leur mécontentement.

Pendant ce temps, Schnatter s'est rendu sur un site Web appelé SavePapaJohns.com, qui présente une photo d'Il Papa souriant devant l'appareil photo, les bras croisés sur la poitrine, plus confiant que jamais. Seulement, il a troqué sa chemise de bowling rouge de marque pour une chemise noire à col pointu, échangeant sa cape de bureau contre des vêtements civils plus sobres.

Le nouveau site Web de Schnatter est essentiellement un blog. « Le Conseil veut me faire taire. C'est donc mon site Web et ma façon de vous parler », indique la page d'accueil en lettres rouges. SavePapaJohns.com propose des liens vers des reportages, des communiqués de presse et des copies de dossiers judiciaires dans la bataille de Schnatter pour reprendre le contrôle de l'entreprise qu'il a fondée. Il ressemble à l'un des dizaines de sites Web consacrés à empêcher Fox d'annuler Luciole, et n'aura probablement pas plus de succès.

D'ici dans la petite bourgeoisie, le site Web de Schnatter a l'air indigne, et plus qu'un peu désespéré. Schnatter a fait quelque chose qu'un Américain blanc dans la vie publique ne peut jamais faire - utiliser une épithète raciale à portée de voix d'un microphone - et sa société et le grand public veulent simplement qu'il s'en aille et qu'on ne l'entende plus jamais, avec probablement moins de un milliard de dollars, mais certainement plus d'argent qu'il ne pourra jamais en dépenser. La punition de Schnatter est de vivre exactement la vie que je voudrais vivre, si je devais gagner le Powerball demain.


Chronique : Ils ont signé un contrat sur une franchise Papa John's. Puis la polémique a éclaté

Cela semblait être une bonne idée il y a trois ans, lorsque Jarvis et Josslyn Young ont envisagé pour la première fois d'ouvrir une franchise de pizza Papa John's dans le sud de Los Angeles.

Le couple View Park - il est ingénieur en aérospatiale, elle est courtier immobilier - a pensé que cela aiderait à soutenir leur famille grandissante, apporterait une option de restauration fraîche à un quartier négligé et satisferait l'envie de Jarvis pour la pizza qu'il aimait depuis qu'il était un Étudiant à l'UCLA il y a deux décennies.

18 h 29, 13 janvier 2020 Le titre a été modifié pour refléter plus fidèlement le débat local entourant l'ouverture d'une franchise Papa John's. La colonne a été mise à jour pour refléter les commentaires de John Schnatter, fondateur et ancien directeur général de Papa John.

Parce que Papa John's ne livrait pas dans leur quartier, Jarvis avait passé des années à faire des courses en soirée jusqu'au point de vente de Culver City, emportant une boîte isotherme pour garder sa pizza au chaud.

"Nous avons commencé à penser à quel point ce serait bien d'en avoir un à proximité, puis à l'idée que nous pourrions peut-être en posséder un", a-t-il déclaré. "La prochaine chose que nous savions, nous étions en route" pour Louisville, Ky., pour la formation pour devenir franchisés.

Papa John's montait haut à l'époque. C'était la pizza officielle de la NFL, avec des légions de fidèles, lorsque les Youngs ont signé en 2017.

Mais l'encre était à peine sèche sur leur contrat de franchise lorsque les propos racistes du fondateur et directeur général de Papa John, John Schnatter, ont transformé la chaîne de pizzas en un paria national.

En novembre 2017, Schnatter a lancé une tirade contre la NFL pour ne pas avoir réprimé les protestations des joueurs contre la brutalité policière. Il a imputé la baisse des ventes de pizzas de sa chaîne aux troubles provoqués par les manifestations.

Schnatter n'a pas distingué les joueurs noirs, mais nous savions ce qu'il voulait dire. Je me souviens avoir été scandalisé par son arrogance : les protestations auraient dû être « étouffées dans l'œuf », a-t-il dit, pour éviter de « polariser le client ».

