Recettes traditionnelles

Noma annonce son déménagement en Australie en janvier 2016

Noma annonce son déménagement en Australie en janvier 2016

Noma de Rene Redzepi ouvre en Australie en janvier

René Redzepi a publié sur Facebook des photos d'ingrédients australiens comme des citrons verts sanguins avant son annonce que Noma déménagerait à Sydney en janvier.

On dirait que le meilleur restaurant du monde a attrapé le virus du voyage. Après avoir passé quelques mois très appréciés au Japon plus tôt cette année, le célèbre restaurant de René Redzepi est retourné à Copenhague, mais il semble qu'il ne restera pas longtemps, car hier soir sur Facebook, Redzepi a annoncé que Noma l'emballerait. et reprenant le spectacle sur la route, et cette fois, il ira en Australie.

"L'année dernière, j'ai eu la plus grande expérience d'apprentissage de ma vie", a déclaré Redzepi dans une annonce sur le site Web de Noma. « En déménageant notre restaurant à Tokyo, nous nous sommes ouverts à une nouvelle bibliothèque de goûts, une tradition culinaire impressionnante à la fois ancienne et diversifiée. L'immersion dans la culture japonaise nous a mis au défi de comprendre un nouvel ensemble d'ingrédients, de développer de nouveaux états d'esprit et d'explorer de nouvelles possibilités. Nous sommes revenus à Copenhague plus remontés que jamais : avec des sacs d'énergie et d'inspiration, et beaucoup de nouveaux amis. Nous voulons voyager comme ça une dernière fois… et dernièrement, je rêve de l'Australie.

Le prochain emplacement de Noma sera à Barangaroo, Sydney, et encore une fois, tout le personnel et leurs familles suivront. Redzepi taquine cette annonce depuis quelques semaines en publiant des mises à jour sur sa page Facebook qui incluent des photos d'ingrédients australiens comme des limes sanguines et des œufs d'émeu.

"Depuis mon premier voyage en Australie il y a plusieurs années, j'ai voulu y passer plus de temps - explorer, goûter et comprendre ses ingrédients", a déclaré Redzepi. « Du fruit tropical du nord à la feuille de poivre indigène de Tasmanie ; les poissons et crustacés immaculés de l'extrême sud, et toutes les nouvelles merveilles exotiques entre les deux. Nos incursions de recherche nous mèneront dans la brousse, autour de chaque rivage, en nous frayant un chemin à travers Flinders et Kangaroo Island. »

Le nouveau Noma devrait ouvrir à Sydney en janvier 2016 et restera ouvert pendant 10 semaines.


Pain blanc croustillant sans pétrissage

Il existe toutes sortes de recettes de pain sans pétrissage – du blanc au seigle, en passant par les pains à pâte liquide et les pains à pâte longue levée.

Mais nous sommes tous d'accord, cette recette particulière – inspirée de Jeff Hertzberg et Zoë François, dont le livre Pain artisanal en 5 minutes par jour recrée le pain artisanal sans pétrissage de New York City qui a tout commencé il y a plus d'une décennie - mérite son statut de champion.

Faisons-en et découvrons pourquoi.

Remarque: je ne fournis que les étapes de base ici pour plus de détails, voir la recette, Pain blanc croustillant sans pétrissage ou son article de blog qui l'accompagne, Le pain le plus croustillant-crackliest-Chewiest-Lightest-EASIEST que vous aurez jamais cuit.

1. Commencez avec les ingrédients les plus simples.

Farine tout usage, eau, levure et sel. Fin de l'histoire.

2. Mélangez le tout.

Mélanger les ingrédients ensemble. Laisser lever la pâte molle à température ambiante (dans un récipient avec suffisamment d'espace pour l'expansion), puis réfrigérer jusqu'à 7 jours. Cette fois au réfrigérateur, le gluten de la pâte se développe (c'est pourquoi vous n'avez pas besoin de la pétrir) et améliore également sa saveur.

Voir? Aucune compétence, aucun outil ou connaissance particulière n'est requis.

3. Façonnez la pâte à votre guise.

Façonnez la pâte en boules ou étirez-la en pains plus longs. Ne vous inquiétez pas de faire des pains parfaitement ronds ou des baguettes droites à la règle que je ne fais jamais.

Vous voulez faire des bâtonnets de pain maigres ou une croûte de pizza? Fonce.

Placer sur une casserole. Couvrir et laisser lever jusqu'à consistance gonflée (voir la recette pour plus de détails). Vaporiser avec de l'eau et couper.

4. Cuire jusqu'à coloration dorée.

Vingt-cinq minutes dans un four à 450 °F suffisent.

5. Savourez des pains croustillants avec une saveur supérieure et une texture merveilleuse.

Extérieur croustillant/craquelé. Doux/moelleux à l'intérieur. Plein de saveur, grâce au temps de réfrigération substantiel de la pâte. C'est notre recette de l'année 2016.

Tout le monde peut – et tout le monde devrait – faire ce pain.

La saveur, la texture et la simplicité, le tout enveloppé dans un pain alléchant, rendent ce pain absolument parfait pour le boulanger débutant. Vous recherchez le succès dès le départ ? Vous le trouverez ici : Pain blanc croustillant sans pétrissage (la recette) et Le pain le plus croustillant, le plus croustillant, le plus tendre, le plus léger et le plus simple que vous aurez jamais cuit (le billet de blog).

Même ceux d'entre nous qui cuisent du pain depuis des décennies se lassent parfois des boules au levain de fabrication complexe et des pains à grains entiers à ingrédients multiples.

On a envie d'un pain simple, tout chaud du four, un coin arraché et trempé dans une huile d'olive robuste et poivrée. Le pain qui nous ramène à la maison - de retour à nos racines de boulangerie, lorsque nous avons appris à embrasser la joie de la levure.

Parfait pour les débutants en pain. Idéal pour les experts en pain.

Pain sans pétrissage tout compris : c'est le pain de la réussite.

Puisque je sais que vous allez demander : c'est un sandwich au cheddar, oignon rouge, œuf au plat, cœur d'artichaut rôti et sauce piquante de Frank - gracieuseté de mon fils adulte, à qui j'ai enseigné ce concept sans pétrissage quand il était à l'université enfant.


NSW accorde aux demandeurs d'asile des concessions de voyage pour aider les personnes vulnérables

Le Premier ministre de la Nouvelle-Galles du Sud, Mike Baird, a décrit les concessions de voyage les plus généreuses aux demandeurs d'asile de tous les gouvernements d'État, déclarant qu'il ne sert à rien d'avoir une économie forte à moins qu'elle ne soit utilisée pour aider les personnes vulnérables.

Baird a décrit les demandeurs d'asile comme "l'un des plus vulnérables de notre société, vivant souvent en dessous du seuil de pauvreté" et a déclaré qu'il était important de fournir des concessions de voyage car les services pour eux sont dispersés, ce qui peut augmenter l'isolement social.

Sa décision, qui intervient deux jours après le budget de l'État, contraste clairement avec la position de la Coalition à l'égard des demandeurs d'asile au niveau fédéral, qui s'est centrée sur la campagne « stop the boats » de Tony Abbott pour s'assurer que ceux qui sont en mer n'atteignent pas l'Australie.

L'annonce de Baird intervient également quelques semaines après que son ami et collègue chef libéral, le Premier ministre Tony Abbott, ait refusé d'exclure que les autorités australiennes aient payé des passeurs pour qu'ils retournent en Indonésie. Il a utilisé plusieurs entretiens pour suggérer que son gouvernement arrêterait les bateaux de demandeurs d'asile « à la remorque ou à l'escroc ».

