Recettes traditionnelles

Profitez d'un dîner sur le toit à son meilleur à Bastille

Profitez d'un dîner sur le toit à son meilleur à Bastille

Profitez de tous les dîners à la française dans un jardin de délices

Le jardin généreux de Bastille accueillera une série de dîners.

Avec les arbres rougissant de fleurs roses et une heure supplémentaire de lumière du soir, l'été approche à grands pas. Rien ne sent l'été comme un dîner en plein air; avons-nous l'endroit pour vous à Seattle !

La brasserie conviviale de Ballard, Bastille, accueillera leurs soupers sur les toits du lundi soir en juin-septembre. Ces repas magiques auront lieu au milieu de leur jardin de 4 500 pieds carrés de délices terrestres, avec une vue imprenable sur les Jeux olympiques et le canal maritime. À 17h30, aiguisez votre sifflet avec une Pimm's Cup et une visite du jardin, dirigée par Seattle Urban Farm Co. Un dîner de plusieurs plats avec des accords mets-vins sera servi à 18h30. Mettant en vedette des produits cueillis dans le jardin adjacent, c'est aussi local que possible. La sommelière Kristen Young, le chef Jason Stoneburner et/ou le chef de cuisine Cody Farrell seront sur place pour présenter chaque plat et vin.

À seulement 12 convives par nuit, profitez de ces soirées intimes pour 115 $/personne, ce qui comprend la nourriture, le vin, la visite et le pourboire. Réservez sur Brown Paper Tickets. L'année dernière s'est vendue rapidement; l'oiseau en avance attrape le vers!


Sur les toits de Paris, un nouveau type de jardin urbain

Le paysagiste Arnaud Casaus crée des espaces verts plus sauvages et plus chaleureux que ceux que l'on trouve au niveau de la rue.

EN REGARDANT LA rampe depuis le toit-terrasse d'un penthouse du huitième étage de la rue Vieille du Temple dans le Marais, il est immédiatement clair que vous êtes à Paris : à travers le parc ci-dessous, devant les toits mansardés des immeubles haussmanniens bas qui ont fait face à ces rues depuis la fin du XIXe siècle, la tour Eiffel et la colonne de la place de la Bastille percent les nuages ​​gris au second plan et, vers l'ouest, les tubes bleu cyan et rouge cerise du Centre Pompidou dominent la ligne d'horizon, leurs teintes chromatiques s'entrechoquant contre la ville beige.

Ce sont des vues agréables et familières - mais si vous vous retournez vers l'appartement attenant à la terrasse privée (qui appartient à un producteur de télévision), vous apercevrez le véritable point focal du toit: un fourré dense de plantes, fondé en terre cuite patinée pots, superposés avec une telle variété et quantité qu'ils enveloppent complètement les murs et les coins de cette terrasse de 754 pieds carrés. Le tableau verdoyant en forme de V, aussi absorbant que désorientant dans ce contexte métropolitain, évoque le fantasme d'un voyageur du désert desséché trébuchant sur une oasis féconde. Ce sentiment de déplacement soudain est également repris par les plantes elles-mêmes, dont presque aucune n'appartient techniquement à Paris : parmi les dizaines de variétés, il y a Agave x nigra, une succulente rustique du désert Phillyrea angustifolia, un buisson à feuilles argentées originaire de la région méditerranéenne et Aristaloe aristata, trapu et hérissé, originaire d'Afrique du Sud.

Ces espèces exotiques provenaient de pépinières de toute la ville et en ligne - à partir d'endroits tels que Pan-Global Plants, une entreprise de vente par correspondance dans le Gloucestershire, en Angleterre - par le jardinier parisien Arnaud Casaus, qui, ces dernières années, a défié les conventions du français formel. jardins, avec leurs haies de buis symétriques, leurs rangées polies de tulipes pastel et leurs topiaires sphériques. Casaus, 45 ans, a réanimé plusieurs terrasses, balcons, patios et autres parcelles à petite échelle à travers Paris avec son style sauvage et naturaliste, qui s'inspire autant de son œil pour les plantes rares internationales que de son propre sens du chaos et spontanéité. «C'est comme cuisiner», m'a-t-il dit plus tôt cette année, alors que nous visitions plusieurs de ses projets résidentiels privés. « Vous avez une recette en main, puis vous allez au marché et trouvez quelque chose auquel vous n'aviez jamais pensé auparavant. Alors peut-être que vous avez toujours la même recette, mais vous la modifiez un peu – pour moi, le jardinage est comme ça. » Tout comme les chefs contemporains se concentrent sur le mélange des influences internationales, le soutien aux petits producteurs, l'annonce de l'hyper-saisonnalité et la collision de plusieurs références historiques et régionales à la fois, Casaus fait partie d'un groupe d'architectes paysagistes - dont Daniel Nolan à San Francisco, Gianmatteo Malchiodi à Parme, en Italie, et Rick Eckersley à Melbourne, en Australie – qui redéfinissent leur métier en grande partie en ignorant ses traditions, choisissant plutôt de créer des juxtapositions abondantes dans des cadres inattendus. Son travail s'inscrit dans un mouvement vert plus large en cours à Paris, où, depuis 2014, la ville a installé des dizaines de petits jardins publics idiosyncratiques en 2015, la maire Anne Hidalgo a annoncé une initiative, permis de végétaliser ("permis de végétaliser"), qui fournit des permis et des outils pour aider les résidents (ou leurs paysagistes) à développer leurs propres parcelles urbaines, avec l'objectif d'ajouter 247 hectares de jardins verticaux et de toits dans tout Paris d'ici l'année prochaine. Pour Casaus, cela implique souvent d'empiler des niveaux visuellement distincts de, par exemple, des cactus épineux et des buissons à fleurs vaporeux, ou des arbres ornementaux ramifiés et des herbes douces, contre une balustrade ou une façade. Il préfère travailler dans des espaces restreints non seulement parce que c'est ce qui a tendance à être disponible en ville, mais aussi parce que cela lui permet de distiller et de composer sa vision axée sur les contrastes.

LE PROFIL DE CASAUS a peut-être augmenté avec la vague verte de la ville, mais son style itinérant reste redevable à son passé itinérant : né à quelques heures au sud-est de Paris, dans la campagne bourguignonne de Dijon, ses premiers souvenirs sont de cultiver l'énorme potager de son grand-père et de manger ses tomates. C'est alors, à l'âge de 6 ans, qu'il sait qu'il « travaillera toujours dans la nature », se souvient-il, et au moment d'aller au collège, il choisit plutôt de s'inscrire à l'école de paysage du Sud de la France. Il n'a jamais terminé ses études, choisissant de passer deux ans et demi à la fin des années 90 au Liban, où il a appris à cultiver et à propager des plantes locales. En 2000, il part au Maroc pour fonder sa propre crèche avec un ancien camarade de classe un an plus tard, il rentre en France, où il rencontre son petit ami, Jérôme, avocat, et décide de rester à Paris.