La fureur suscitée par ses remarques a forcé Schnatter à démissionner de son poste de PDG. Mais plusieurs mois plus tard, en tant que président du conseil d'administration de Papa John, il s'est de nouveau attiré les foudres pour avoir utilisé une épithète raciale vile lors d'une conférence téléphonique qui avait été convoquée pour aider à nettoyer son image.

Lorsqu'on lui a demandé comment il prendrait ses distances avec les groupes racistes en ligne lors de l'appel enregistré, Schnatter s'est plaint d'être injustement surveillé. « Le colonel Sanders a appelé les Noirs… », en utilisant le mot n, et a échappé à la réaction du public, a-t-il affirmé.

Une fois que sa langue est devenue publique, Schnatter s'est excusé, a démissionné du conseil d'administration et a rompu ses liens avec la chaîne de pizzas qu'il avait lancée il y a 35 ans dans le bar de son père.

Dans une lettre au Times après la publication de cette chronique, Schnatter a déclaré que ses commentaires étaient mal interprétés. Il a déclaré qu'il n'avait pas lancé de tirade mais a critiqué la NFL pour son "mauvais leadership" et a déclaré "qu'il n'y avait jamais eu une bouffée de parti pris ou de préjugé dans mes commentaires". Il a affirmé que l'utilisation du mot n pendant l'appel était une paraphrase d'un tiers. Il a noté son "dégoût pour l'utilisation" du mot.

Au moment où le deuxième scandale a éclaté à l'été 2018, les Young étaient déjà en affaires. L'épisode n-word a ravivé la fureur et les clients ont cessé de venir. Leurs ventes ont chuté immédiatement, de plus d'un tiers.

Les Youngs avaient envisagé de se retirer de l'accord de franchise lorsque Schnatter a fait ce commentaire. "Je savais pourquoi les gens étaient en colère", a déclaré Jarvis. « Nous avons ressenti la même chose. Nous ne voudrions jamais être liés à quelque chose d'aussi irrespectueux, quelque chose de raciste », a-t-il déclaré à propos de la controverse.

Mais ils avaient pris un engagement important et ne pouvaient pas se permettre de perdre l'argent qu'ils avaient déjà investi. Les frais de franchisage à eux seuls s'élevaient à 25 000 $ et les autres coûts pouvaient dépasser 300 000 $.

Ils ont pris à cœur la réponse de Papa John: la société avait décidé de se débarrasser de Schnatter, a ajouté la légende de la NBA et l'ancien Laker Shaquille O'neal à son conseil d'administration et a promis de soutenir les nouveaux franchisés.

En fin de compte, le couple s'est rendu compte qu'il s'agissait de plus que de la pizza ou du profit. Ils avaient tous les deux grandi dans la ville voisine d'Inglewood et voulaient être des modèles locaux, "pour montrer que vous pouvez venir d'un désavantage et posséder votre propre entreprise, tracer votre propre voie", comme l'a dit Jarvis.

« Nous avons pensé à cela comme un test de notre philosophie personnelle », a-t-il déclaré. « Est-ce que vous vous repliez ou voyez-vous à travers ? »

Ainsi, alors que les sites Web de la suprématie blanche appelaient Papa John's la "pizza officielle de l'alt-right", Jarvis et Josslyn Young s'installaient dans un quartier noir et espéraient que les clients les soutiennent.

Le magasin Youngs a ouvert ses portes en février 2018 dans un centre commercial exigu sur Crenshaw Boulevard, près de Hyde Park. Josslyn se voulait optimiste. Elle a parcouru le quartier à la recherche d'embauches locales. Sur les réseaux sociaux, elle a publié de joyeuses invitations à la «Grande ouverture».

Mais la réponse a été rapide et dure. « Il y a eu tellement de commentaires désagréables », se souvient-elle. "N'amenez pas cette entreprise raciste dans notre région. Pourquoi les Noirs voudraient-ils posséder une franchise de racistes ? »

La férocité des attaques la stupéfia. "Je n'avais aucune idée de ce que cela ferait pour notre entreprise", a-t-elle déclaré. "J'étais en fait assez excité, pensant qu'une fois que les gens voyaient nos visages, nous pourrions faire changer cette chose."