En vertu des modifications apportées à la Nouvelle-Galles du Sud, les adultes du groupe de 8 000 demandeurs d'asile éligibles pourront demander une carte de concession de pension en or à partir du 1er janvier 2016, ce qui signifie que les demandeurs recevront un billet de 2,50 $ pour voyager toute la journée dans les systèmes de transport de l'État.

"Je pense que l'Australie est le pays chanceux et que nous avons la responsabilité d'aider ceux qui n'ont nulle part où se tourner", a déclaré Baird. « NSW est la puissance économique de l'Australie, mais il ne sert à rien d'avoir une économie forte si nous n'utilisons pas cette force pour aider les plus vulnérables d'entre nous.

"NSW a montré que nous sommes prêts à aider les demandeurs d'asile dans notre communauté et nous voulons faire encore plus. Ce groupe est l'un des plus vulnérables de notre société, vivant souvent en dessous du seuil de pauvreté. Les preuves suggèrent que le manque d'accès à des services dispersés est un obstacle majeur à leur santé et à leur bien-être.

Des agences communautaires non gouvernementales finançaient auparavant le transport des demandeurs d'asile en Nouvelle-Galles du Sud.

"L'impossibilité de voyager crée un isolement social qui entraîne une détérioration de la santé mentale et physique", a déclaré le Premier ministre. « Ce changement permet à ces ONG de consacrer une plus grande partie de leurs ressources limitées à la nourriture, au conseil et au logement – ​​là où cela est le plus nécessaire. »

Pour être éligibles, les demandeurs d'asile doivent être titulaires d'un visa de transition ou en faire la demande, avoir plus de 17 ans et recevoir une aide d'un organisme désigné.

Lors d'un déjeuner de la fête de l'Australie en janvier, avant les élections d'État en mars, Baird a appelé le Premier ministre à faire plus pour aider les réfugiés, affirmant que l'Australie était un « pays chanceux » et que son peuple devrait « ouvrir nos bras à ceux du monde entier qui sont beaucoup moins chanceux que nous ».

Le mois dernier, le Premier ministre a répété le sentiment lorsque le gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud est devenu le premier État à adhérer en principe au programme fédéral de visa d'entreprise refuge, qui donne aux personnes considérées comme des réfugiés la possibilité d'obtenir des visas de cinq ans si elles sont prêtes à travailler. ou étudier en dehors des villes.

"En tant que puissance économique de l'Australie, NSW a l'obligation d'ouvrir ses bras à ceux qui sont de véritables réfugiés", a-t-il déclaré, ajoutant que l'État était prêt à "prendre plus que notre juste part".

Le père de Baird, Bruce, est un ancien ministre d'État et député libéral fédéral qui s'est opposé à la détention obligatoire des demandeurs d'asile par le gouvernement Howard. Il préside désormais le comité consultatif sur la réinstallation des réfugiés sous la direction du ministre australien des Services sociaux, Scott Morrison.

La concession NSW permettra aux demandeurs d'asile éligibles de voyager sur le réseau Opal à un prix plafonné de 2,50 $ par jour, équivalent à la carte Gold Opal.

À Victoria et dans le Territoire de la capitale australienne, les demandeurs d'asile bénéficient d'une réduction de 50 % sur les tarifs normaux. À Victoria, le tarif quotidien est plafonné à 3,76 $ et dans l'ACT, il est plafonné à 4,40 $.

Le ministre des Transports de la Nouvelle-Galles du Sud, Andrew Constance, a déclaré que les changements permettraient à davantage de demandeurs d'asile de "participer plus pleinement à notre société".

"De nombreux demandeurs d'asile en Nouvelle-Galles du Sud sont au tout début du processus de demande de visa de protection", a déclaré Constance. "Cela signifie qu'ils ont besoin d'accéder à un large éventail de services pour naviguer dans ce processus et reconstruire leur vie."


National Australia Bank – 30 ans d'échec stratégique

L'Université Macquarie fournit un financement en tant que membre de The Conversation AU.

The Conversation UK reçoit des financements de ces organisations

Dans ses résultats du premier trimestre de ce mois-ci, la National Australia Bank (NAB) a poussé un soupir de soulagement en annonçant que la "séparation" de Clydesdale avait été "réussie" avec une perte attendue d'environ 4,2 milliards de dollars australiens. Bien que le chiffre final de la perte soit peut-être un peu plus élevé, la « scission » de Clydesdale/Yorkshire Bank (CYBG) marque en fait la fin d'une stratégie de 30 ans d'expansion à l'étranger par NAB.

La stratégie de "croissance par acquisition à l'étranger" de NAB offre une rare opportunité d'examiner une stratégie d'entreprise sur une très longue période (presque 30 ans) et bien que la stratégie ne puisse pas être qualifiée d'échec catastrophique, elle était loin d'être un succès retentissant. Alors pourquoi le conseil d'administration de NAB a-t-il persisté dans ce qui était, pendant très longtemps, une stratégie perdante ?

L'étude de la « stratégie » implique généralement de regarder une entreprise prospère et d'essayer de déterminer les raisons de son succès. La raison en est que si l'on est assez intelligent pour découvrir les raisons, ces secrets peuvent être regroupés dans une recette que tout le monde peut copier et donc tout le monde en profite. Parfois ça marche, parfois ça ne marche pas – il y a peu d'Apple ou d'IBM, mais il y a beaucoup de RIM (fabricants de Blackberry – qu'est-il arrivé à cette entreprise ?).

Il y a un vieil adage « Le succès a plusieurs pères mais l'échec est orphelin ». Et généralement, lorsqu'une stratégie échoue, comme celle de Woolworths et Masters, la réaction immédiate est de rejeter tout le blâme sur les malheureux qui se trouvent être en charge lorsque la mauvaise nouvelle est enfin donnée. [Ici « malheureux » est relatif car il y a assez souvent un gain pour amortir le coup, ce qui est rarement inattendu de toute façon].

Henry Ford était l'un des nombreux chefs d'entreprise, politiques et militaires qui connaissaient l'avantage de l'échec, en ce sens que l'échec donne l'occasion d'apprendre

"La seule vraie erreur est celle dont on n'apprend rien."

Ainsi, l'étude de la stratégie peut gagner à considérer les échecs et à tenter d'en tirer des leçons.

Au milieu des années 1980, l'Australie était un pays différent, notamment un pays où un gouvernement pouvait entreprendre des réformes économiques majeures sans que les « mouilleurs de lit » ne le fassent dérailler. En 1985, le gouvernement travailliste de Hawke (sur la base des travaux commencés par le gouvernement Fraser précédent) avait fait flotter le dollar australien, déréglementé le système bancaire et autorisé 16 banques étrangères à s'installer en Australie.

Et après la victoire de l'Australie à la Coupe des Amériques en 1983, il y avait un optimisme quant au fait que les Australiens pourraient concourir sur un pied d'égalité dans l'économie mondiale. C'était (jusqu'à maintenant ?) la période la plus excitante pour être un homme d'affaires/une personne australienne.

