Recettes traditionnelles

Oui, les gens mangent plus sainement lorsque les menus indiquent le nombre de calories

Oui, les gens mangent plus sainement lorsque les menus indiquent le nombre de calories

Les résultats d'une nouvelle enquête suggèrent que la liste du nombre de calories pousse les femmes et les hommes à commander des articles plus sains.

Après de nombreux retards et débats à la suite de la Loi sur les soins abordables de 2010, les restaurants, les chaînes de restauration rapide et les supermarchés à travers le pays ont dû mettre à jour les menus pour refléter le nombre de calories en mai. Et une nouvelle enquête montre que les consommateurs en ont pris note, avec plus de 75 pour cent des consommateurs indiquant que voir les calories influence vraiment leurs commandes.

L'enquête provient de l'équipe de Signs.com, un fabricant de signalisation personnalisée, et comprenait les réponses de 600 convives sur leurs préférences de commande. La moitié du groupe a reçu des menus contenant des informations nutritionnelles détaillées et le nombre de calories, tandis qu'un autre groupe a reçu des menus ne contenant pas ces informations.

Restez à jour sur ce que signifie sain maintenant.

Inscrivez-vous à notre newsletter quotidienne pour plus d'articles intéressants et de délicieuses recettes saines.

Fait intéressant, une proportion importante d'hommes et de femmes ont indiqué qu'ils recherchaient activement le nombre de calories dans les menus : 80 pour cent des femmes et 71 pour cent des hommes qui ont participé à l'enquête ont déclaré qu'ils regardent les informations nutritionnelles lorsqu'elles sont disponibles.

Mais la principale raison pour laquelle les législateurs ont demandé que le nombre de calories soit rendu public - et la base du grand débat - est de savoir si les consommateurs utilisation l'information pour faire des choix plus sains.

Il s'est avéré que, parmi les personnes interrogées, une moyenne de 50 pour cent ont dit qu'ils avaient changé leur commande pour quelque chose avec moins de calories, mais il y avait une disparité marquée entre les sexes : 54 pour cent des femmes changé leurs commandes, alors que seulement 46 pour cent des hommes l'ont fait. Cela peut être moins surprenant étant donné que les hommes sont plus susceptibles d'être en surpoids ou obèses en premier lieu (presque 3 hommes sur 4 aux États-Unis).

Vous cherchez à manger au restaurant sans sacrifier votre alimentation? Lisez ceux-ci :

S'il est clair que la liste des calories affecte la façon dont les Américains mangent au restaurant, les menus peuvent également influencer notre santé.

La même enquête a montré que seulement 6 % des personnes interrogées savaient ce que des désignations telles que « alimenté à l'herbe » impliquaient réellement, mais presque toutes les personnes interrogées, la majorité des personnes interrogées, ont déclaré que la durabilité et la fabrication éthique étaient une priorité. Seuls seize pour cent pouvaient vraiment identifier ce qu'étaient les produits "libres", mais les articles avec ces allégations peuvent souvent coûter deux fois plus cher, voire plus, selon ce rapport du NPR.

Les femmes interrogées ont déclaré qu'elles seraient prêtes à payer jusqu'à 2,30 $ de plus pour un tartare de thon « pêché à la ligne » en raison de cette désignation spécifique.

La ligne de fond : Les menus jouent un rôle énorme dans la façon dont nous percevons ce qui est sain et ce qui ne l'est pas lorsque nous sommes en dehors de nos cuisines, mais le nouveau nombre de calories sur les menus semble encourager les consommateurs à réfléchir à deux fois à ce qu'ils mangent. Plus de données et de recherches sont nécessaires pour prouver si l'épidémie d'obésité aux États-Unis sera affectée par de nouvelles initiatives comme celle-ci, mais cette enquête suggère que nous prenons un bon départ.


Partager Toutes les options de partage pour : À partir de lundi, le décompte des calories sur les menus sera obligatoire

Les calories, comme celles répertoriées sur les éléments du menu Starbucks, apparaîtront bientôt dans les restaurants à travers le pays. Chris Hondros/Getty Images

C'est enfin en train d'arriver. Après près d'une décennie de retards, la Food and Drug Administration de Trump met en œuvre lundi une politique de l'ère Obama qui obligera les restaurants et autres points de vente d'alimentation de 20 emplacements ou plus à afficher le nombre de calories.