Mais quand elle a partagé cette excitation avec des amis, ils l'ont fermée. «Ils m'ont en quelque sorte regardé comme,« Papa John? Est-ce que vous plaisantez?'"

Certains de ses amis ont finalement apporté leur soutien, mais l'indignation de la communauté a été forte et prolongée.

Les Young ont été jetés comme des renégats, soutenant une entreprise désormais connue pour le sectarisme et les fanfaronnades de son ancien chef, et non pour sa pizza signature.

Les gens jetaient des pierres sur leurs camions de livraison et harcelaient leurs chauffeurs. « Ils juraient et klaxonnaient en disant : ‘Sortez de la communauté ! Nous ne voulons pas de vous ici !’ », se souvient Josslyn.

“Boycott Papa John’s” became an agenda item at community meetings. The Youngs would show up and make their case to angry neighbors. Most agreed not to call for a boycott but said they would never patronize their place.

“It’s been frustrating,” Josslyn admitted as she worked the counter in a Santa hat last month, one week before she was scheduled to give birth to the couple’s third child.

They’ve been on the grind for 22 months now. And some days it does feel as if a turnaround is on the horizon. New customers continue to trickle in.

Strangers admire their commitment to hiring locals that other businesses won’t, including recovering addicts and ex-convicts. Neighbors appreciate their donations to schools and community groups, and the toy giveaway and Santa visit they host every December.

“We’re moving past it,” Josslyn told me as she handed out gifts at the Christmas party. “Doing things in a way that was our goal from the jump: Serving the community.”

The entire company bore the brunt of Schnatter’s remarks. About a quarter of Papa John’s franchises failed to turn a profit last year, analysts said. New CEO Rob Lynch, who took the reins in August, told me the company is spending $40 million to help struggling franchisees.

“They’re losing school lunch accounts because school districts don’t want to be affiliated with our brand anymore, because of what John [Schnatter] did,” Lynch said.

And in the irony of unintended consequences, the fallout was particularly harsh for black employees and franchisees like the Youngs.

“We have African American employees working in a lot of our restaurants,” Lynch said. “We feel bad when they can’t even wear their uniforms to work and be proud of the company. They didn’t do anything to deserve that.”

That’s what persuaded Shaquille O’Neal to get involved. Like Jarvis Young, Shaq has been a fan of Papa John’s pizza since college. After Schnatter left the company, O’Neal reached out and asked to join the board. He also invested in nine Atlanta franchises.

“These franchisees put their heart and soul into this business,” he told me. “It’s not fair that they’re affected by what this one man said.”

I asked Shaq the same question the Youngs’ neighbors asked them. How does he handle the criticism his role with Papa John’s provokes: You’re a sellout, a lackey, an apologist for racism.

“I heard it a lot,” he acknowledged. “People say, ‘Man, what are you doing?’ I just try to explain, it’s under new leadership, it’s a different board, we’re going to make sure this never happens again.”

That’s a noble promise, but one that’s hard to keep. You can’t clean out all the bigots or scrub away the biases that animate our actions on the job.

Ask Starbucks or Nordstrom or Sephora. On any given day, any company might be just one rude clerk or tone-deaf CEO away from notoriety that’s hard to move past in today’s unforgiving cancel culture.

I understand the impulse to wipe Papa John’s off the map. I could add it to the list of companies I don’t patronize and shows I won’t watch. But I also feel encouraged by the remedies they took — and empowered by the message that angry customers sent.

I know that despite the textbook-perfect corporate response, the psychic pain that lingers on the streets is hard to disperse.

People I talked to at the Christmas party who patronize the Youngs’ shop didn’t want to give their names that reflects the depth of the anger that still surrounds them.

At this point, boycotting is counterproductive and apt to discourage other would-be business owners, they say. The bad man is gone. The pizza is good. And the company’s transgressions are almost 2 years old.