En 1987, la plus grande banque du pays, la National Australia Bank, dirigée par le combatif directeur exécutif de la banque et plus tard PDG, Don Argus, a fait une sortie et a acheté la Clydesdale Bank, la Northern Bank en Irlande du Nord et la National Irish Bank en République d'Irlande. NAB a acquis ces banques « Celtic Fringe » auprès de l'une des plus grandes banques du Royaume-Uni, Midland Bank, qui, à la suite d'une stratégie d'expansion échouée aux États-Unis, était sous pression pour céder certains actifs lors d'une vente au rabais. NAB pourrait sûrement faire mieux que ça ?

En 1990, NAB s'est aventuré en Angleterre et a acheté la Yorkshire Bank, une banque vieille de 120 ans dont le siège est à Leeds. La stratégie d'expansion à l'étranger s'est poursuivie et, en 1992, la NAB a acquis la Bank of New Zealand (BNZ) et en 1995 la Michigan National Corporation (MNC), basée aux États-Unis, la première incursion de la banque sur le marché américain.

NAB était sur une lancée et, dans son rapport annuel 1997, pleine de succès, la banque a annoncé que sa vision était d'être "la première société de services financiers au monde" et qu'elle poursuivait sa stratégie de "croissance organique et par des acquisitions mûrement réfléchies". Le conseil d'administration a noté que les bases d'une « nouvelle phase » avaient été posées, en particulier la création d'un « centre de traitement central [à mettre en place à Melbourne] pour desservir toutes ses banques européennes ». Reconnu comme un leader technologique, NAB a également annoncé son intention de développer des capacités bancaires en ligne en Australie et en Nouvelle-Zélande et des services bancaires par téléphone au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Mais les acquisitions à l'étranger étaient loin d'être terminées et, en 1998, NAB a acquis HomeSide, Inc., à l'époque l'un des plus grands services hypothécaires aux États-Unis. Le conseil d'administration avait « identifié une valeur considérable de l'application des capacités et des systèmes éprouvés de HomeSide ». Dans ce qui devait être la première mise en œuvre de sa stratégie dite mondiale de « productivité des produits », NAB a noté que :

« HomeSide continuera à développer son activité rentable aux États-Unis tout en introduisant ses logiciels propriétaires et ses pratiques de gestion dans l'ensemble du Groupe, à commencer par l'Australie. Dans le processus, HomeSide créera le premier des spécialistes mondiaux des produits de National. »

Alors que le siècle touchait à sa fin, heureusement sans l'armageddon prophétisé par le bogue de l'an 2000, le NAB était bien placé pour saisir les opportunités du 21e siècle. Mais c'était pour tracer ces nouvelles eaux sans son charismatique PDG Don Argus, qui avait annoncé en 1999 qu'il quittait le navire pour devenir président de BHP Billiton, la plus grande société minière au monde.

Il ne pouvait pas y avoir de meilleur moment que 2000 pour faire un inventaire. Qu'est-ce que NAB a accompli dans sa quête de 15 ans pour devenir le leader mondial des services financiers ?

Moins qu'on ne pourrait l'imaginer. Les banques acquises étaient périphériques sur les marchés sur lesquels elles opéraient, l'Ecosse, l'Irlande et le Michigan plutôt qu'à Londres ou à New York. En particulier, Clydesdale est restée une banque de second rang, tandis que ses homologues écossaises, la Royal Bank of Scotland et la Bank of Scotland, connaissaient une croissance maniaque, se dirigeant bien sûr vers un krach spectaculaire de la crise financière mondiale. Peut-être que NAB a eu de la chance d'esquiver cette balle.

L'idée de la banque selon laquelle elle pourrait desservir ce petit groupe de banques étrangères très dispersées à partir de Melbourne était naïve, fondée sur l'hypothèse qu'un compte bancaire était un compte bancaire et qu'une hypothèque était une hypothèque partout dans le monde. La banque était sur le point d'être détrompée de cette idée reçue dans quelques années, avec la catastrophe qu'est devenue Homeside.

Il convient de noter ici que les acquisitions de BNZ et plus tard en 2000 de MLC Life Limited (la branche assurance et investissement de Lend Lease) ne doivent pas vraiment être considérées comme faisant partie de la stratégie de croissance internationale de la banque mais comme une réaction aux autres grandes banques australiennes l'acquisition de sociétés locales d'assurance et d'investissement pour devenir ce que l'on appelle les « banques universelles ».

Mais le Millennium a été le point culminant des aventures à l'étranger du NAB.

En 2000, NAB a cédé MNC à la grande banque néerlandaise ABN-AMRO, réalisant un gain comptable sur la transaction d'environ 1 milliard de dollars US, pour un petit « gain ». Mais n'ayant pas réussi à comprendre les complexités du marché hypothécaire américain, NAB a été contraint de se délester de ses opérations Homeside en 2002, enregistrant une perte de plus de 2 milliards de dollars US sur la vente. Cette perte a plus qu'effacé le plus petit gain sur MNC, faisant de l'expansion globale aux États-Unis une stratégie déficitaire pour la banque.

En 2004, sous la direction du nouveau PDG, John Stewart, NAB a accepté de se retirer entièrement de ses opérations bancaires irlandaises en vendant à la fois la Northern Bank et la National Irish Bank au groupe danois Danske Bank, réalisant un bénéfice d'un peu plus d'un milliard de dollars australiens sur la transaction.

En 2005, le conseil d'administration a restructuré les opérations britanniques en intégrant la Yorkshire Bank à la plus grande Clydesdale, « afin de réduire les coûts d'entreprise et d'infrastructure de support associés », laissant Clydesdale comme la seule banque NAB restante en Europe.

Dans un afflux de sang à la tête, NAB a repris le chemin des acquisitions en 2007, en acquérant la société privée américaine Great Western Bancorp (GWB) pour un peu plus d'un milliard de dollars australiens. La raison invoquée était une correspondance potentielle avec l'un des points forts de NAB sur le marché australien - sa position de leader dans les prêts à l'agro-industrie.

Le moment n'aurait pas pu être pire, GWB a été acheté juste au moment où la crise financière mondiale était en vue.

En 2009, la GFC a commencé à frapper à la maison et NAB a enregistré une baisse significative de ses bénéfices nets après impôts (- 42%) principalement en raison de charges pour créances douteuses accrues, en particulier au Royaume-Uni, et de pertes d'investissement dans l'activité MLC. Et, très discrètement, le nouveau PDG, Cameron Clyne, a annoncé un changement d'orientation de la stratégie de l'entreprise - pour se concentrer sur l'Australie. Le début de la fin.

Mais il est parfois beaucoup plus facile d'entrer dans quelque chose que d'en sortir. En 2011, le conseil d'administration a annoncé que des provisions avaient été constituées pour couvrir les réclamations contre Clydesdale pour vente abusive de contrats d'assurance de protection des paiements (PPI) et a également annoncé des baisses de notation de crédit non seulement sur Clydesdale mais aussi sur la banque elle-même.

En 2015, après avoir d'abord essayé de faire flotter GWB, NAB l'a vendu, enregistrant une perte de 67 millions de dollars australiens sur la vente. Cela ne laissait que Clydesdale. Après avoir annoncé en 2014 que la banque souhaitait vendre sa dernière acquisition à l'étranger, NAB a finalement réussi à se débarrasser de Clydesdale en 2016 avec une perte estimée à quelque 4,2 milliards de dollars australiens.

Avec cela, les aventures à l'étranger de NAB étaient terminées (du moins pour le moment).