Quelques années plus tard, il s'est lié d'amitié avec Karl Fournier et Olivier Marty du cabinet d'architecture alors en plein essor Studio KO, qui partageaient la même esthétique nord-africaine imprégnée de cactus et de désert que Casaus avait passé sa vingtaine à perfectionner. Alors que le duo était acclamé pour ses villas, hôtels et musées minimalistes, Casaus a servi de quelque chose comme leur architecte paysagiste interne : en 2015, pour la propre maison de Fournier et Marty en Corse, il a planté un palmier égyptien dans un champ envahi par les fleurs sauvages. et a créé une pergola en roseau parsemé de jasmin et de glycine en 2017, dans un lodge de style berbère que Studio KO a aidé à construire à Marrakech, Casaus a placé une paire de scabra d'agave de manière incongrue dans une pelouse d'herbe sauvage jusqu'à la taille, leur pointu des feuilles pointent à travers comme des oreilles de lapins errants et l'année dernière, dans le domaine à flanc de colline de Los Angeles du directeur créatif Richard Christiansen, il a installé un jardin à plusieurs niveaux classique d'agave, de plumeria et d'une douzaine de types différents de basilic.

Lorsqu'il a commencé à collaborer avec Fournier et Marty, Casaus recherchait souvent une pépinière régionale qui pourrait l'éduquer sur le climat, le sol et la végétation locaux. Il préfère toujours le faire lorsqu'il entreprend un projet dans un nouveau lieu. Mais plus il voyageait, plus il réalisait que ses options étaient plus flexibles qu'il ne le supposait autrefois : ce qui prospère à Kyoto, disons, ou Hong Kong ou Tanger ou Oaxaca ou même le sud de la Californie, pourrait tout aussi bien fleurir sur l'un de ses parisiens. les toits-terrasses, qui ont tendance à être exposés à un ensoleillement élevé et pourtant partiellement ombragés et protégés du vent, et donc hospitaliers à la flore équatoriale, méditerranéenne et orientale. Cette révélation a changé sa vision de l'architecture de paysage, une discipline qui est influencée par la mondialisation croissante, mais aussi par les réalités incontournables de la science du climat : « Le temps change », dit-il. "Je peux voir ça." Au cours des deux dernières décennies à Paris, les températures hivernales ont augmenté, ce qui lui a permis de cultiver, disons, de l'herbe à plumes mexicaine plus tôt qu'il n'aurait pu le faire dans le passé.

Tant qu'il a cette opportunité, Casaus pense que c'est à la fois sa mission et son droit de réimaginer ce que pourrait être un jardin sur le toit. (La verdure, après tout, est un baume contre le réchauffement climatique.) C'est peut-être le plus évident dans l'un de ses projets parisiens en cours : sa propre terrasse, seulement 108 pieds carrés, accessible par une porte vitrée dans la cuisine de son appartement au cinquième étage sur la rue d'Aboukir dans le deuxième arrondissement. Ici, la ville au-delà est presque invisible, bloquée par une canopée incessante comprenant une véritable Organisation des Nations Unies de l'horticulture : Akebia quinata - ou vigne de chocolat - originaire du Japon, de Chine et de Corée Yucca rouge, du désert de Chihuahuan dans l'ouest du Texas Tulbaghia violacea (l'ail de la société) importé d'Afrique du Sud et de la sauge commune, qui pousse dans toute la Méditerranée, nichée au milieu d'une myriade d'autres plantes à fleurs qui s'entremêlent pour former la représentation la plus pure de son éthique démocratique. Lors des chaudes nuits d'été - dont il y en a de plus en plus à Paris - Casaus et son petit ami sortent leur futon du cadre du salon et le traînent dehors sur la terrasse en bois près d'une table de café, le seul mobilier permanent du balcon. Et puis ils s'endorment au son des rues en contrebas et des abeilles bourdonnant au-dessus de leur tête, cachées dans une forêt qui leur est propre.


Restaurants

Sans aucun doute l'une des tables les plus difficiles à accrocher à Paris en raison d'une réputation stellaire comme l'un des meilleurs restaurants de la ville, Septime ouvre les réservations tous les jours pendant les trois semaines suivantes, de 10h à 12h par téléphone. Bon courage!

Premier restaurant parisien du groupe incroyablement populaire Big Mamma, ce restaurant buzzy montre pourquoi le concept a connu un succès fulgurant. Service rapide et amical, excellents cocktails, plats italiens délicieux et authentiques et design fabuleux. Agréable à la foule à son meilleur.

133 Rue du Faubourg Saint-Antoine

Pierre Sang

Cet espace épuré de style industriel est le royaume du chef Pierre Sange, dont la cuisine ouverte se révèle un menu unique de 6 plats (pour le dîner, 39 €) qui mélange les influences françaises et coréennes, avec des résultats impeccables.

Bistrot Paul Bert

Un bistrot classique qui est une adresse incontournable pour de nombreux visiteurs à Paris, ce resto confortable est un favori pour sa cuisine française traditionnelle et son service amical.

Le Chalet Savoyard

Parfois, vous avez juste besoin d'un peu de fromage fondu dans votre vie, et Le Chalet Savoyard peut vous y aider. Au service de la fondue et de la raclette, cet endroit peut être très amusant pour un dîner en famille ou entre amis.

Café de l'Industrie

Un repaire local pour une cuisine française simple et classique à des prix abordables. Des intérieurs cosy et d'antan vous envelopperont dans un Paris d'antan tamisé.

Les Fabricants

Une option décontractée et populaire à Oberkampf pour ceux qui recherchent des portions généreuses, des prix raisonnables (un conseil : ils n'acceptent que les espèces) et une cuisine du sud-ouest de la France. Attirer une foule jeune grâce, attendez-vous à une atmosphère bruyante et décontractée.

61 rue Jean-Pierre Timbaud

Le Chateaubriand

Une excellente option si vous recherchez une expérience de menu dégustation abordable (actuellement à 75 €), Le Chateaubriand est le royaume du chef Iñaki Aizpitarte, qui conçoit chaque jour une toute nouvelle gamme de plats. Rendez-vous ici si vous êtes partant pour une petite cuisine expérimentale étoilée Michelin.

Fulgurances

Si vous avez envie de découvrir le travail d'un chef différent tous les six mois, alors Fulgurances est fait pour vous. A chaque visite, vous pourrez savourer un nouveau concept culinaire grâce à un programme évolutif de chefs invités.

Un bar recouvert de zinc, des carreaux de clown des années 1920 (d'où le nom) et un éclairage de cirque rencontrent la cuisine passionnante et innovante de Sota Atsumi. Les amateurs de vins nature seront gâtés.

Des plats de bistrot traditionnels servis dans un cadre animé et un cours de fromages en libre-service que vous doit économiser de la place pour.

44 Rue Jean-Pierre Timbaud

Superbe bonté de fruits de mer de l'équipe derrière Septime (voir ci-dessus). Ce spot sans réservation est un petit bijou. Si vous pouvez entrer. Arrivez tôt et inscrivez-vous sur la liste !

Chez Justine

De bonnes pizzas au feu de bois, de bonnes vibrations, un design rétro et une atmosphère toujours animée font de Chez Justine un bon pari pour une soirée amusante et peu coûteuse.