Influential folks are offering support. Lorsqu'un profile of the couple in a black community newspaper, the Los Angeles Standard, drew snarky comments on social media, publisher Jason Lewis came to their defense:

“We should get behind the Youngs because they are exactly what we complain that we don’t have in our communities,” Lewis wrote. “They stepped up, took the risk, and put their money where their mouth is.”

Still, I can’t help but wonder whether outrage has an expiration date. Can you punish the guilty yet insulate the innocent from blame? How long does it take for a stain to fade?

I was thinking of that as I left my visit to the Youngs’ Papa John’s with a pizza in hand. I’d never tasted the brand.

I stopped by my daughter’s to share it with my pizza-loving son-in-law. He took one look at the box and laughed. “It’s the n-word pizza,” he called out. Then he grabbed a slice and gobbled it up.

Les dangers de la parentalité pendant une pandémie

Que se passe-t-il avec l'école? De quoi les enfants ont-ils besoin ? Recevez 8 à 3, une newsletter dédiée aux questions qui empêchent les familles californiennes de dormir la nuit.

Vous pouvez occasionnellement recevoir du contenu promotionnel du Los Angeles Times.

During more than three decades at the Los Angeles Times, Sandy Banks has served as reporter, editor, editorial writer and internship director. But she’s best known for her personal columns, which focus on private lives, public policy and people who inspire and infuriate us. She returned to The Times in 2019 after a four-year hiatus. A Cleveland native, Banks has three grown daughters and lives in Northridge.


International Stores

Offers good for a limited time at participating U.S. Papa John's restaurants. Prices may vary. Not valid with any other coupons or discounts. All beverage related trademarks are registered Trademarks of PepsiCo, Inc. Some offers require the purchase of multiple pizzas. Some offers may be available online only. No triple toppings or extra cheese. Certain toppings may be excluded from special offer pizzas or require additional charge. Garnitures supplémentaires en sus. Limit seven toppings to ensure bake quality. Limited delivery area. Delivery fee may apply and may not be subject to discount. Minimum purchase may be required for delivery. Customer responsible for all applicable taxes.

Pas d'achat nécessaire. MSG and Data rates may apply. Click here for SMS term and conditions for terms and conditions. Text HELP for help. Six (6) message per month. Text CANCEL to cancel.

©2021 Papa John's International, Inc. All Rights Reserved.

Canada: Adults and youth (ages 13 and older) need an average of 2,000 calories a day, and children (ages 4 to 12) need an average of 1,500 calories a day. However, individual needs vary.
n-webnc-p03-18.4.1.0 18.4.0.2


Pas du tout! There is nothing wrong with learning from samples. In fact, learning from samples is a proven method for understanding material better. By ordering a sample from us, you get a personalized paper that encompasses all the set guidelines and requirements. We encourage you to use these samples as a source of inspiration!

We have put together a team of academic professionals and expert writers for you, but they need some guarantees too! The deposit gives them confidence that they will be paid for their work. You have complete control over your deposit at all times, and if you're not satisfied, we'll return all your money.


Best National Pizza Day 2021 deals - including £10 off your next Domino’s order

Today could just be our favourite day - National Pizza Day. And what better way to celebrate than with a gorgeous pizza for dinner, or even lunch.

Now seeing as restaurants are still closed for a little while longer, we’ve found the best deals you can enjoy with your friends, family or just yourself - we won’t tell if you don’t.

From Pizza Hut to Pizza Express, Domino’s and more - here’s everything you need to know about getting your pizza even cheaper this evening.

And if all those deals weren’t enough to tempt you into a pizza for dinner, we have a way you can get £10 off your next Domino’s order - that’s almost a free pizza or at least, free side. How good is that?

The hardest decision you’ll have is where to get your takeaway from tonight, and what your toppings will be.

Lire la suite
Articles Liés
Lire la suite
Articles Liés

Domino’s Pizza:

In honour of National Pizza Day, Domino’s has made Sundays, Mondays, Wednesdays and Thursdays a Tuesday, for one week only. From Sunday 7th February, pizza lovers will be able to order a Domino’s pizza, and get another one completely free - perfect for sharing with all the family.