Avec le recul, les acquisitions de NAB à l'étranger (à l'exception de BNZ) étaient opportunistes plutôt que stratégiques, l'équivalent corporatif d'un « choix rapide » sur la Melbourne Cup. Les banques ont été acquises pour peu de raisons qu'elles n'avaient été mises en vente et ont été cédées lorsque les choses se sont un peu compliquées. Les sociétés acquises étaient des acteurs périphériques plutôt que majeurs sur les marchés sur lesquels elles opéraient et n'ajoutaient que peu aux entreprises australiennes prospères de NAB.

La banque n'a jamais été près d'atteindre son objectif d'être la « première société de services financiers au monde ». L'orgueil l'emporte sur la réalité.

Mais ce n'est pas seulement NAB qui semble avoir des doutes sur l'expansion internationale. En janvier, le nouveau PDG d'ANZ Bank, Shayne Elliot, a semblé revenir sur les ambitions asiatiques de la banque défendues par son prédécesseur Mike Smith, déclarant qu'au lieu de se concentrer sur des objectifs de contribution aux bénéfices asiatiques, il préférerait un « retour aux sources », en se concentrant davantage sur l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

Où ces retraits laissent-ils l'ambition tant vantée de faire de l'Australie un « hub financier » pour l'Asie ? À peu près de retour à la case départ.

Cependant, ce n'est peut-être pas une mauvaise chose pour les investisseurs australiens. La récente Financial Services Inquiry (FSI) a recommandé que les banques australiennes doivent être « incontestablement solides » pour assurer leur survie en période de volatilité (si passionnante). S'occuper un peu du front intérieur au cours des prochaines années n'est peut-être pas une si mauvaise chose.


Irlandaise à Perth : &lsquoNous avons oublié le fait que nous pouvons&rsquot quitter l'Australie&rsquo

Sonya Redmond, originaire de Wexford, vit désormais à Perth en Australie, avec son mari, Kenneth McCarthy. Elle est chef de cabinet à l'Université d'Australie occidentale. Elle écrit sur la double urgence à laquelle ils ont été confrontés

J'ai vécu à l'étranger en Australie pendant un peu moins de neuf ans. Perth est à la maison depuis sept d'entre eux. Un oiseau domestique dans l'âme, l'idée de retourner dans ma famille en Irlande est toujours présente dans mon esprit, mais je la rationalise en pensant au style de vie et aux perspectives d'emploi que j'ai ici en Australie. À la fin de ce débat intérieur répétitif, je décide généralement que, pour l'instant, je suis mieux ici, mais c'est toujours une conclusion très insatisfaisante.

Les appels téléphoniques à la famille sont tout en ce moment, mais le décalage horaire peut être délicat. Je prends habituellement un déjeuner tardif au travail et j'appelle la maman vers 14h30, c'est-à-dire 6h30 en Irlande. À ce moment-là, dit-elle, elle est déjà debout depuis une heure (bien que je ne sois pas tout à fait sûre que ce soit toujours vrai) et ne fait que préparer sa deuxième tasse de thé.

J'ai la chance de travailler dans une belle université à Perth avec des terrains verdoyants, bien que cela provoque généralement la réaction des Irlandais : « Eh bien, regardez où vous êtes, assis au soleil, pendant que nous gèlent ici ». Je le minimise généralement. "Ah, ouais, mais il fait trop chaud, pour être honnête : c'est inconfortable."

Ma mère et moi nous réconforterions toujours par le fait que nous ne sommes qu'à 24 heures l'un de l'autre et que nous pouvons nous voir le lendemain si nous en avons besoin. Eh bien, 2020 a mis un terme à ce genre de réflexion pour nous deux.

En ce qui concerne le coronavirus, l'Australie-Occidentale a été incroyablement chanceuse. Au cours des 10 derniers mois – jusqu'à la semaine dernière, en tout cas – il n'y a eu aucun cas en dehors de ceux signalés par des personnes en stricte quarantaine hôtelière de 14 jours après des vols internationaux. L'État a mis en place une fermeture des frontières de type «loi martiale» avec d'autres États australiens. Ainsi, à leur grand dégoût, les personnes extérieures à l'Australie-Occidentale ont découvert qu'elles ne pouvaient pas venir passer leurs vacances ici ou se rendre dans les magnifiques vignobles de Margaret River.

Notre premier ministre de l'État, Mark McGowan, a été une force avec laquelle il fallait compter : il n'a cédé à aucune pression d'autres États, ou de l'étrange magnat minier vexé par les règles. Géographiquement, Perth est plus proche du Timor oriental que de Sydney - il n'y a aucune ville de taille comparable dans le monde qui soit aussi éloignée. Ceci, ainsi que le climat ensoleillé, nous a sans aucun doute aidés dans la bataille contre le coronavirus. Nous avons eu de la chance et la vie s'est principalement déroulée normalement ici. Nous sortions toujours pour les repas, dans les pubs et même dans les festivals.

Malheureusement, l'Australie-Occidentale a récemment été confrontée à deux situations d'urgence simultanées. Le dimanche 31 janvier, à 12h30, McGowan a tenu une conférence de presse d'urgence indiquant qu'il y aurait un verrouillage instantané de cinq jours à partir de 18 heures ce soir-là, en raison d'un travailleur de quarantaine d'un hôtel testé positif pour Covid-19. Nous devions travailler à domicile sauf si cela était essentiel, ne quittant la maison que pour les fournitures nécessaires et profitant au maximum de notre heure d'exercice par jour.

Après trois jours, alors que nous n'avions eu aucun cas local, il a été annoncé que si nous parvenions à vendredi dernier sans aucun cas, le verrouillage prendrait fin. C'est le cas, mais nous avons besoin de 14 jours clairs sans cas locaux avant que toutes les restrictions ne soient levées. Je ne vais pas me plaindre de mesures aussi fortes. Cela peut sembler être une réaction dure à un cas acquis localement, mais je me sentais en sécurité et en confort dans cette sévérité. Nous sommes à nouveau à un point de départ auquel, j'en suis sûr, d'autres pays souhaiteraient pouvoir se trouver.

La semaine dernière était apocalyptique. Nous étions sous le choc du verrouillage lorsque l'électricité de certaines maisons a été réduite ou coupée et que notre ciel bleu vif habituel avait une lourde teinte orange fumé. Les feux de brousse ne sont pas nouveaux en Australie. L'année dernière, des milliers de pompiers et de volontaires ont combattu l'une des pires saisons de feux de brousse que nous ayons vues, et il n'est pas rare d'entendre parler de petits feux de brousse brûlant "au nord" ou "à l'est".

Étant originaire d'Irlande, la réalité des dommages pouvant être causés par de tels incendies est vraiment choquante, et les avertissements d'incendie à la radio me secouent vraiment. Il existe quatre niveaux d'avertissement :

  • conseils: être au courant et se tenir au courant
  • regarder et agir : il y a une menace possible pour les familles et les maisons, vous devez donc partir ou vous préparer à vous défendre - n'attendez pas et voyez
  • urgence: vous êtes en danger et devez prendre des mesures immédiates, car il y a une menace pour les vies et les maisons
  • tout est clair: prenez soin de vous et tenez-vous au courant.