Citron sale

Après avoir travaillé pour des noms comme Septime et Bonhomie, Ruba Khoury a maintenant son propre chez-soi dans le 11e. Les cocktails sont l'œuvre de l'ex-mixologue Brittini Rae de Candelaria, tandis que les assiettes de partage alléchantes et les petites bouchées sont toutes Khoury (chou-fleur rôti, moules à la harissa, foccaccia maison et plus encore). Pour en savoir plus sur Dirty Lemon, consultez notre article de blog ici.

24 Rue de la Folie Méricourt

Le Perchoir

Les boissons sur le toit sont toujours une bonne idée pendant les mois les plus chauds de Paris, et l'original Perchoir dans le 11e arrondissement est un endroit idéal pour les déguster ! Prenez l'ascenseur jusqu'au toit à partir de 18h et profitez d'une vue imprenable sur le Sacré-Cœur.

Café Charbon

Une excellente option toute la journée pour des cafés confortables ou des apéritifs amusants (littéralement appelés «afterworks» en France), le Café Charbon est un incontournable de la scène sociale d'Oberkampf.

L'un des premiers bars clandestins de Paris, et toujours aussi fort. Deux indices : Pizzeria. Frigo. Pour une carte des speakeasies de Paris, cliquez ici.

Ouvert en 2013, La Buvette est le tout petit bar à vin naturel qui a du punch. C'est l'endroit idéal pour un apéritif matinal (ils ferment à 22 heures civilisées), alors rencontrez un ami, attrapez l'une des quatre tables et profitez-en.

Café des Anges

Un favori toute la journée grâce à son menu qui plaira à tous et à ses prix abordables, le Café des Anges est un bistrot branché et animé avec des portions généreuses et des intérieurs que vous ne trouverez qu'à Paris.

Aux Deux Amis

Cet excellent bar à vin est toujours plein à craquer. Si vous parvenez à prendre une table, commandez un pichet de vin et une assiette de fromages et de charcuterie et profitez du buzz.

Grotte de Septime

Si vous ne pouvez pas entrer dans Septime (qui peut?), dirigez-vous vers leur bar partenaire pour un verre de vin et de petites bouchées.

Le P'tit Pinard

Avec près de 200 vins avec une option pour tous les goûts, cette nouvelle cave à vin sert également de délicieuses bouchées à déguster avec un verre (ou une bouteille. ) de quelque chose de beau.


Du toit à la table

Les restaurants de Seattle pimentent leurs menus en ajoutant des ingrédients frais cultivés dans leurs propres jardins.

De nos jours, de plus en plus de gens se soucient de ce qui se passe dans leur corps et pas seulement du nombre de calories ou de la teneur en gluten. Les convives veulent savoir exactement d'où vient la bouchée de nourriture sur leur fourchette qui les regarde en face. Quelle&rsquos son histoire d'origine? Qui a fait pousser du maïs qui a nourri le poulet pour ce sandwich ? Avec l'arrivée de l'ère de l'information, les gens peuvent désormais facilement rechercher des ingrédients, suivre la carrière des chefs dont ils adorent les plats et répéter des mantras comme &ldquoorganic&rdquo et &ldquofarm-to-table.&rdquo Ils peuvent visiter des fermes, cueillir leurs propres baies et rêver sur leurs propres jardins de fleurs comestibles. En d'autres termes, manger n'est plus un exercice stupide.

Heureusement pour nous, les mangeurs de Seattle, de nombreux chefs parmi les meilleurs et les plus progressistes d'Emerald City se soucient également de tout cela. Et certains sont même allés jusqu'à consacrer les toits de leurs établissements à des ingrédients de menu de sourçage ultra-local. Situés au-dessus des artères populaires d'Emerald City, les jardins font pousser des saveurs fraîches pour les convives. Les chefs récoltent la verdure pour les restaurants situés juste en dessous et dans des endroits populaires comme le Bastille Café & Bar et Quality Athletics. "Si vous goûtez quelque chose d'un jardin par rapport à quelque chose qui a été coupé une semaine auparavant, il n'y a pas de concours", déclare le restaurateur et chef Josh Henderson. &ldquoLa fraîcheur l'emporte toujours.&rdquo

Henderson, dont la collection d'établissements bien connus comprend le bistro/bar sportif américain haut de gamme Quality Athletics, affirme que garder un jardin sur le toit du spot Pioneer Square est une question d'économiser de l'argent (en fait, cela coûte probablement plus cher), mais le Le processus lui permet, ainsi qu'à ses chefs, d'adapter ce qui pousse à leurs spécifications exactes. Le jardin Quality Athletics, d'environ 15 sur 35 pieds, cultive six à sept variétés de plantes à un moment donné, y compris des tomates, des carottes et des herbes. Des ingrédients comme le persil, la menthe et les feuilles de laurier entrent dans les cocktails spécialisés du joint. Et si le jardin rapporte plus que ce que les chefs et les cuisiniers peuvent consommer, Henderson dit que d'autres restaurateurs viennent s'approvisionner.

Saucisse d'agneau grillée avec fèves, légumes verts à froufrous et radis marinés d'un dîner de jardin sur le toit de la Bastille. Photo avec l'aimable autorisation du Bastille Café & Bar

Bastille à Ballard a fait passer le jardin sur le toit au niveau supérieur. Depuis 2009, le restaurant français a tiré le meilleur parti de son jardin de 1 200 pieds carrés en cultivant des légumes-feuilles, des pois, de l'anis, des poivrons, des fleurs comestibles, des carottes et des herbes. Ces ingrédients apparaissent dans environ moitié les éléments du menu, et finissent presque toujours dans les spéciaux Bastille&rsquos pendant les mois les plus chauds. Selon la porte-parole Erica Waliser, le restaurant français a décidé de construire son jardin sur le toit en raison de la diversité des saveurs et des ingrédients qu'il offrait à sa cuisine.

Mais le pièce de résistance pour Bastille, ce sont les dîners de jardin sur le toit à quatre plats que le restaurant propose les lundis et mardis soirs, de juin à septembre. Bien que cher (175 $ par dîner), il s'agit d'une expérience culinaire unique qui comprend une visite guidée des plantes, dont certaines poussent dans de charmantes jardinières reconverties pour enfants. Du point de vue de Waliser, les dîners prouvent à quel point un repas peut être local, de la soupe aux noix glacées au miel. &ldquoNotre chef, Jason Stoneburner,&rdquo dit Waliser, &ldquo récolte également le miel des abeilles sur le toit. C'est toujours une expérience cool quand il fait ça !

Le chef Jason Stoneburner donne aux convives la configuration du terrain lors d'un dîner Bastille Rooftop Garden. Avec l'aimable autorisation du Bastille Café & Bar

Taichi Kitamura, propriétaire et chef cuisinier d'Eastlake & rsquos Sushi Kappo Tamura, a déclaré qu'il avait créé son jardin sur le toit-terrasse du restaurant il y a environ six ans pour répondre aux besoins spécifiques de son restaurant en matière d'ingrédients. &ldquoJ&rsquod a toujours voulu cultiver des légumes japonais difficiles à trouver,&rdquo explique le chef de sushi à l'esprit précis. Avec le jardin à un jet de pierre du restaurant, Kitamura sait exactement quand récolter l'une des dizaines de variétés de plantes qui poussent à tout moment. &ldquoJ'aime obtenir des piments shishito du jardin,&rdquo, dit-il. &ldquoIls&rsquore si frais et pleins de saveur et de douceur. Vous pouvez les faire frire avec un peu de jus de citron vert, et c'est délicieux.