Toute grande chaîne - des épiceries aux cinémas, des parcs d'attractions aux distributeurs automatiques aux restaurants - devra montrer combien de calories viennent avec leurs sandwichs, pop-corn, cocktails, bière, vin et frites. À l'avant. Directement sur les menus.

Dans certains restaurants, l'étiquetage des menus est déjà en cours. Plusieurs grandes chaînes ont commencé à s'orienter volontairement dans cette direction car la FDA devait finaliser cette réglementation il y a des années. C'est pourquoi vous pouvez voir que le grand latte de Starbucks contient 190 calories, le sandwich à la dinde, aux pommes et au cheddar de Panera en contient 710 et McDonald's Big Mac en contient 530, par exemple.

Mais nous allons maintenant être inondés de données caloriques. Et bien que ces changements ne soient pas censés amener les Américains à nettoyer soudainement leur alimentation, ils pourraient avoir des effets indirects profonds sur notre façon de penser la nourriture et la nutrition, ce que nous choisissons dans le menu et, finalement, ce que les restaurants servent.

Nous obtenons maintenant la plupart de nos calories en mangeant au restaurant, mais il a été difficile de compter ces calories

Les Américains mangent beaucoup à l'extérieur de la maison ces jours-ci. Plus de la moitié de l'argent dépensé pour la nourriture va aux restaurants et aux repas pratiques sur le pouce, et non aux produits d'épicerie cuisinés à la maison.

Ne vous méprenez pas : lorsque nous dînons à l'extérieur, nous mangeons plus. Les gens consomment généralement 20 à 40 % de calories en plus dans les restaurants par rapport à ce qu'ils mangent à la maison.

Comme l'ont découvert les chercheurs de l'Université Tuft, dans le JJournal de l'Académie de Nutrition et Diététique, les plats des restaurants dans les établissements sans chaîne à travers le pays contenaient généralement 1 200 calories – environ la moitié des 2 000 ou 2 500 calories recommandées pour les femmes et les hommes modérément actifs au cours d'une journée entière. Pour ces raisons, la propension américaine à dîner au restaurant a été liée à l'épidémie d'obésité.

Pendant longtemps, les consommateurs ont été laissés à l'aveuglette quant au nombre de calories qu'ils consommaient au restaurant. Contrairement aux panneaux de données nutritionnelles qui accompagnent les aliments préparés que nous mangeons à la maison, il n'y avait pas une telle transparence autour de la nourriture au restaurant.

Puis vint l'Affordable Care Act en 2010. Parmi ses nombreuses dispositions figuraient des règles exigeant que les « établissements d'alimentation au détail » avec 20 emplacements ou plus affichent « sur le menu répertoriant l'article à vendre, le nombre de calories contenues dans l'élément de menu standard. ", comme l'a rapporté Sarah Kliff de Vox. Un autre article de la loi exigeait que les distributeurs automatiques "fournissent un panneau à proximité de chaque aliment ou du bouton de sélection qui comprend une déclaration claire et visible divulguant le nombre de calories contenues dans l'article".

L'espoir était que ces règlements aideraient les gens à calculer combien de calories ils mangeaient et auraient peut-être un impact sur l'obésité.

« Big Pizza » et d'autres groupes de pression alimentaire ont tenté de lutter contre l'étiquetage des menus. Ensuite, le commissaire de la FDA a déclaré qu'il ferait le travail.

La Food and Drug Administration, l'une des agences qui réglemente l'industrie alimentaire, était chargée de finaliser et de mettre en œuvre l'étiquetage des menus. Mais les mandats d'Obamacare, même sous le président Barack Obama, ont été entravés par des retards en raison du lobbying intense de diverses factions de l'industrie alimentaire.

Les fabricants de pizzas américains ont fait pression, entre autres, pour n'afficher les calories que pour les portions qu'ils déterminent, au lieu des portions réelles que les gens vont manger. Les dépanneurs et les supermarchés ont fait valoir que l'étiquetage des menus, bien qu'approprié pour les restaurants, serait trop coûteux et fastidieux pour eux. Les cinémas, pour leur part, ont essayé de garder leurs pop-corns de 1 000 calories en dehors des affichages de calories.

Enfin, en novembre 2017, la FDA a publié un projet de directives sur la façon dont l'industrie devrait se conformer à l'étiquetage des menus d'ici mai 2018. Les défenseurs de la santé ont déclaré qu'ils étaient ravis de voir que la règle était restée pratiquement intacte, ce qui a été une surprise depuis le Trump. l'administration avait repoussé la mise en œuvre de la règle juste avant qu'elle ne soit censée entrer en vigueur il y a un an, en mai dernier.