Ces feux se déplacent rapidement, ils sautent sur les autoroutes qu'ils entraînent au gré des vents chauds. Les braises peuvent parcourir jusqu'à 40 km avant le feu, et le feu lui-même peut se déplacer à plus de 25 km/h. Le danger peut rapidement s'installer sur vous et votre maison. Pouvez-vous imaginer conduire dans votre voiture et entendre votre ville natale nommée avec un avertissement d'incendie ? « Résidents de Wexford, vous devez partir maintenant ou vous préparer à vous défendre activement. »

À Perth la semaine dernière, plus de 80 maisons avaient été perdues et des centaines de personnes avaient été forcées de se réfugier dans des centres d'évacuation ou chez des amis – et toutes en plein confinement. Plus de 300 pompiers, dont beaucoup sont des bénévoles qui ont également des emplois ordinaires dans la communauté, sont épuisés et blessés après avoir combattu l'incendie et défendu les lignes de confinement.

Il y avait donc deux menaces simultanées pour des vies ici, mais si l'année dernière nous a appris quelque chose, c'est que nous sommes résilients, forts, courageux et compatissants. Nous essayons de nous surveiller les uns les autres, que ce soit pour nous assurer que votre voisin a suffisamment de masques pour faire ses courses ou pour appeler un membre de la famille dans un autre pays afin que vous puissiez tous les deux discuter pendant la folie.

Ne pas savoir combien de temps les frontières australiennes seront fermées est très difficile pour nous les immigrants et nos familles. Le père de mon mari est décédé subitement l'année dernière et nous avons dû regarder ses funérailles en direct. Les moments où nous nous rallions habituellement les uns aux autres et passions par nos rituels d'adaptation traditionnels ne sont pas ce qu'ils étaient. Compte tenu de la distance, nous nous sentons inutiles à un moment où nos familles ont le plus besoin de nous. Nous essayons de mettre la réalité que nous ne sommes pas autorisés à quitter l'Australie au fond de nos esprits.

Nous sommes tous ensemble dans cet horrible état de flux. Nous souffrons tous, à notre manière, de cette période horrible et sans précédent, tout en essayant également de susciter une certaine positivité pour continuer. Les Snapchats que nous envoyons de l'étranger peuvent provenir d'une plage ou d'un visage heureux assis au soleil, mais la réalité est qu'il ne se passe pas un jour sans que nous manquions la maison et que nous nous inquiétions pour tous nos amis. et les familles là-bas. Nous avons tous besoin de prendre soin de nous et des autres jusqu'à ce que nous soyons à nouveau ensemble pour les plus longs câlins à l'aéroport que le monde ait jamais vus.


Vous recevrez maintenant des mises à jour de Good Food - Newsletter

Recevez les dernières nouvelles et mises à jour par e-mail directement dans votre boîte de réception.

En soumettant votre e-mail, vous acceptez les conditions générales et la politique de confidentialité de Fairfax Media.

« C'est le moment idéal pour être un restaurant régional. La nourriture devient de plus en plus importante sur le plan culturel en Australie et les gens conçoivent leurs vacances en fonction de cela. »

Les meilleurs des meilleurs se sont rassemblés dans Cipriani Wall St, à Manhattan, pour la prestigieuse cérémonie de remise des prix, à laquelle ont assisté plus de 800 chefs, restaurateurs et membres des médias alimentaires mondiaux.

C'est la première année que les prix quittent Londres, ville hôte depuis 14 ans. C'est le début de la « tournée mondiale » des villes hôtes, en commençant par New York cette année et en direction de Melbourne en 2017. Toutes les touches londoniennes n'ont pas été supprimées, l'expatriée britannique April Bloomfield s'occupant de la cérémonie et Présentateur de télévision britannique Mark Durden-Smith agissant en tant que maître de cérémonie.

La cérémonie a débuté avec une vidéo riche en pornographie culinaire faisant de l'Australie l'une des plus grandes destinations gastronomiques du monde, avec Rene Redzepi et Heston Blumenthal, ainsi que Peter Gilmore, Neil Perry et Ben Shewry lyriques sur la générosité du pays. Les participants aux prix de cette année auront droit à un brunch barbecue australien, dirigé par Neil Perry, Dan Hunter, Peter Gilmore et Ben Shewry, prévu pour aider à soulager la gueule de bois demain matin.

Le « One to Watch » de cette année a été décerné à Toyko's Den, qui a fait ses débuts à la 77e place. Dominique Crenn, qui dirige l'Atelier Crenn et le Petit Crenn de San Francisco, a reçu le prix de la meilleure femme chef du monde. Le chef français Alain Passard a reçu le Lifetime Achievement Award 2016.

L'année dernière, les première, deuxième et troisième positions ont été respectivement occupées par l'Espagnol El Celler De Can Roca, l'Osteria Francescana de Modène et le Noma de Copenhague-via-Sydney.


L'ONU offre une aide « ponctuelle » à l'Australie pour la réinstallation des réfugiés aux États-Unis

SYDNEY, Australie — Pendant des années, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés a déclaré à l'Australie que sa politique de bannissement des demandeurs d'asile dans des centres de détention isolés des îles du Pacifique était illégale.

Maintenant, l'agence travaille avec l'Australie dans ce que les deux parties appellent un accord inhabituel et à ne pas reproduire pour envoyer certains de ces réfugiés à travers le monde, pour être réinstallés aux États-Unis.

L'accord, annoncé par l'Australie la semaine dernière, vise à fermer deux centres de détention offshore – l'un sur la nation insulaire de Nauru et l'autre sur l'île de Manus en Papouasie-Nouvelle-Guinée – où des centaines de personnes sont hébergées dans ce que les groupes de défense des droits qualifient de déplorable. conditions. Les États-Unis ont accepté de prendre certains d'entre eux dont le nombre et la rapidité restent flous.

Dans une interview cette semaine, Volker Turk, un haut-commissaire adjoint de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, a déclaré que son personnel aiderait à la sélection et à la réinstallation des réfugiés, mais uniquement à titre "ponctuel" pour soulager leurs souffrances. "Nous pensons qu'il est urgent de trouver un moyen humanitaire de sortir de cette énigme autrement très, très complexe", a-t-il déclaré par téléphone depuis Canberra, la capitale australienne.

Ses commentaires ont fait allusion aux dilemmes auxquels l'organisme mondial peut être confronté lorsque les pays bafouent le droit international sur les droits des personnes fuyant la guerre et les persécutions, comme l'ont fait les Nations Unies et d'autres critiques en Australie.

“We do not in any way want to give the impression that we would continue supporting such types of mechanisms,” Mr. Turk said, referring to Australia’s offshore detention policy. “We, all of us, are very clear that this is a one-off, good offices, exceptional humanitarian type of involvement because we do not believe that the future of handling this lies in sending people to Manus Island and Nauru.”

Australia is the only country in the world that sends all seaborne asylum seekers to other countries, where their claims for refugee status are assessed, while refusing to let any of them settle within its borders. The policy is meant to discourage such migrants, many of whose voyages have ended in disaster after people smugglers pushed them out to sea from Indonesian ports, crowded onto unseaworthy vessels.

Many of the offshore detainees are from Iran, others from Afghanistan, Malaysia, Sri Lanka and Vietnam. The government is considering legislation that would bar them from ever visiting Australia, regardless of where they settle. Australia has turned back boats full of migrants and towed them out to sea assessed their asylum claims on boats, apparently in violation of international law, before forcing them back and has even been accused of paying a human trafficker to take his passengers back to Indonesia, where he was arrested.

Australia pays Nauru and Papua New Guinea, both impoverished nations, to house the detainees. But Papua New Guinea recently said it would close the camp there, which its Supreme Court found to be in violation of its Constitution. International rights groups, the United Nations and domestic critics have excoriated Australian officials for years over the bleak conditions in which the asylum seekers live.