Kitamura note que quelque chose est toujours sur le point de fleurir pendant l'été. Alors que son restaurant se concentre principalement sur le poisson, les herbes de son jardin sur le toit fournissent cette saveur supplémentaire à un prix qu'il ne pourrait pas obtenir dans le pays. &ldquoBeaucoup de légumes japonais&mdashsurtout shiso&mdashare cher,&rdquo dit-il. &ldquoJe&rsquo ne peut offrir quelque chose comme de la limonade au shiso ou des mojitos au shiso parce que j'ai le jardin là-haut.&rdquo

Parfois, les herbes aromatisant votre cocktail ou les tomates et les légumes-feuilles remplissant votre salade ressentaient en fait la même pluie que celle que vous avez reçue ce matin-là en vous rendant au travail. Seattle Urban Farm Company, qui travaille avec Quality Athletics, Bastille et des dizaines d'autres restaurants locaux, promeut l'agriculture urbaine durable, en effectuant tout entretien nécessaire ou requis. Chez Sushi Kappo Tamura, il y a un système d'irrigation en place qui offre un goutte d'eau constant.

Le chef de Bastille Jason Stoneburner utilise des ingrédients du jardin sur le toit du restaurant dans la cuisine. Photo de Morgen Schuler

Mais tous les jardins desservant un restaurant populaire de Seattle ne se trouvent pas sur les toits. Poppy, le restaurant herbacé d'inspiration thaïlandaise de Capitol Hill, dispose d'un jardin en forme de L de 500 pieds carrés autour de son parking, créé il y a 10 ans par le chef/propriétaire Jerry Traunfeld. Avec plus de 30 ans d'expérience dans la culture d'herbes, Traunfeld est l'auteur de plusieurs livres sur la culture et la cuisson des herbes fraîches. &ldquoC'est un peu mon truc,&rdquo, dit-il. &ldquoAlors, lorsque j'ai ouvert mon propre restaurant à Seattle, j'étais soudainement dans un environnement urbain et j'ai dû trouver un moyen de faire pousser mes propres herbes. J'ai travaillé avec le propriétaire qui m'a laissé utiliser une grande partie du parking&mdashwe a fait notre propre jardin d'herbes.&rdquo

Traunfeld dit que le jardin fournit des ingrédients difficiles à trouver ainsi que la fraîcheur indispensable pour ses assiettes légères et savoureuses. Cela aide également à éduquer le personnel sur la façon de cultiver leurs propres produits, une compétence qu'ils peuvent utiliser toute leur vie. &ldquoLe Nord-Ouest est l'endroit idéal pour cultiver la plupart des herbes culinaires&rdquo, dit-il. &ldquoLe romarin, le thym, l'origan&mdashhey se portent remarquablement bien ici.&rdquo Et bien qu'il cultive des herbes depuis des décennies, Traunfeld essaie toujours de planter une ou deux nouvelles variétés de graines chaque année. &ldquoJ'ai commencé à jardiner quand j'étais enfant,&rdquo, dit-il. &ldquoI&rsquove toujours juste été fasciné par les choses qui poussent. Tout le processus consistant à planter une graine et à la voir fleurir, puis à pouvoir la récolter, c'est quelque chose que je fais toujours.

Parfois, cependant, l'agriculture dans les limites de la ville est suffisante. Le restaurateur/chef du Hitchcock Restaurant Group, Brendan McGill, affirme que ses choix de menu sont régulièrement inspirés de ses jardins familiaux somptueux et luxuriants. Motivé par le livre, Cultiver des légumes à l'ouest des Cascades, McGill est tombé amoureux du jardinage dans le Nord-Ouest. &ldquoCe livre explique comment fonctionne notre climat,» dit-il, &ldquocomment les choses poussent toute l'année.&rdquo En commençant par une parcelle modeste, il a depuis développé son exploitation de culture. &ldquoJ'ai trouvé que c'était aussi très bénéfique pour ma tête,&rdquo, dit-il. &ldquoI&rsquod sortir avec le chien, emmener mon fils aîné avec moi. C'était méditatif. Vous vérifiez les pousses, arrachez quelques mauvaises herbes. Et puis ce genre de magie se produit là où les choses grandissent.&rdquo

Le chef dit qu'il apporte également régulièrement des produits qu'il cultive à la maison (collard, chou frisé de Sibérie, échalotes, etc.) et de sa ferme familiale, Shady Acres, dans ses restaurants comme le café Hitchcock au centre-ville de Seattle et Bruciato sur l'île de Bainbridge. McGill dit qu'une chose qu'il a apprise est ce que signifie réellement « nourriture saisonnière ». « Il ne s'agit pas de ce qui ressemble au printemps », dit-il.

Travailler dans le jardin a démystifié les processus de culture et de récolte pour McGill et a "fermé le cercle" entre le chef et le fermier pour lui. McGill, qui est chef cuisinier depuis environ 15 ans, a depuis agrandi sa ferme pour inclure à la fois du bétail et des employés. &ldquoI&rsquo a développé une appréciation pour cela, pour l'agriculture,», dit-il. &ldquoC'est comme être un chasseur, tuer son propre gibier&mdashle respect que vous lui portez. Jusqu'à ce que vous fassiez les choses vous-même, vous ne connaissez jamais les subtilités de celui-ci. En tant que chef, je voulais juste apprendre à mieux connaître ces choses.&rdquo

&ldquoJe peux&rsquot imaginer consacrer ma vie à la nourriture et ne pas la cultiver,&rdquo McGill dit. &ldquoCela n'a plus de sens pour moi.&rdquo

Une abondance d'herbes du jardin Quality Athletics&rsquo. Photo de Morgen Schuler

Une vue du jardin sur le toit de la Bastille. Photo de Morgen Schuler

Correction: Quelques-uns des groupes de restaurants Hitchcock ont ​​été initialement cités à tort comme utilisant des produits de McGill et ont depuis été mis à jour.


Matsuhisa Munich au Mandarin Oriental – Dîner à son meilleur !

Matsuhisa Munich du chef de renommée internationale Nobuyuki “Nobu” Matsuhisa, est situé au premier étage du prestigieux Mandarin Oriental, niché au cœur de la vieille ville de Munich. Il s'agit du premier avant-poste allemand de Nobu Matsuhisa et de l'une des adresses les plus prisées de Munich pour la gastronomie. l'endroit parfait pour tout amateur de nourriture.

Le format du restaurant est basé sur le restaurant original Matsuhisa à Beverly Hills, où la success story de Nobu a commencé avec son ouverture en 1987. Matsuhisa, ainsi que les restaurants Nobu qu'il est copropriétaire avec l'acteur Robert de Niro, ont été un aimant pour les gourmands et les célébrités du monde entier depuis. Conçu par FG Stijl, l'intérieur du Matsuhisa Munich est intemporel et élégant avec de subtils accents orientaux qui créent une atmosphère chaleureuse et accueillante.