Le commissaire de la FDA, Scott Gottlieb, a affirmé à plusieurs reprises son intérêt personnel pour la nutrition et son désir d'aller de l'avant avec l'étiquetage des menus, qu'il ne considère pas comme un problème de gauche ou de droite, comme l'a rapporté Helena Bottemiller Evich de Politico. "Je suis sûr que beaucoup de conservateurs, y compris moi-même, ont remis des emballages dans les magasins pour consulter les informations sur les calories et les informations nutritionnelles et apprécier que ces informations soient là", a-t-il déclaré à Politico.

Pour cette raison, le Center for Science in the Public Interest, qui avait poursuivi la FDA pour retards dans l'étiquetage des menus, a suspendu son action en justice en septembre.

Et Gottlieb a tenu parole. Dans un article de blog du 2 mai, il a présenté le règlement comme une victoire pour les consommateurs et un moyen de renforcer la concurrence entre les producteurs de produits alimentaires pour créer des produits « sains et peu coûteux. » [et] aussi de bon goût.

"Je travaille sur l'étiquetage des menus depuis 15 ans et je suis ravie qu'enfin, les gens puissent se faire leur propre idée du nombre de calories qu'ils veulent manger dans les chaînes de restaurants", a déclaré Margo Wootan, directrice de la politique nutritionnelle. au Centre pour la science dans l'intérêt public. « L'étiquetage des menus permet aux gens de réduire facilement des centaines de calories ou plus avec des décisions simples en une fraction de seconde. »

La loi pourrait avoir un impact considérable, et pas seulement sur les choix alimentaires des individus

À ce jour, les preuves de l'impact de l'étiquetage des calories sur la santé sont quelque peu mitigées. Les études et les méta-analyses suggèrent soit que l'étiquetage des calories a eu peu d'influence sur les choix alimentaires des gens, soit que les études disponibles sont trop mal conçues pour vraiment le dire. Une revue Cochrane plus récente a également conclu que la qualité des preuves disponibles est faible - ce qui entraîne une incertitude quant aux effets de l'étiquetage des menus - mais a noté que des études menées dans des conditions réelles suggèrent que l'étiquetage pourrait réduire l'apport calorique d'environ 50 calories par repas (ou 8 pour cent d'un repas de 600 calories).

Les chercheurs ont également découvert que les personnes déjà soucieuses de leur apport calorique font attention aux étiquettes, mais pas celles qui ne le sont pas. En d'autres termes, le simple fait d'afficher cette information ne change pas intrinsèquement les comportements des gens. Ainsi, les spécialistes de la santé ne s'attendent pas à ce que la plupart des gens commencent immédiatement à faire des choix alimentaires plus sains lorsque les étiquettes des menus seront publiées.

Il y a aussi la question de savoir si les étiquettes de menu sont exactes : une étude a enquêté et a constaté que le nombre de calories affiché atteignait généralement la cible, mais il y avait quelques variations. Près de 20 pour cent des aliments testés contenaient 100 calories de plus par portion que ne l'indiquaient les étiquettes.

Même ainsi, les impacts les plus importants de l'étiquetage des calories devraient avoir peu à voir avec les choix ponctuels que nous faisons au comptoir de commande : ils pourraient pousser les entreprises alimentaires et les restaurants à reformuler les produits afin qu'ils ne soient pas si horriblement riches en calories, et changer les attitudes des consommateurs à l'égard de la nutrition.

Les chercheurs ont découvert qu'après la mise en œuvre de l'étiquetage des menus à Seattle en 2009, les fournisseurs de produits alimentaires ont modifié leurs recettes et réduit les calories, par exemple.

L'étiquetage des menus incite également les gens à parler de calories - en sensibilisant à la nutrition, car cela Affaires de santé étude a souligné:

Par exemple, un article récent dans le New York Times a montré que la commande typique chez Chipotle contient environ 1 070 calories, soit deux fois plus de calories qu'un Big Mac et "plus de la moitié des calories que la plupart des adultes sont censés manger en une journée entière".