Neither Australia nor the United States are giving details about the resettlement deal, including how many people it would involve and how soon it would happen. Screening and security checks by the United States authorities, involving multiple intelligence agencies, can usually take 18 to 24 months, making it difficult to imagine that any of the refugees will arrive in the United States before Donald J. Trump is sworn in as president in January.

A spokeswoman for the Australian Department of Immigration and Border Protection said in a written response to questions that the agency was “not providing any more details about the arrangements.” A spokeswoman at the American State Department declined to say how many refugees would be resettled in the United States, except that it would be done in consultation with the United Nations.

The Obama administration has said the United States will take in 110,000 refugees from around the world in the current fiscal year, which began in October, and the State Department has said that the deal with Australia would not increase that number.

“As two of the world’s largest refugee resettlement countries, the United States and Australia share a commitment to finding long-term solutions for the world’s most vulnerable refugees,” the State Department spokeswoman said in an emailed response to questions.

Making the deal even more unusual, Australia has agreed to take in an unspecified number of Central American refugees who fled gang violence in their homelands. The United Nations says there are an estimated 2,400 such people from El Salvador, Guatemala and Honduras who have been screened and recognized as refugees. The United States has long been reluctant to let them apply for asylum on its territory and only recently agreed to let the United Nations vet them at a processing center in Costa Rica.

There appears to be disagreement about how many people are being held on Manus Island and Nauru. The United Nations said it believed there were 2,200 in total, some of whom had been there, in open-ended detention, for more than three years. It has urged the United States and Australian governments to find a humanitarian solution for all of them.

Australia has said that about 1,600 people are housed on both islands, including some on Nauru who live outside the detention center. Australia declined to comment when asked why its figures differed from the United Nations’, which are somewhat larger. The government said families on Nauru would be given priority for resettlement, followed by detainees on Manus Island, all of whom are men.

The government is proceeding with its proposed lifetime ban on refugees visiting Australia if they have been held at one of the camps, regardless of where they eventually gain citizenship. The legislation is before Australia’s Parliament though the opposition Labor Party has said it would vote against it, it could pass with the support of a handful of independent lawmakers in the Senate, where the government holds a minority of seats.

Mr. Turk of the United Nations sharply criticized the bill, saying it would divide families, since some of the detainees have relatives in Australia.

“We do not believe in lifelong bans,” he said. “Family unity and reunification is fundamental to human dignity and also for people to get on with their lives. It is like a life sentence, never being able to come.”


Show Me the Galleons!

Earlier this week, a new Harry Potter Reddit post began circulating around the web. The topic: The exchange rate of wizard currency, or the WZG. In it, Reddit user aubieismyhomie tells his theory on the worth of various items in the series. Using the value of similar objects in our everyday lives, the OP draws the following conclusion:

  • A LOT of [c]andy: 11 Sickles and 7 Knuts (SS: [“]Journey from Platform 9 ¾[“])
  • Ride on Knight Bus: 11 Sickles (PoA: [“]The Kinight Bus[“])
  • Hot chocolate: +2 [S]ickles
  • Water [b]ottle and toothbrush: +2 [S]ickles
  • S.P.E.W [m]embership (buys a badge): 2 [S]ickles (GoF: [“]The Unforgivable Curses[“])
  • 3 [b]utterbeers: 6 [S]ickles (Oo[t]P: [“]In [t]he Hog’s Head[“])
  • Advanced Potion Making: 9 Galleons (HBP: [“]Hermione’s Helping Hand[“])
  • So looking at these, I started experimenting with different values and came up with these as the approximate values for wizarding money:
    • Galleon =

    While the post is very thought-provoking, some of us are not completely sold on this theory, largely because JKR has already stated in a March 2001 interview that a Galleon is worth about £5, or US$8. Taking into account the inflation rate from 1997 (when Philosopher’s Stone was published) to current day, a Galleon would now be worth $11.81. However, for the rest of this article (and the sake of our sanity), let’s round that up to an even $12. Wizards may be fond of prime numbers like 17 and 29, but “I don’t math,” so even numbers for the win!

    In light of this, MuggleNet decided to do its own little experiment with the wizarding currency exchange rate and have a little fun. What would things you know and use in your everyday life be worth to wizards and goblins? How rich would well-known icons be in wizarding London? MuggleNet has the answers! Disclaimer: All amounts are approximations due to rounding.

    We always hear about how this celebrity has a net worth of yadda yadda yadda. After a while, it gets boring hearing about other people’s fortunes, am I right? Well, how about a little twist on some of pop culture’s wealthiest people?

    Today, if Donald Trump were to seek out his weight in gold, he would find himself worth 375,000,000WZG. Oprah Winfrey is one of the richest women in the world and would be bringing home 250,000,0000WZG. Our addiction to Facebook has earned Mark Zuckerberg a cool 4,091,666,667WZG and the Queen herself, JK Rowling, has made a 83,333,333WZG empire thanks to us and our slightly unhealthy obsession.

    But who cares about the vulgar wealth of celebrities and politicians? We want to know what our own lives would be like if we had to pay in Galleons, Sickles, and Knuts, right? What would the cost of living look like, then?

    Fancy a place in New York like Newt Scamander? Well, prices are a little higher than they were in 1926, with a one-bedroom apartment running an average of 250WZG per month. Of course, while you’re in the Big Apple, you might as well catch a Broadway show, and for about 12 Galleons 8 Sickles and 14 Knuts, it’s a steal! Prefer the sun and surf? You can buy an estate in LA for 74,250WZG, San Francisco for 115,834WZG, or Orange County for 87,916WZG. If you’re like me, you probably want to go where it all began. A single flat in North London goes for 99 Galleons 9 Sickles 12 Knuts these days (or 149 Galleons 5 Sickles 18 Knuts for a double if you have a roomie in mind!).

    Okay, so you got your house, figured out all those pesky utility bills, and so on. You gotta eat, right? Well, it turns out that a loaf of bread will cost you 2 Sickles 1 Knut, and a gallon of milk will run 5 Sickles 27 Knuts. Oh, don’t forget the coffee (who here could?!). For a pound of ground coffee, it’s about 7 Sickles 4 Knuts. Of course, life can’t be solely about rent, bills, and food, you know. Maybe you would like to take in a movie—maybe there’s a re-screening of Reliques de la mort at the theater! It will be about 13 Sickles 21 Knuts per ticket. So affordable, you should bring a friend!

    Of course, it can’t all be fun and games. You’re going to need a good job to bring those Galleons in, and in order to do that, you need yourself a good education. After some research, we found that Harvard University’s tuition, room, board, and fees add up to a whopping 5,055WZG. Yeesh! Maybe you should just jump into the workforce.

    Well, you are going to have to get there somehow. I hear you can nab a sweet 1960 Ford Anglia for 333 Galleons 6 Sickles 18 Knuts (invisibility boosters not standard). Just be sure you take dear old dad’s advice and always have gas money handy. With gasoline at an average 3 Sickles 26 Knuts nationwide, it’s easier than ever to get where you need to go. You can get there even faster if you care to shell out a whopping 400,000WZG on the world’s most expensive car—a Koenigsegg CCXR Trevita. Ouah !