Le Mandarin Oriental a son magnifique toit-terrasse China Moon qui fait d'excellents cocktails avant le dîner les jours chauds et ensoleillés, c'était certainement l'endroit où nous nous sommes dirigés pour quelques verres avant le dîner. Les vues à 360 ° sur Munich étaient fantastiques, tout comme le service, les cocktails et les airs de fond agréables.

Nos boissons rafraîchissantes, un Frozen Sunshine composé de vin rosé, de purée de fraises et de sucre et d'un Gin & Tonic étaient accompagnés de raisins rouges sucrés et congelés servis par Sarah, la superviseure F&B qui nous a fait passer une merveilleuse soirée avec sa manière professionnelle et amicale .

Chez Matsuhisa, nous avons continué notre soirée avec leurs cocktails signature, un Cucumber Chill ‘Hendrick’s Gin, de la liqueur de fleur de sureau, du miel et du jus de citron vert’ et un Lychee Martini ‘Absolut Mandarin & Vanilla and lychee liqueur’ qui était un bon début à un repas mémorable !

Pour les apéritifs, nous avons eu des Tacos Anticucho au Poulet, servis en finger food, avec une marinade légèrement piquante qui pouvait être agrémentée d'un peu de jus de citron vert. Garni d'algues hijiki, il avait un équilibre de saveur parfait et j'ai aimé l'élément tactile du plat.

Nous avons eu quelques plats signature de Nobu tout au long de la soirée, tels que le Yellowtail Sashimi Jalapeño, un plat fantastique dans une sauce aux agrumes, avec du jalapeño frais et croquant qui a agi comme une belle contrepartie à la sériole plus douce tandis que la coriandre adoucissait légèrement l'épice du piment jalapeño.

Ensuite, on nous a servi du saumon poêlé Karashi Su Miso, un autre plat incroyablement délicieux avec des tranches de saumon parfaitement poêlé dans une sauce magnifique qui complimentait bien le poisson.

Matsuhisa possède également une impressionnante collection de sakés exclusifs des îles Sado et en toute honnêteté, j'ai négligé les complexités du saké dans le passé et j'étais curieux d'en savoir plus à ce sujet. Le premier saké que nous avons essayé ce soir-là était Junmai Daiginjo “Yura Yura” (ce qui signifie balancer lentement), un saké très sec et frais qui s'accordait à merveille avec les plats délicats où un vin aurait été légèrement trop puissant. Plus tard dans la nuit, nous avons également essayé leur YK35 rare et très exclusif avec un arôme d'anis qui avait une légère douceur. Le nombre 35 dans le nom fait référence au taux de polissage du riz, c'est-à-dire la quantité de noyau interne qui reste après le polissage de l'enveloppe en pourcentage. Le saké fabriqué à partir de riz hautement poli est plus exclusif car il en résulte un saké plus propre et plus raffiné.

La salade de chou-rave, un plat classique qui ne figurait pas au menu, se présentait dans une belle sauce japonaise aux agrumes, du parmesan, du miso sec et de l'huile de truffe qui vous a d'abord frappé avant de fondre avec les autres ingrédients. C'était impressionnant de voir comment un simple ingrédient comme le chou-rave pouvait être transformé en quelque chose d'aussi exceptionnel !

Le tempura Baby Tiger Shrimp était très agréable au palais avec une sauce douce, crémeuse et légèrement épicée, servi sur un lit de laitue.

L'un des plats les plus populaires des restaurants Nobu est le Black Cod Yuzu Miso, mariné pendant trois jours dans une pâte à base de miso (un mélange de pâte de miso blanc, de saké, de mirin et de sucre) avant d'être grillé et cuit. Le poisson était merveilleusement beurré avec une belle feuilleté - un plat élégant mais simple, avec un extérieur caramélisé sucré et salé! La tige de gingembre Hajikami sur le dessus a agi comme un nettoyant pour le palais.

Pour le plat de viande qui allait suivre on nous a servi un bon verre de Fronsac, 2003

Le bœuf Toban Yaki au citron vert japonais, différents types de champignons et légumes est un autre plat signature. L'assiette est arrivée à table avec un bruit de grésillement, dessus du bœuf parfaitement cuit avec la bonne quantité de légumes pour accompagner la viande.

Nous n'avons pas pu résister à manger des sushis avant le dessert, un mélange de crevettes rouges argentines, de thon et de bar avec du miso séché et de l'ail. Un délice absolu !

Le fondant au chocolat est venu dans une boîte fermée, il avait un centre liquide parfait et fonctionnait bien avec la crème glacée au thé vert. Nous avons également eu un Whisky Cappuccino avec un délicieux crumble de café au fond de la tasse avec du whisky Suntory et de la glace à la noix de coco et même si j'étais déjà rassasié après notre repas indulgent, je parviens à finir les deux desserts presque tout seul.

Ayant déjà été dans d'autres restaurants Nobu, Matsuhisa Munich est certainement à la hauteur des normes élevées de Nobu - chaque plat qui sortait de la cuisine était magnifique. C'est l'endroit où aller pour impressionner quelqu'un, la plus haute qualité de nourriture est utilisée dans ses plats, ce qui se reflète dans le prix. C'est une expérience vraiment spéciale avec un service de haute qualité. Alex, qui s'est occupé de nous ce soir-là, était incroyablement compétent avec un talent pour décrire la nourriture, très professionnel et attentif - il a ajouté à une excellente expérience culinaire.

Neuturmstrasse 1
80331 Munich, Allemagne

Nous étions invités à Matsuhisa Munich – les opinions, comme toujours, sont les miennes!


Profitez d'un dîner sans fioritures à son meilleur au Eastwood Café + Bar

Le restaurant ouvert toute la journée de l'Eastwood Richmonde vient de faire peau neuve et est maintenant un restobar qui propose des plats locaux et internationaux préférés de tous les temps du matin au soir. Simplement appelé Eastwood Café+Bar, il est aussi simple que son nom avec un menu simple de plats réconfortants populaires pour satisfaire les envies soudaines ou votre envie habituelle d'un repas délicieux. La fusion du café et du bar fait partie du plan de l'hôtel pour fournir un service sans faille qui emmène les clients du petit-déjeuner au déjeuner au dîner et aux boissons après le dîner, avec du café et des collations entre les deux, sans avoir à quitter votre siège. Et avec ses intérieurs chics mais décontractés, il évoque une ambiance moderne et confortable à tout moment de la journée, ce qui en fait l'endroit idéal pour des réunions d'affaires décontractées, des rendez-vous détendues avec des amis ou un « temps pour moi ».

Chaque matin, l'Eastwood Café+Bar sert un buffet copieux et copieux composé de plats philippins, orientaux et occidentaux pour le petit-déjeuner. Le petit-déjeuner buffet est disponible du lundi au dimanche de 6h à 10h pour seulement PhP 680nett, café et jus de fruits compris.