Jason Block, chercheur à la Harvard Medical School, qui a étudié l'étiquetage des calories, fait une comparaison avec l'évolution des comportements tabagiques au fil du temps. « L'histoire des politiques antitabac et de l'évolution des habitudes tabagiques est autant une histoire de changement de normes sociales que de politiques spécifiques. Cette mise en œuvre généralisée d'une campagne d'éducation publique comme l'étiquetage des calories devrait changer la conscience du public sur les calories. »

Nous savons d'après le débat sur la taxe sur les sodas qu'il a été difficile de démêler l'impact des taxes de la prise de conscience que le débat fiscal a suscitée sur l'impact du soda sur la santé. Il en va peut-être de même pour l'étiquetage des calories – cela signifie peut-être que toutes les discussions sur ce mandat de l'ère Obama et les années d'articles de presse sur les retards dans la presse ont déjà un effet.

Des millions de personnes se tournent vers Vox pour comprendre ce qui se passe dans l'actualité. Notre mission n'a jamais été aussi vitale qu'elle ne l'est en ce moment : donner du pouvoir par la compréhension. Les contributions financières de nos lecteurs sont essentielles pour soutenir notre travail gourmand en ressources et nous aident à garder notre journalisme gratuit pour tous. Veuillez envisager de contribuer à Vox dès aujourd'hui à partir de 3 $ seulement.


Comptes de calories et étiquetage des menus

Margo Wootan, DSc : Nous travaillons sur l'étiquetage des menus depuis une dizaine d'années, et il existe donc un certain nombre de villes et d'États qui ont déjà mis en œuvre l'étiquetage des calories directement sur les menus et les tableaux de menus des chaînes de restaurants. Et beaucoup de gros titres disent que l'étiquetage des menus ne fonctionne pas, mais la plupart d'entre eux proviennent de petites études, et les études doivent être assez importantes pour montrer les effets alimentaires sur les populations. Donc, pour l'étiquetage des menus, vous pouvez vous attendre à ce que les gens puissent réduire de 20 à 30 calories par personne et par jour en moyenne. Vous n'allez pas guérir toute l'épidémie d'obésité d'un seul changement comme l'étiquetage des menus. Et d'après des études plus importantes, c'est exactement ce que nous voyons, une diminution d'environ 30 calories par personne et par jour de l'apport calorique, ce qui, du point de vue de la population, est un très bon résultat. Toute l'épidémie d'obésité s'explique probablement par 100, 150 calories supplémentaires par jour. Jusqu'à ce que l'étiquetage des menus soit en vigueur à l'échelle nationale, ce qui prendra probablement encore un an environ, nous ne savons pas vraiment exactement quel sera l'impact total, mais l'affichage des calories permettra aux gens de faire leurs propres choix quant au nombre de calories. Devraient-ils aller dans un restaurant ou un autre ? Devraient-ils obtenir le cookie ou le scone ? Devraient-ils prendre un sandwich au poulet plutôt qu'un autre sandwich au poulet ? Cela souvent, à partir d'une fraction de seconde décision, en choisissant simplement un article de taille différente ou un type de hamburger différent, les gens peuvent couper des centaines et parfois dans des chaînes de restaurants assis, un millier de calories de leur commande en choisissant simplement un peu différemment. Et il n'a même pas besoin d'être beaucoup plus sain. Si vous commandez les frites au lieu des rondelles d'oignon, vous pourriez économiser 300 calories. Commandez les ailes de poulet au lieu des nachos et économisez quelques calories. Si vous l'obtenez à la place des frites au fromage, vous pourriez économiser environ 2000 calories. Il y a donc tellement de calories à manger dans les restaurants. La taille des portions est si grande que de petits changements dans ce que vous commandez pourraient faire une grande différence pour votre alimentation et votre poids. Mais une autre raison principale pour laquelle nous avons travaillé sur l'étiquetage des menus est d'essayer de changer le comportement des restaurants. Parce qu'en ce moment, quand ils veulent ajouter quelque chose de sain, souvent ils ajoutent simplement une salade ou une poitrine de poulet, parce que les gens considéreront ces choses comme des options saines. Mais une fois les calories affichées, ils pourraient apporter des modifications plus subtiles au menu pour réduire les calories. Ils pourraient retirer le fromage d'une salade ou d'un hamburger pour réduire considérablement les calories. Ils pourraient passer à la mayonnaise légère ou à la moutarde au lieu de la mayonnaise pleine de calories. Ils pourraient juste rendre le pain un peu plus fin. Il y a tellement de façons de réduire les calories des aliments au restaurant et avec l'étiquetage des menus, ils seront incités à le faire, car les gens sauront ce qu'il y a dans leur nourriture.


Selon la FDA : le nombre de calories dans le menu se dirige vers votre chemin

Vous pouvez essayer de fermer les yeux, mais il sera bientôt beaucoup plus difficile d'ignorer les calories contenues dans les aliments que nous commandons dans les chaînes de restaurants – restaurants assis et fast-food, ainsi que d'autres magasins d'alimentation au détail – à travers le pays.