This offer lasts until Thursday 11th February. All you need to do is use the code: DOUBLEUP .

Purchases over £10 will still get £10 cashback and the offer is running until the 28th February 2021.

Sadly the cashback offer is only available for new members, or those with no previous purchases or cashback through TopCashback.

Pizza Hut:

Pizza Hut Delivery are offering an exclusive one-day-only deal just for National Pizza Day - which includes 50% off all pizzas when you spend £25 or more.

Simply visit the Pizza Hut website ( www.pizzahut.co.uk ), input your postcode, click on deals. You should then find the 50% off pizza when you spend £25 or more offer.

Get ready to order until your heart&aposs content, and then checkout to secure your bargain.

Papa John’s:

Now this offer from Papa John’s isn’t strictly for National Pizza Day, but they have a new 2-4-1 SunYay offer.

When you buy one pizza, you get one free on all Papa John’s pizzas. Customers can treat their loved ones to two pizzas for the price of one. Fun for all the family, friends and your partner.

You can order online at papajohns.co.uk, or via Deliveroo and Uber Eats.

If that’s not cheesy enough for you, Papa John’s is looking to put romance back on the menu with its new &aposextra cheesy&apos delivery service. To celebrate the day of love with a cheesy pizza, Papa John’s is offering customers the chance to receive their very own virtual singing deliveries performed by a romantic Barbershop Quartet.

To be in with the chance of receiving an exclusive, extra cheesy delivery by Sunday 14th February, hopeless romantics simply need to send their name and home address to [email protected] by Wednesday 10th February.

PizzaExpress:

To celebrate National Pizza Day on 9 February, PizzaExpress is revealing three new and exclusive pizzas, available at 20% off when ordered via delivery.

The Quattro Formaggi Piccante, the Mushroom & Truffle, and the Napoletana all have 20% off from 9th February until the 28th February. They will then remain on PizzaExpress’ menu.

Order these exclusive pizzas via the PizzaExpress website: pizzaexpress.com/delivery-and-collection.

Will you be celebrating today with a pizza? Faites-nous savoir dans les commentaires ci-dessous.


Perspective: Taylor Swift is pop’s loudest diarist. Now she has a new soapbox

Last year, the pop superstar sued a Denver radio DJ after she said he’d groped her during a pre-concert meet-and-greet. (Swift won the court case.) Before that, she publicly criticized Apple, by some measures the world’s most powerful company, over royalty payments from its streaming music service. (Apple quickly adjusted its policy.)

And on her latest album, “Reputation,” she responded to accusations by her old frenemies Kanye West and Kim Kardashian with a bitter intensity that reshaped our understanding of America’s one-time sweetheart. (The album finished 2017 as the year’s biggest seller.)

But one topic she has been quiet about is politics — a reticence that caused no shortage of frustration in the 2016 presidential campaign, when her lack of vocal support for Hillary Clinton was viewed by many as a lost opportunity to motivate young progressive voters.

That silence ended Sunday evening with an Instagram post in which Swift endorsed two Democrats from Tennessee, Phil Bredesen and Jim Cooper, running for congressional seats in next month’s midterm elections.

Not only that, but the singer also vividly laid out her opposition to Bredesen’s opponent, Republican Congresswoman Marsha Blackburn, whose voting record in the House — including her positions on pay equity, domestic violence and marriage equality — “appalls and terrifies me,” Swift wrote.

“I always have and always will cast my vote based on which candidate will protect and fight for the human rights I believe we all deserve in this country.”

Taylor Swift on Instagram

“As much as I have in the past and would like to continue voting for women in office, I cannot support” Blackburn, Swift said, before adding that the representative’s beliefs don’t align with the singer’s “Tennessee values.”

So what’s all this mean? No, not for politics, but for pop?