Le menu à la carte est un assortiment de plats mondiaux bien-aimés soigneusement sélectionnés, tous servis avec des portions généreuses et à des prix très abordables. Le directeur de Food & Beverage, Dave Bañez, explique : « Nous comprenons que les gens recherchent toujours le meilleur rapport qualité-prix. They also want familiar food that’s satisfying and priced reasonably, and they want a nice ambience and good service so they can enjoy their dining experience.” He further reiterates, “At Eastwood Café+Bar, we deliberately kept the prices low, definitely not the hotel prices you would expect, because diners are still very practical. However, we made sure guests will still get the feel of fine dining with our tastefully designed interiors and quality service. Our aim is to provide ‘no-frills dining at its finest’.”

Among the must-try dishes from the a la carte menu are breakfast items like King Salmon (P375), Corned Beef Hash & Bacon (P355), and Pork Longganisa (P345) starters, soups and salads like Filipino Chorizo Bruschetta (P195), Clam Chowder (P185), Caesar Salad (P295) entrees like Beef Kare-Kare (P495), Miso Maya-Maya (P465), Nasi Goreng (P425) freshly grilled meats & seafood like Norwegian Salmon (P645), Angus Rib-Eye Steak (P1,105), Jumbo Prawns (P885) and a variety of sandwiches, pasta, pizza and desserts for snacks like Eastwood Club Sandwich (P295), Bacon Alfredo (P295), Pizza Pescatora (P545) and Red Velvet Cake (P205). In addition there are bar chow items such as Tinapa Paté (P185), Streetfood Combo for sharing (P275) and Binagoongang Liempo (P355). And not to forget are Richmonde’s signature ensaymadas, chocolate cake, bibingka and other pastries that go perfectly with your coffee of choice.

Starting this month, Eastwood Café+Bar has an explosive treat for brewski lovers – the “Beer Blast” promotion! Get bottles of your favorite San Miguel Pale Pilsen, Light & Dry, and Smirnoff Mule for only PhP 85++ per bottle from 6:30pm to 8:30pm daily.

And for an ultra affordable bar chow and drink combo good for sharing, there’s the “Pair and Square”. The amazing pairings include Pizza Pescatora+3 bottles of local beer for PhP 805nett, Classic Crispy Pata+3 bottles of Raffa Sparkling Wine for PhP 1,145nett, and Cheesy Beef Nachos+3 glasses of frozen margarita for PhP 835nett.

So if you’re looking for good food and good deals, come to Eastwood Café+Bar and satisfy your comfort food cravings while getting the best value for your money. For inquiries and reservations, call (632) 570-7777.


HiP Paris Eats: Communal-Style Dining

Our friends over at Parisien Salon, a website with great tips on things to do in Paris, recently posted a helpful list of tasty restaurants that feature canteen-style (communal) tables. Perfect for large groups, eavesdropping on your neighbor’s conversation or making new friends, communal tables offer diners a more relaxed atmosphere in which to enjoy their meals.

“Whether they be arty, chic, historic or regressive, Parisian canteens have in recent years defined a new style of eatery. Now found in all districts, they’re putting an air of hospitality back into gastronomy and reshaping the rules of dining. (…)

Thinking about canteens takes us back to our tender childhood years, in school or at summer camp. These Parisneo-canteens are nothing of that. Instead, they’re all about chic decor, arty atmosphere and good food.

A canteen table was introduced a few weeks ago at Merci, the ethical (and trendy) concept store in the Bastille district. On the basement floor of the shop, the tables are placed in lines opposite the glass bay window, looking very like an artist’s workshop and offering a view of the restaurant’s organic vegetable garden. The atmosphere is cheerful, the tableware recyclable and the seasonal dishes all organic.

Photo courtesy of Parisien Salon

The canteen trend can also be found in mixed venues such as Uni-ver (photo at left), located in the heart of a passageway in the FaubourgSaint-Antoine. This gallery offers visitors lunch and dinner at its table d’hôte. Guests enjoy dishes together – prepared by theresident cook – at the large wooden table in the gallery or in the small indoor garden.

A favorite with fashionitas in the rue du Faubourg-Saint-Honoré district is the Cantine du Faubourg.A gastronomic pause here between the district’s haute couture boutiques will let shoppers enjoy the ultra-design decor, contemporary furniture and lighting effects. A table d’hôte welcomes groups of guests, while thelounge area adds a touch of glamour and chic to this neo-canteen.

Finally, when the 58 Tour Eiffel reopened on the first floor of the Eiffel Tower it was in the canteen spirit for lunchtime eating. So while enjoying an exceptional view of Paris, diners go to the counter to collect the dishes that they have ordered from the chefs at work in the open-kitchen right in front of them.

Bobo and Organic

Photo courtesy of Parisien Salon

The canteen trend also includes those who favour seasonal organic produce along with the Parisian bohemian spirit. One example is Supernature (photo at left), the organic 9th arrondissement canteen located just a few steps from the Grands Boulevards. In this restaurant, the emphasis is on healthy food. On the menu are lots of vegetable dishes, and even the wine list is natural. As for the decoration, small glasses and canteen carafes together with country photographs set a simple and friendly tone for this place.

In the same spirit, the organic canteen Soya in the 11th arrondissement, newly-installed behind a black facade, offers an organic menu in a decor of solid wood, cut stone and cast-iron columns.

Much appreciated by Parisians and foreigners, Rose Bakery now has two addresses, one in the 9th on the rue desMartyrs and the other in the Marais. On the menu at both locations are crates of fresh vegetables, organic fruit juices,small quiches and delicious scones. On Sunday, these not-to-be-missed local canteens become a very popular placefor a brunch with the family or friends.

A new arrival in the Marais district, Glou has quickly become a hot spot. The large, industrial-style tables d’hôte serve up a list of natural wines and simple dishes that allow the palate to rediscover simple sensations. A few steps from the Musée Picasso, galleries and shops in the rue Vieille-du-Temple, it is an address worth noting.

The Originals

This final category of canteens puts the emphasis on originality in every sense of the word.

Photo Courtesy of Parisien Salon

Le restaurant Chartier (photo at left) is in fact considered as being the origin of Parisian canteens. For three centuries, this Parisian institution on rue du Faubourg-Montmartre, a few steps from the grands boulevards, has been serving meals at affordable prices – the great classics of French cooking – in its belle époque-style dining room. The waiters play on the friendly atmosphere in this canteen, where guests sit side-by-side. On the menu are popular and simple dishes: egg mayonnaise or grated carrot salad for starters, chicken and chips or sausage and purée as a main course, and all at budget prices.

Playing on the concept of originality with its back-to-school decor, Le Réfectoire, offers large tables, tiles onthe wall, Goldorak or Superman glasses, and popular school meals on the menu. It’s a favorite with residents of the 11th arrondissement in their thirties. For visitors to Paris, this is anopportunity to sample popular French dishes at its source.