C'est parce que la Food and Drug Administration a publié de nouvelles réglementations exigeant que les restaurants et les établissements de vente au détail comptant 20 emplacements ou plus, y compris les dépanneurs, les cinémas et même certains supermarchés qui vendent des aliments préparés, doivent inclure des informations sur le nombre de calories dans leurs menus et leurs tableaux de menu.

Les règles, qui entreront en vigueur dans environ un an, s'étendent même aux chaînes de pizza (à leur grand désarroi), aux parcs d'attractions et, éventuellement, aux distributeurs automatiques – donc à peu près partout où vous prenez de la nourriture sur le pouce, la vérité vous trouvera . La question de savoir si cette vérité vous rendra libre de vous livrer avec abandon ou vous incitera à commander plus sainement est une question ouverte.

Jusqu'à présent, les recherches sur la façon dont les consommateurs réagissent à l'étiquetage des calories – déjà en pratique dans certaines villes américaines – n'ont pas brossé un tableau tout à fait clair.

"En général, les études montrent que lorsque vous mettez des calories sur les tableaux de menu, seulement environ 30% des consommateurs les remarquent", a récemment déclaré Sara Bleich, professeur agrégé à la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, à The Salt de NPR.

Cependant, les personnes qui prennent note du nombre de calories peuvent se retirer des options riches en calories au profit de celles qui ne font pas de régime. Et ceux qui sont moins motivés peuvent encore profiter des avantages des nouvelles règles : en prévision, les restaurants ont volontairement ajouté des options à faible teneur en calories à leurs menus ou réduit la teneur en calories des articles existants, note Bleich, citant sa récente étude montrant qu'en 2013 , de nouveaux éléments de menu de chaînes de restaurants cadencés à environ 60 calories en dessous des options de menu existantes.


Avantages et inconvénients du nombre de calories dans les menus : votre restaurant doit-il fournir des informations nutritionnelles ?

Fournir des comptes de calories sur les menus renforce la confiance entre les clients et fournit des informations à ceux qui ont des problèmes alimentaires particuliers. Crédit d'image : utilisateur d'Unsplash, Dan Gold.

Jenn, propriétaire et chef d'un petit café servant le petit-déjeuner et le déjeuner dans la région de la baie, savait que les choses étaient en train de changer. Au cours des six derniers mois, des dizaines de clients avaient demandé le nombre de calories pour ses éléments de menu, ce qu'on ne lui avait jamais demandé auparavant au cours de ses dix années d'activité. Pensant qu'il serait judicieux de donner à ses clients ce qu'ils voulaient, Jenn a commencé à explorer les options pour effectuer des analyses nutritionnelles sur ses recettes.

Ses amis de l'industrie de la restauration l'ont avertie que le processus d'analyse nutritionnelle pourrait être compliqué, coûteux et prendre du temps. Découragée par les mauvaises expériences de ses amis mais déterminée à satisfaire ses clients, Jenn ne savait pas si elle devait ou non ajouter des informations sur les calories à son menu.

Si vous êtes un restaurateur indépendant comme Jenn, vous vous demandez peut-être aussi si c'est une bonne idée d'inclure le nombre de calories dans votre menu. Alors qu'il deviendra obligatoire en 2018 pour les chaînes de restaurants avec plus de 20 emplacements de fournir des comptes de calories sur leurs menus, les petits restaurants indépendants ne seront pas obligés de le faire. Pour ceux qui peuvent décider par eux-mêmes, il est important de considérer les avantages et les inconvénients de l'utilisation du nombre de calories dans les menus afin que vous puissiez faire le meilleur choix pour votre restaurant.

Peser le pour et le contre du nombre de calories dans les menus

De plus en plus de restaurants indépendants incluent le nombre de calories dans leurs menus, en particulier après le retard de la FDA dans l'application des lois d'étiquetage obligatoires pour les chaînes de restaurants. Un grand nombre d'Américains ont été déçus par le ralentissement, et lorsque les petites entreprises ont eu vent du désir du public d'une plus grande transparence de la part des restaurants, beaucoup ont pris des mesures volontaires pour fournir des comptes de calories sur leurs menus. Mais certains restaurants, en particulier ceux pour lesquels l'étiquetage des calories sera obligatoire, ont été soulagés de ne pas avoir encore à céder.