    Forget car payments, did you know that the cost of daycare has surpassed the average cost of rent? Parents everywhere are shelling out 81 Galleons a month just to be able to work! It seems like more than ever before the average family needs to do whatever it takes to make a buck. Some put in overtime, others buy lottery tickets. Just like the masses that scrambled for the world-record Powerball Jackpot back on January 13, people everywhere waited with baited breath to find out if they were the lucky winners of the 132,200,000WZG jackpot. You’d need to win, too, if you don’t want your Koenigsegg repossessed!

    As for me, I think I’ll take the last 13 Galleons 10 Sickles 25 Knuts in my savings account and put it in some stocks. Who knows how many Galleons I can earn?!

    What are your thoughts on the Galleon? Do you think inflation would have made an impact on the wizarding world? Do you have a few Sickles to spot me ‘til Friday? Tell us in the comments below!


    Posted on 26 January, 2021

    It is impossible to ignore the discourse around Black Lives Matter. It’s become one of the most important cultural shifts in near memory.

    While the movement was originally founded in 2013 in the United States, it’s also an important one here in Australia, where Black Lives Matter and Indigenous Lives Matter have placed a spotlight on Aboriginal deaths in custody and racial intolerance.

    We created this editorial in 2019 when a reader reached out to us to ask whether we had a listing of local Indigenous businesses she could support. She wanted to show solidarity and support beyond social media.

    While we had featured Indigenous businesses on our website and in our magazine pages, we didn’t have anything specifically consolidated that we could recommend.

    So, here is a list of Indigenous businesses which do a range of remarkable things right here in Canberra—from furniture design to homewares, to ICT supply, to ethical Indigenous art and “on country” designs for school uniforms.

    A number of these are also featured on Supply Nation, a national Indigenous business register which you can view here. We are also keen to hear from you if you run or recommend an Indigenous business—please drop us a line at [email protected] if you see any missing from this list.

    So, if you want to support Indigenous Australians with an entrepreneurial streak, or ensure your dollars help maintain Indigenous jobs, or even if you just want to learn more about Indigenous creatives or corporations which are operating locally, you can use this as a launchpad.

    Aboriginal Dreamings Gallery

    Aboriginal Dreamings Gallery has celebrated 31 years of bringing quality, ethically-sourced Aboriginal art to Canberra and has galleries in Civic and at Gold Creek.

    The art has been selected from numerous Indigenous Communities and Art Centres, and includes works by important artists, together with paintings and crafts by many emerging and collectable artists. Changing exhibitions are presented in the Gallery every couple of weeks.

    Antique Duchess

    Created by a local mother-daughter duo, Antique Duchess’s statement earrings are beautiful testaments to the duo’s Butchulla and Gubbi Gubbi heritage and are created using only materials sourced from other Indigenous-owned companies.

    Art Mark Gallery

    Art Mark Gallery is an Australian Aboriginal Art and Design Gallery, established and operating in Canberra since 2013. They specialise in high quality ethically sourced Aboriginal art and design.

    Black Magic Coffee

    A family-run coffee-van specialising in providing fabulous espresso coffees, hot chocolates and specialty teas at a range of events in and beyond Canberra.

    They love attending festivals, sporting events, and are happy to provide fair trade and organic products.

    Booka Consulting

    Booka Consulting offers a huge range of management consulting and contracting services to the federal government from its Civic headquarters.

    Bokhara Projects

    Offering project management, change management, risk management, technical writing and documentation and much more, Bokhara Projects was founded by ex-Australian Defence Force members to provide specialist advice and skills for the defence industry and beyond.

    Burunju Art Gallery

    Burrunju Aboriginal Corporation was established in Conder to provide local Indigenous people an opportunity to realise their dream of self-determination through the creation and sale of their artworks and music.

    Canberra Furnished Accommodation

    Canberra Furnished Accommodation began in 2003 when Matt and Laurie McDonald rented their investment property on a short-term furnished basis. Today, Canberra Furnished Accommodation is an award winning business with more than 50 properties available in Canberra for people needing furnished and equipped accommodation on a flexible or short term basis.

    Capital Workplace

    The home of culturally appropriate workplace relations, Capital Workplace offers investigative HR services, mediation and training as well as assistance with governance and internal HR policies.

    Chemworks

    Supplying wholesale to the cleaning and hospitality industries, Chemworks offers a wide range of items—some of which are especially important during COVID, such as soap and sanitiser dispensers.

    Corroborree Security Services

    Corroborree Security Services provides security and personal safety services including surveillance services, security and CCTV systems and maintenance.

    Curijo

    Curijo is a professional services company specialising in financial services such as audit and assurance, consultancy for strategic and business management and operational research, as well as adult education.

    Darkies Design

    ACT NAIDOC Person of the Year for 2016 Dion Devow’s company specialises in clothing design and streetwear—producing everything from “on country” uniforms to NAIDOC and special event clothing and accessories.

    Dilkara Essence of Australia

    Created by 2016 NAIDOC Business Woman of the Year and salon owner Julie Okely, Dilkara Essence of Australia offers a wide range of hair products infused with potent Australian botanical ingredients, such as Kakadu Plum, Quandong and Native Peppermint Oil.

    Dyurra Yhurramuulun Catering

    Established in late 2019, Dyurra Yhurramuulun Catering specialises in bush tucker foods, teas, herbs and plants, including gift boxes, in-house catering (once COVID-restrictions allow) and DIY damper jars with speciality flavours like wattleseed, bunya nut and finger lime.

    Fernwood Canberra City

    Wendy Brookman’s Fernwood franchise is dedicated to getting the best results for its clients, with tailored personal training programs, state-of-the-art fitness equipment and a wide range of group fitness classes.

    First People’s Property Group

    The First People’s Property group provides commercial and industrial cleaning, bulk waste and recycling management, window cleaning, carpet services and flood insurance work from its headquarters in Civic.

    Gillawarra Arts

    A creative arts business and an extensive online shop originating from the mid-north coast of NSW.

    Krystal Hurst is a Worimi woman who designs handmade jewellery using materials from nature, and specialises in contemporary Aboriginal artworks on canvas, murals and running workshops.

    Gulanga

    The Gulanga Group is a Supply Nation-Certified Indigenous business based in Kingston which promotes the effective use of new and emerging Information and Communications Technology to deliver better business outcomes—particularly the government sphere.

    IB Creative

    A collective of freelance digital artists, IB Creative is a 100% Indigenous-owned full-service creative agency offering editorial and creative services, graphic design, video production (including live streaming), animation, branding strategy and more.

    Indiginaus

    Indiginaus is a Canberra-based agency providing project management, professional printing services and graphic design alongside cultural awareness and cultural competency training for Canberra businesses.

    Larry Brandy Aboriginal Storyteller

    A proud Wiradjuri man, Larry does a range of performances and early childhood talks and has published a book teaching kids the basics of Wiradjuri language counting and a colouring book featuring names and drawings of local plant and animal life.

    Leah Brideson Arts

    Artist and Kamilaroi woman Leah Brideson creates “visual yarns” with stunning colours on canvas, pots and fine art prints that would be beautiful additions to any home.

    Little Oink and To All My Friends

    Looking after the littles and the grown-ups, these two popular eating establishments at The Cook Shops are run by Shayne Taylor and Natalie Legg. Little Oink offers a colourful and child-friendly cafe environment, while To All My Friends serves up craft beer, happy hour, and gourmet pizza.

    Nungala Creative

    A 100 per cent Aboriginal owned and operated creative communications agency established for community.

    Established by proud Warumungu/Wombaya woman Jessica Johnson, Nungala Creative produces innovative content with a distinct Aboriginal voice.

    Currently Sydney-based but with capacity to work in the ACT.