When the canteen trend meets pizza (another hot style of Parisian cuisine), the result is Pink Flamingo. With a simple concept that’s proven quite successful, the restaurant has its original location near the Canal Saint-Martin and a second one in the Marais. The pizzeria serves it’s dishes in a comfortable environment at one of the large tables d’hôte with a spotted wax tablecloth and large plastic carafe. The concept goes beyond the boundaries of the restaurant, since Pink Flamingo pizzas can also be ordered and delivered, whether to a park for a picnic, along the canal, or even to an apartment.

Finally, the canteen-grocers should not be forgotten. They can be found in all districts of the capital, with Italian inspiration, like the grocer Chauvoncourt, in the 9th arrondissement, or Franco-Japanese-Auvergnate at Mon Oncle le Vigneron, in the 19th arrondissement. There’s something for every taste in the Paris canteen. Bon appetite!”

58 TOUR EIFFEL 5 Champ-de-Mars, Paris 7th, +33 (0)8 25 56 66 62
www.restaurants-toureiffel.com

CANTINE DU FAUBOURG105 rue du Faubourg-Saint-Honoré, Paris 8th, +33 (0)1 42 56 22 22

MERCI, 111 bd Beaumarchais, Paris 3rd, +33 (0)1 42 77 00 33 ** Also see our article about Merci here. **

UNI-VER, 6 cité de l’Ameublement, Paris 11th Tel +33 (0)1 43 67 00 67

GLOU, 101 rue Vieille-du-Temple, Paris 3rd, Tel +33 (0)1 42 74 44 32

ROSE BAKERY, 46 rue des Martyrs, Paris 9th, Tel +33 (0)1 42 82 12 80

or: 30 rue Debelleyme, Paris 3rd, Tel +33 (0)1 44 78 08 97

SOYA, 20 rue de la Pierre-Levée, Paris 11th, Tel +33 (0)1 48 06 33 02

SUPERNATURE, 12 rue de Trévise, Paris 9th, Tel +33 (0)1 47 70 21 03

CHARTIER, 7 rue du Faubourg-Montmartre, Paris 9th, Tel +33 (0)1 47 70 86 29

ÉPICERIE CHAUVONCOURT, 22 rue Henri-Monnier, Paris 9th, Tel +33 (0)1 48 78 26 03

MON ONCLE LE VIGNERON, 2 rue Pradier, Paris 19th, Tel +33 (0)1 42 00 43 30

PINK FLAMINGO, 67 rue Bichat, Paris 10th, Tel +33 (0)1 42 02 31 70 or 105 rue Vieille-du-Temple, Paris 3rd, Tel +33 (0)1 42 71 28 20

LE RÉFECTOIRE, 80 bd Richard-Lenoir, Paris 11th, Tel +33 (0)1 48 06 74 85


Tuesday, May 11, 2010

A DATE WITH THE BEES

Emilia Arnold is a valued member of our service team. Below she talks about her recent visit with Corky Luster, our rooftop bee curator.

After helping me suit up in a big, white jacket with attached beekeeper's veil ("You look like Kenny, from South Park!") Corky Luster, owner of the Ballard Bee Company, introduced me to the more than 50,000 bees of the two busy hives on Bastille's rooftop.

Corky takes apart the hive so we can see its inner workings, calming the bees down with smoke as he goes.

He places a docile drone, a male bee, in my hand. The drones live to eat and make conquests, Corky says. "They're basically Italian boys," he adds, with a laugh.

But really, these bees are Ballard bees through and through. Like Bastille's owners, James Weiman and Deming Maclise, the bees like to keep it local. They collect nectar within a five mile radius of their hive, and they especially love the blackberry bushes near the neighboring railroad tracks.

Their honey is destined for the Bastille dining room, just a few floors below the hives. Having the bees at Bastille is all part of the restaurant's focus on using existing spaces in an innovative way to add true local flavor to the menu.

Corky scrapes some fresh honey from inside the hive and gives me a taste. So far, that local flavor is delicate and floral and delicious.

Our queen bee, Marie Antoinette, and her workers are busily making the honey that will soon appear on Bastille's menu. Harvested honey just needs a quick strain and then Corky hands it off to Head Chef Shannon Galusha.

Shannon's got some big plans for the honey, which will likely land in everything from entrées to cocktails. For the summer, he's talking about hibiscus honey iced tea, a goat cheese, honey and Charente melon salad and honeycomb bars for the plateau au chocolat. And the rooftop honey will be oozing its way into even more dishes come fall.

But if a date with bees doesn't appeal to you so much, don't worry! You won't find Bastille's bees hanging around the patio (which opens May 10) trying to get into your soda. Hornets and wasps go after trash and sugar, Corky says, but honeybees have a more sophisticated diet. They eat water, nectar and honey.

And they turn those simple ingredients into more delicious honey, and lucky for us the bees don't seem to mind sharing. With Corky keeping the bees buzzing upstairs, and Shannon hard at work downstairs, it's sure to be a pretty sweet summer at Bastille.


Schauenstein Schloss - modern Suisse fine dining at its best!?

Andreas Caminada and his beloved restaurant Schloss Schauenstein (it’s a 6-room hotel as well) have been one of the hottest chefs and restaurants in their country and the whole Europe. The restaurant is located in the valley of Domleschg – to be exact in Furstenau, arguably the world’s smallest city. It was not an easy area to reach as it’s pretty much another in-the-middle-of-nowhere dining place. However, as long as the restaurant can be “comfortably” reached by public transport, whenever the opportunity arises, I would make an effort to visit that place. That’s what I did in October this year … having a lunch at Caminada’s temple of haute cuisine

My wife and I ordered a 6-course menu (including cheese and a dessert). By now, many people should know what this meant … in addition to the real dishes from the tasting menu, Andreas and his team would provide 5-6 nibbles / finger food items, then 4 different amuse-bouche served separately before the 1st appetizer and 6-7 mignardises in the end. For the menu … I tended to like the meat items more than the fish ones. During this lunch, we had:
-Sweetbread prepared until the outside was golden and ‘crispy’ but the inside was still tender and flavorful. It was served with tasty and sweet orange sauce (apple, honey and balsamic), fresh pickled celeriac foam and rather bitter parsley cream.
-Local pork prepared 2 ways: the crispy pork belly was heavenly and sinful, the most delicious thing I ate here. Another one was a more refined and carefully cooked pork fillet – the texture and temperature were great but the succulent meat was not as flavorful as I expected. The pork was accompanied by vegetable cream, tomato and pickled button mushroom to balance anything you might find to be too rich / intense
For more details about the rest of the dishes, I will let you see from the link below

As you could see, Andreas Caminada seemed to like anything “pickled”. Well, over the course of this lunch, I found that he’s indeed the master of creating acidity / sour flavor naturally. Like the ingredients used previously, even the cheese dish was all local. The dessert was unfortunately rather weak … the technique and execution were good but both of us were not too fond of the main produce – plum with yoghurt. Then, the pastry team also prepared soufflé and granite but the flavors used were derived from curd and verbena respectively – we’re not too keen on them either. Our lunch package included wine pairing and they’re sourced locally from Switzerland and most of them were relatively young wines. I kinda liked the selection and in fact, it’s been a while I’ve never consumed this much alcohol (7 glasses – at least equivalent to the whole bottle per person). Around the dessert time, honestly I felt somewhat “tipsy” or nearly half drunk )

The castle was really old obviously (from the 12th century) and Andreas Caminada tried to preserve it as much as possible. The interior of the dining room itself was modern and minimalist with some paintings and pictures on the wooden walls / panels. There were 2 dining rooms and altogether they could fit about 25-30 people yes, it’s relatively small. 2-3 months advanced reservation especially over the weekend was essential.