En tant que petit restaurant indépendant, il est important d'être conscient des deux points de vue afin que vous puissiez prendre une décision éclairée quant à l'opportunité d'inclure le nombre de calories dans vos menus.

Certains des avantages de présenter des informations sur les calories dans votre menu comprennent :

  • Fidéliser les clients : Fournir des comptes de calories sur les menus indique aux clients qu'il existe un niveau de transparence dans votre restaurant, ce qui rend ceux qui sont préoccupés par le nombre de calories plus susceptibles de revenir et de devenir des clients fidèles.
  • Aider à prévenir et à inverser l'obésité : Plus d'un tiers des adultes américains sont considérés comme obèses. Fournir des comptes de calories sur les menus rendra les consommateurs plus conscients de la quantité qu'ils consomment et peut les aider dans leurs efforts pour s'en tenir à un régime restreint ou à faible teneur en calories.
  • Répondre aux désirs des consommateurs : Un certain nombre de rapports de consommation ont régulièrement révélé que plus de la moitié du public américain est en faveur d'un comptage des calories sur les menus et les planches des restaurants. Et avec cet intérêt croissant pour la santé et le bien-être, nous ne pouvons que nous attendre à ce que ce nombre augmente.

Bien sûr, il y a deux côtés à chaque argument. De nombreux restaurants se sont également plaints des inconvénients potentiels liés au nombre de calories sur leurs menus, notamment :

  • Informations nutritionnelles limitées : Le nombre de calories à lui seul n'indique pas à quel point un repas est nutritif. Certains aliments riches en nutriments, comme les noix et les graines, sont riches en calories mais ne sont pas mauvais pour la santé. De plus, les grains entiers sains sont plus caloriques que les produits céréaliers raffinés. Les convives peuvent ne pas en tenir compte lorsqu'ils font une sélection et pourraient confondre l'option la moins calorique comme étant nécessairement la plus saine.
  • Résultat financier potentiel : Faire analyser des plats sur le plan nutritionnel peut coûter cher, en particulier lorsque vous faites appel à un laboratoire alimentaire ou à un consultant indépendant. Les restaurants peuvent également avoir besoin de réimprimer leurs menus et leurs tableaux d'alimentation, ce qui contribue aux coûts.
  • Investissement en temps : Si vous envoyez votre nourriture à un laboratoire, utilisez un logiciel de CD-ROM à forte intensité de main-d'œuvre ou sous-traitez à un consultant, l'obtention des résultats de l'analyse nutritionnelle peut prendre jusqu'à un mois. Le temps passé à accomplir ce travail pourrait enlever des tâches quotidiennes importantes.

Ces inconvénients de fournir des comptes de calories dans votre menu sont des préoccupations valables si vous utilisez des laboratoires alimentaires, des consultants indépendants ou des CD-ROM pour effectuer votre analyse nutritionnelle. Cependant, un logiciel d'analyse nutritionnelle en ligne démystifie bon nombre de ces inconvénients potentiels.

Les avantages du logiciel d'analyse nutritionnelle en ligne

Tout d'abord, s'il est vrai que les informations sur les calories ne sont pas nécessairement un bon indicateur pour savoir si un repas est sain, un logiciel d'analyse nutritionnelle en ligne fournit d'autres informations nutritionnelles détaillées que vous pouvez également inclure dans votre menu. Un logiciel comme MenuCalc produit des valeurs en vitamines et minéraux ainsi que la teneur en protéines, en lipides et en glucides. Ces valeurs sont générées automatiquement avec le nombre de calories, afin que vous puissiez fournir à vos convives toutes les informations nécessaires pour faire un choix adapté à leurs besoins alimentaires. Les allégations relatives à la teneur en éléments nutritifs (c.-à-d. faible en gras) et les déclarations d'allergie sont également générées pour chacun de vos éléments de menu.

Deuxièmement, les laboratoires alimentaires et les consultants indépendants peuvent être incroyablement chers (généralement entre 400 $ et 800 $ par analyse de recette), mais les logiciels d'analyse en ligne ne coûtent qu'une fraction de ce prix. Un logiciel tel que MenuCalc propose généralement quelques options de tarification, mais un abonnement mensuel qui vous permet d'analyser autant d'articles que vous le souhaitez coûte aussi peu que 249 $ par mois, et beaucoup moins si vous n'avez pas autant d'articles à analyser. . Cela fait du logiciel en ligne une option accessible pour les restaurateurs indépendants.