For starters, it adds yet another point of engagement to Swift’s enduring battle with West, an enthusiastic admirer of President Trump who’s floated conspiracy theories regarding Democratic schemes to oppress people of color. (In case you’ve forgotten, the two stars’ feud stretches back to the 2009 MTV Video Music Awards, where West interrupted Swift’s acceptance speech to say that Beyoncé deserved the award for female video.)

More interestingly, though, it suggests that Swift — whose success was founded on her ability to create the illusion of intimacy on a grand scale — is beginning to see herself in a slightly different way: as an artist, that is, whose canvas extends beyond the limits of her social and romantic life.

You can look at her previous pronouncements as essentially self-serving, though it’s important to note that she didn’t take legal action against the radio DJ until he’d sued her first (for what he said was Swift’s role in getting him fired).

But in this case, Swift seems freshly inspired by her concern for others — for those less insulated than she is from the threat she says Blackburn represents for various marginalized communities — and by a sense of responsibility to make that concern widely known.

“I believe that the systemic racism we still see in this country towards people of color is terrifying, sickening and prevalent,” she wrote on Instagram, which would have been unimaginable as recently as 2016 — when, let’s not forget, her winning album of the year over Kendrick Lamar at the Grammy Awards summoned thoughts of the institutional prejudice she describes.

This isn’t to discount Swift’s personal investment in these issues. In her note, she partly attributes her decision to speak out to “several events in my life,” and you have to assume that includes the dehumanizing experience with the DJ. (If the singer still agreed to be interviewed, which she hasn’t done in ages, perhaps we’d know for sure.)

But the timing of her comments, just a day after Brett Kavanaugh’s highly controversial confirmation to the Supreme Court, is surely no coincidence.

Is Swift merely offering up a performance of wokeness, parroting all the right words to correct for what she didn’t say in the run-up to Donald Trump’s shocking victory?

It’s possible, of course — and not because “her career has never recovered since Kanye ended it,” as conservative activist Charlie Kirk insisted cluelessly on Twitter.

Indeed, Billboard recently reported that Swift’s tour behind “Reputation” had raked in more money than any other U.S. tour by a female artist, including Swift’s earlier road shows.

But to suspect that the singer is cynically working to ingratiate herself with the liberal elite is to discount the likelihood that most of her fans live in red states like Tennessee. And although her music is a long way from Nashville these days, Swift still has roots in the country community, which has been relatively quiet on politics in the Trump era and which famously turned its back on the Dixie Chicks after the act was critical of President George W. Bush.

Which means she had much more to lose than to gain by coming out with a statement like this one.

To the extent that we should ever trust that an entertainer is speaking from the heart, Swift’s comments feel remarkably credible.


Texas, Janet Yellen, Taylor Swift: Your Friday Evening Briefing

Image

1. Hurricane Harvey made landfall near Corpus Christi, Tex., as a Category 4 hurricane. Parts of the state could see catastrophic flooding from the storm surge and torrential rains, and winds up to 130 miles per hour.

Forecasters predicted that after making landfall, the storm would turn back up the coast toward Houston, the nation’s fourth-largest city and home to the oil and gas industry. Here’s a map of the storm’s projected path. It will be the first big test for the White House and the new FEMA director, Brock Long.

We’ll be following the storm closely, with correspondents on the ground and here in New York. You can set your iPhone or Android device for breaking news alerts, or sign up here to get them by email.

2. In what amounted to a warning to the Trump administration, Janet Yellen, the Federal Reserve chairwoman, above center, delivered a broad rebuttal to Republican criticism that financial regulation is impeding economic growth.

Her term ends in February, and Mr. Trump has said he is considering whether to replace her. Gary Cohn, Mr. Trump’s chief economic adviser and a principal architect of his deregulation push, is a candidate.

But Mr. Cohn was reportedly so upset by the administration’s reaction to the violence in Charlottesville, Va., that he considered resigning. He said the White House “can and must do better” in condemning hate groups.

And in this week’s Partisan Writing Roundup, figures from across the political spectrum take on the president’s increasingly contentious relationship with his party’s congressional leaders.


Voir la vidéo: How To Hand Slap Pizza Crust (Octobre 2021).