Chef Caminada paid attention to the guests’ overall experience. He himself led and trained his service staffs. He wanted to make sure guests received great service even from the reservation process. During a nice weather, guests were encouraged to eat their small-bytes and amuse at the partially covered terrace with beautiful mountain in the backdrop. In the evening, I was told that diners were welcomed to the opulence bar and lounge located 1 floor above the main dining room to enjoy their petit fours. Given the long meal (4+ hours), the restaurant wanted to make sure that guests not feel bored to be seated in the same room throughout

The meal was indeed memorable. The service was impeccable, the best one I’ve ever experienced in Switzerland. The front team staffs were predominantly female dressed in black they were very competent – amiable, attentive and knowledgeable. The pacing for both the food and wine were just nice. Had the location been more accessible, I would’ve visited this place more often in the future. A foodie looking for modern and complex cooking with good balance optimizing the use of mostly the best produce from Graubunden canton … there’s hardly any better place than Andreas Caminada’s flagship restaurant.


Travel Picks: Top 10 Bastille Day celebrations

San Francisco (Reuters) - Sing a rousing rendition of the Marseillaise, twirl a sparkler or head out to see the parades and fireworks for France’s national day of celebration on Saturday. Francophiles around the world can find a place to join in the revelry with online travel adviser Hotwire.com’s (www.hotwire.com) list of the top 10 destinations to celebrate Bastille Day. Reuters has not endorsed this list:

Welcome to the center of the universe for Bastille Day celebrations. Expect parties, special programming and general merry-making in cafes, parks, clubs and discos all over the city. Even the fire houses open their doors for balls where they serve food, drink and live music to a largely local crowd in exchange for small donations. On the morning of July 14, the French President presides over the military parade down the Champs Elysees that draws huge crowds and an aircraft flyover. Get there a few hours early if you want a spot close to the action, or hit Restaurant Georges on the rooftop of the Centre Pompidou, Montmarte or Belleville for the view. Later on, catch the fireworks display at the Eiffel Tower.

Just a few weeks before playing host to the Olympics, London will throw a Bastille Day celebration second only to the one in Paris, and while festivities take place all over the city, the main event is the Garden Party at Battersea Park, complete with live Caberet performances, face-painting and games for the whole family. Burough Market will celebrate with an abundance of French wine, Absinthe and Champagne tastings and French food samplings. The Bankside will also be filled with street entertainment, performance art, theatrical performances, outdoor eating, drinking, dancing and singing and an exciting fireworks finale.

With its French Creole roots, New Orleans may be the best place in the United States to celebrate Bastille Day. This eclectic city is known for its culture, delicious food and great jazz, but most of all the Big Easy knows how to throw a great party and Bastille Day is no exception. The week-long celebration kicks-off with a traditional French Mass at St. Luis Cathedral followed by fireworks on the river, poetry readings, live music and French food. For Bastille Day, locals pay homage to their French heritage with a wreath-laying ceremony at the Joan of Arc Statue on Decatur Street, a French poodle contest in Dutch alley, block parties and a French market. The weekend closes with the traditional Waiters and Bartenders Race and cooking demonstrations.

For a less crowded Bastille Day option, visitors should consider Liège. Liège is the biggest and the most important metropolis of Wallonia, the French-speaking part of Belgium. But even with its French roots, Liege has only celebrated Bastille Day since WWI when the city was recognized by France’s Legion d’Honneur for its heroic efforts by resisting the Germans in the Battle of Liege. Today, Liege has one of the largest French Bastille Day celebrations (it’s even bigger than its own Belgian National Day celebration) in the world. Travelers can enjoy an array of festivities including military parades, concerts and a firework show outside the Place Des Congres (Congress Hall). Festivities continue well into the night with live DJs and dancing.

To celebrate Bastille Day in Eastern Europe, Budapest is the place to be. Described as one of the most beautiful cities in Europe, its temperate climate and rich culture attract tourists from all over the world. For Bastille Day, the French Institute holds an annual two-day celebration along the banks of the Danube River and in nearby streets. The streets boast music, dancing and a local market filled with French cheeses, wine and local Hungarian specialties. At night, locals and visitors enjoy fireworks and a street party on the river banks. After the festivities, travelers can jump across the river to one of seven islands or take advantage of attractions like neo-gothic Parliament, Castle Hill and Andrássy Avenue.

6. Franschhoek, South Africa

For a gourmet Bastille Day, visit Franschhoek wine valley. Franschhoek literally means the “French Corner,” named by French settlers in the 17th century. Although a long way from France, the city’s French heritage comes alive on Bastille Day with the Franschhoek Bastille Day Festival Food and Wine Marquee hosted by the Franschhoek Wine Valley, where award-winning local and French wineries offer tastings. The festivities also include the running boules competition, Franschhoek minstrel parade, barrel-rolling contests, craft fairs and live music.

With Montreal being the third-largest French-speaking city in the world, it’s no surprise that their Bastille Day celebration is a big one. Originally called Ville-Marie, or “City of Mary,” Montreal is home to rich nightlife with many restaurants and bars - almost all of which will be celebrating Bastille Day - studding its cobblestone streets. Partiers revel in costumer at the Old Port, the Bastille Day Wine Crawl Montreal puts a French twist on the traditional bar crawl and the city lights up with parades, festivals and fun for people of all ages.

Looking for somewhere tropical with a French twist? As a member of the French Republic (pays d’outre-mer), French Polynesia is made up of several groups of Polynesian islands, the most famous island being Tahiti. The islanders have made Bastille Day their own, however, using it to celebrate their own unique culture through events like Heiva, an inter-island contest of singing, dancing, drumming, and traditional acts of manhood such as banana carrying, coconut-opening, out-rigger canoeing and spearing over the backdrop of crystal-blue waters, beaches and sunshine.

9. St. Thomas, U.S. Virgin Islands

While St. Thomas is technically part of the U.S. Virgin Islands, its large French population gathers together for several days of Bastille Day festivities. The celebration begins with dancing at local bars and live performances from bands from the French community. The highpoint of the celebrations is the Kingfish Tournament, a fundraiser for local schools which is held on a Sunday. Fishermen cast their lines early in the morning and must return to the beach by noon to enter their catches into the contest. The participant who catches the largest kingfish is awarded prize money.

Even some of the most remote destinations celebrate Bastille Day. Cayenne (French pronunciation:) is the capital of French Guiana, an overseas region of France that enjoys the same customs, currency and holidays as its namesake. The city stands on a former island at the mouth of the Cayenne River on the Atlantic coast and Bastille Day activities are much the same here as they are in Europe, with rousing renditions of Le Marseillaise, libations, civic events, parades and fireworks.


Voir la vidéo: Stroll around the new and improved Bastille square, Paris. (Décembre 2021).