Enfin, en matière d'investissement en temps, le délai d'exécution peut être important avec les laboratoires alimentaires et les consultants indépendants. Et pour les CD-ROM, la commande, l'installation et la formation nécessaires pour pouvoir naviguer dans le système complexe peuvent vraiment s'additionner. Avec l'analyse nutritionnelle en ligne, cependant, vous pouvez créer votre compte en quelques minutes et commencer à saisir vos recettes immédiatement. Les résultats sont générés instantanément, il n'y a donc pas de temps d'attente.

Parce qu'il fournit des informations nutritionnelles détaillées tout en étant peu coûteux et facile à utiliser, le logiciel d'analyse nutritionnelle en ligne est un excellent choix pour les restaurateurs indépendants, comme Jenn, qui souhaitent ajouter volontairement le nombre de calories à leurs menus. En fin de compte, Jenn a décidé de fournir des informations sur les calories et la nutrition dans ses menus. Grâce au logiciel d'analyse nutritionnelle en ligne, il s'agissait d'un processus rapide, abordable et simple. Et depuis la mise en œuvre du nombre de calories et des informations nutritionnelles sur ses menus, elle a élargi sa clientèle et renforcé sa clientèle existante. Je suppose que vous ne savez jamais vraiment quels avantages vous pourriez retirer jusqu'à ce que vous essayiez.

Êtes-vous prêt à faire passer votre restaurant à un nouveau niveau avec un nombre de calories et des informations nutritionnelles détaillées ? MenuCalc fournit une analyse nutritionnelle facile à utiliser et abordable pour vous aider à satisfaire vos clients. Nous contacter aujourd'hui pour en savoir plus.


Menu 1500 calories

  • Petit déjeuner -ਂ toast de grains entiers, 1 cuillère à soupe de gelée, 1 cuillère à café de beurre, 1 tasse de thé ou de café, ½ tasse de jus d'orange.
  • Goûter - ½ bagel, 1 tasse de yogourt.
  • Le déjeuner -ਁ oz de poitrine de dinde ou de poulet en tranches, 1 salade de légumes mélangés avec 1 cuillère à soupe d'huile d'olive et de jus de citron, 1 petit pain de grains entiers.
  • Goûter - ½ tasse de fraises fraîches, 1 tasse de yaourt, 1 cuillère à soupe de céréales granola.
  • Dîner -ਃ oz de bœuf, grillé ou grillé, 1 tasse de riz, 1 cuillère à café de beurre, ½ tasse de carottes cuites à la vapeur, salade verte mélangée à l'huile d'olive et au jus de citron.
  • Collation – 1 pomme ou orange.
  • Petit déjeuner -ਁ orange, 1 tasse de céréales à grains entiers, 1 tasse de lait, 1 tasse de fraises.
  • Goûter -ਂ cuillères à café de beurre de cacahuète, 2 galettes de riz.
  • Déjeuner – 1 tasse de soupe aux légumes, 1 oz de fromage mozzarella, 1 salade de mesclun à l'huile d'olive et au jus de citron, 1 tasse de yogourt, quelques craquelins de grains entiers.
  • Collation – 1 pomme.
  • Dîner -ਅ oz de poisson blanc, cuit au four, grillé ou grillé, 1 pomme de terre au four, 1 tasse de brocoli cuit à la vapeur, salade de mesclun avec huile et jus de citron, 1 rouleau de grains entiers.
  • Collation – 3 tasses de maïs soufflé nature.
  • Petit déjeuner -ਂ crêpes avec 1 cuillère à soupe de sirop d'érable ou de tartinade de fruits.
  • Goûter -ਁ tasse de lait, 1 pêche.
  • Le déjeuner -ਆ oz de poisson, grillé ou grillé, salade de mesclun avec 1 cuillère à soupe d'huile d'olive et de jus de citron, 1 pomme et quelques craquelins de grains entiers.
  • Collation – 1 barre de céréales.
  • Dîner -ਂ tasse de pâtes de grains entiers, ½ tasse de sauce tomate, salade de mesclun avec huile d'olive et jus de citron.
  • Goûter -ਁ tasse de lait, quelques cacahuètes.
  • Petit déjeuner - ½ tasse de flocons d'avoine, cuits avec 1 cuillères à café de cassonade, 1 tasse de lait, 1 orange.
  • Goûter -ਁ pomme, 2 oz d'amandes.
  • Le déjeuner -ਁ oz de poitrine de poulet ou de dinde tranchée, 1 cuillère à café de moutarde, 1 tranche de pain de blé entier, 2 tranches de tomate, 1 ½ tasse de légumes crus tranchés.
  • Goûter - ½ tasse de lait, 1 tasse de fraises.
  • Dîner -ਃ oz de poitrine de poulet sans peau, cuite au four, grillée ou grillée, 1 pomme de terre moyenne au four, 2 cuillères à café de beurre, salade de mesclun avec 1 cuillère à soupe d'huile d'olive et de jus de citron.
  • Goûter -ਁ/2 tasse de fromage cottage, 1 poire.
  • Petit déjeuner -ਁ bagel de blé entier, 1 cuillère à soupe de fromage à la crème, 1 tasse de jus d'orange.
  • Goûter -ਁ tasse de yaourt, 1 pomme.
  • Le déjeuner -ਂ oz de hamburger maigre, grillé ou grillé, 1 tasse d'asperges cuites à la vapeur, grande salade de légumes avec vinaigrette au yogourt, ½ tasse de fromage cottage.
  • Dîner -ਂ tasse de pâtes avec 3 oz de crevettes cuites et 1/2 tasse de brocoli, 1 tranche de pain italien, 1 cuillère à café d'huile d'olive à l'ail, salade de mesclun avec huile et vinaigre.