    One of Twelve

    Striking, unique and luxurious are three words that come to mind when browsing One of Twelve’s colourful range of silk scarves and ties.

    This is because One of Twelve’s collections feature the vibrant, original artworks of some of Australia’s most talented First Nations artists.

    Working closely with Aboriginal and Torres Strait Islander art centres, One of Twelve’s dedicated team produce high-quality silk garments depicting traditional stories in contemporary designs.

    Pipeline Talent

    The Pipeline Group is Kingston-based and committed to growing opportunities for Aboriginal and Torres Strait Islander candidates and to work with employers to ensure outstanding Indigenous candidates are brought to their attention.

    Pipeline staff have delivered strategy and consulting services to organisations across Australia, ranging from a number of corporations in Australia’s top 200 ASX to small start-ups in remote communities.

    Reconciliation Australia

    Australia’s peak body for reconciliation is based here in Canberra and offers online resources around creating workplace Reconciliation Action Plans (RAP) and education tools to help schools create their own reconciliation frameworks.

    Relatbl Recruiting

    Specialises in recruitment, labour hire, contract management and recruitment process outsourcing. Also registered with Supply Nation.

    Ribanas Catering

    Cater your next event with flavourful sweet and savoury offerings from Ribanas Catering, who incorporate native Australian flavours into their dishes.

    Or, if you’re looking to really experience the taste of Australia, order the Taste of the Outback platter, which includes kangaroo sausages, crocodile tenderloins, and spiced emu sliders…

    Sip, Swig and Swallow

    A gorgeous vintage van (named Joan) which hit the road this year to serve cocktails or coffee (or both) at special events.

    When Joan rolls in, you know you’re going to have a great party!

    STYLIN.CBR

    Let stylist Casey Keed reinvigorate your wardrobe—or better yet, take you on a personal shopping trip. From wardrobe overhauls to styling looks for special occasions, Casey will help you look and feel your best.

    Téa and Belle

    This online gifts and homewares store was created by Canberra youngsters Téa and Belle (pictured above), and stocks everything from candles with iconic Australian scents to clothing, stationery and leather goods.

    Thunderstone Aboriginal Cultural Services

    Thunderstone Aboriginal Cultural Services is committed to educating the wider community about Aboriginal culture and heritage, specifically the culture, history and stories of the Ngunawal people of Canberra and region and offer tours and workshops.

    Warralang Projects

    Established in 2016, this Aboriginal-owned organisation provides services in printing, promotional products, web and graphic design and facilitation.

    Waybarra by Garigarra

    Garigarra makes handwoven art to be worn or displayed and specialises in running weaving workshops, using traditional Aboriginal weaving practices passed on to her by her Elders.

    Willyama

    A cyber, ICT and professional services business, Willyama assists government clients by providing high-quality services outcomes, as well as helping them meet their Indigenous Procurement Policy targets.

    WINYA

    WINYA supplies workstations, sit-stand desks, task seating, lounges and storage, lockers and boardrooms through Indigenous employment-focused manufacturing at their base in Queanbeyan.

    While online marketplace and gift store Yarn is based in Brisbane, they stock a range of items from local Indigenous-owned brands such as Dilkara, as well as items from other Australian Indigenous-owned brands.

    Yerra

    Yerra provides web design, Facebook marketing services, business analysis, contracting and recruitment services and ICT services alongside support for other Aboriginal and Torres Strait Islander businesses.

    Yurbay

    Adam Shipp offers a range of services to connect the community with traditional food and medicine based on plants from the ACT and surrounding region.

    He delivers guided walks, workshops and bush tucker cooking classes as well as running an online shop which specialises in traditional plants and medicines.

    Feature image: Dilkara Essence of Australia. Photography: Lori Cicchini.

    Articles Similaires

    Five minutes with Renè Linssen of Furnished Forever and Formswell Design

    Renè Linssen has an impressive resume for a designer only four years out of university….

    Seven events not to miss at DESIGN Canberra 2019

    Design is in Canberra’s DNA. Running from 4 – 24 November, DESIGN Canberra celebrates Canberra as a…


    Easy as a sandwich

    There are loads of sandwich ideas that can be put in the freezer ahead of time. Like this ham and cheese from One Handed Cooks. Pretty much any type of bread, wrap or bagel can be frozen along with most sandwich fillings. (via One Handed Cooks)

    Avoid freezing cottage cheese, mayonnaise or cooked egg white. Salad ingredients such as lettuce, cucumber and tomato don’t freeze well but can be added to your frozen sandwich in the morning.


    Australia to Follow Donald Trump’s Lead with Israel Embassy Move

    832 SAUL LOEB/AFP/Getty

    Australia is ready to follow U.S. President Donald Trump and recognise Jerusalem as Israel’s official capital and move its embassy there.

    Prime Minister Scott Morrison expected to announce the historic change Saturday in the face of widespread opposition from the Muslim world.

    AFP reports Australian holiday makers heading for nearby Muslim-majority Indonesia have been warned of a possible backlash after the announcement is made and they should “exercise a high degree of caution” while Arab nations are talking of a financial sanctions against Australia.

    Mr. Morrison will argue Israel has the right to choose its own capital and peace talks are dead in the water, so there is no real peace to keep if Australia moves its embassy from Tel Aviv to Jerusalem.

    Indonesia’s government, facing domestic pressure at home, reacted angrily in October when the prime minister first floated the idea.

    Indonesian Foreign Minister Retno Marsudi said the move would “slap Indonesia’s face on the Palestine issue” and was joined in her condemnation by 13 Arab ambassadors in Australia who called the suggestion regrettable and asked Mr. Morrison to reconsider.

    The potential move has already been hailed by Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu:

    I spoke today with Australian PM @ScottMorrisonMP. He informed me that he is considering officially recognizing Jerusalem as the capital of Israel & moving the Australian embassy to Jerusalem. I’m very thankful to him for this. We will continue to strengthen ties between & !

    — Benjamin Netanyahu (@netanyahu) October 15, 2018

    The United States officially relocated its embassy in Israel from Tel Aviv to Jerusalem in May on the 70th anniversary of the founding of the state of Israel. U.S. President Donald Trump’s daughter, Ivanka Trump, attended the ceremony.

    Mr. Trump promised to move the U.S. embassy from Tel Aviv to Jerusalem during his 2016 presidential campaign and announced the decision to proceed last December.

    Some of Judaism’s holiest sites are located in the West Bank and eastern Jerusalem, including the Temple Mount and Western Wall in Jerusalem the Tomb of the Patriarchs and Matriarchs in Hebron and Joseph’s Tomb in Nablus.

    The head of the Palestinian delegation in Canberra has reacted angrily to Mr. Morrison’s decision, warning it would be “a recipe for damaging and destroying the peace process in the Middle East.”

    Mr. Izzat Abdulhadi said Arab nations are also prepared to withdraw ambassadors over the issue, and may consider economic sanctions.

    “Our reaction will be difficult,” he told 9 News Australia. “We will ask Arab governments to take difficult actions against Australia.

    “We will talk to Saudis, Gulf States, and also OIC countries to boycott meat and wheat from Australia.”

    Mr Abdulhadi says he’s spoken not only with his Foreign Minister in recent days, but also representatives from other Arab and Muslim-majority countries, including Indonesia.

    “I can tell you there will be huge damage actually,” he said.


    Voir la vidéo: Logement en Australie - Comment ça marche? (Octobre 2021).