  • Petit déjeuner -ਁ œuf poché, 1 tomate, 1 muffin de blé entier, ½ pamplemousse.
  • Goûter -ਁ tasse de salade de fruits, 1 tasse de yaourt, 1 barre granola.
  • Le déjeuner -ਃ oz de poitrine de dinde ou de poulet tranchée, 1 pain pita, 1 tasse de carottes tranchées et de céleri.
  • Goûter -ਁ pêche, ½ tasse de fromage cottage.
  • Dîner -ਃ oz de fromage, quelques crackers, 1 salade de mesclun à l'huile d'olive et au jus de citron, 1 verre de vin rouge sec.
  • Goûter -ਁ tasse de fraises fraîches.
  • Petit déjeuner -ਁ pain grillé de blé entier, 1 œuf dur, ½ tasse de bleuets, 1 tasse de yogourt.
  • Goûter -ਁ poire, 1 oz de bretzels.
  • Déjeuner – 4 oz de fromage, 1 grande salade de légumes à l'huile d'olive et au jus de citron, 1 tasse de lait.
  • Goûter - ½ tasse de salade de fruits, 1 barre granola.
  • Dîner -ਃ oz de poisson blanc grillé ou cuit au four, 1 ½ tasse de riz, 1 tasse de légumes cuits à la vapeur, 2 cuillères à café de beurre.

Il s'agit d'un menu sain et bien équilibré de 1 500 calories, vous pouvez donc le suivre aussi longtemps que vous en avez besoin !


Le nombre de calories est désormais obligatoire sur les menus et les gens l'adorent/détestent

D'autres informations nutritionnelles, telles que la teneur en matières grasses et en glucides, doivent être mises à disposition par les restaurants, les cinémas et les autres entreprises qui vendent des aliments.

À partir de lundi, les chaînes de restaurants et autres endroits aux États-Unis qui vendent de la nourriture, comme les cafés et les bars à salades des supermarchés, devront inclure des informations sur le nombre de calories dans leurs menus.

La règle est une gracieuseté d'Obamacare, ou la Loi sur les soins abordables, et est mise en place sans entrave par l'administration actuelle. Elle s'applique à toute chaîne de restaurants avec au moins 20 établissements portant le même nom, et ce ne sont pas seulement les restaurants - la règle inclut les cinémas, les épiceries, les distributeurs automatiques et tout endroit qui propose de la nourriture ou des boissons.

Le comptage des calories est désormais obligatoire sur les menus, et d'autres informations nutritionnelles, telles que les lipides et les glucides, doivent être disponibles sur place.

« Les consommateurs peuvent également demander à ces établissements des informations nutritionnelles supplémentaires - fournies, par exemple, sous forme de livret, de document ou sous forme électronique - qui incluent la quantité de sodium, de fibres, de sucres, de glucides totaux, de graisses saturées et de protéines pour tout élément de menu standard. ", selon la FDA.

Bien que certains endroits à travers le pays aient déjà rendu cet étiquetage obligatoire, notamment à New York, c'est la première fois qu'il sera appliqué à l'échelle nationale. Certaines chaînes ont déjà fourni ces informations, telles que McDonald's, Panera Bread et Starbucks.

L'idée est que les gens peuvent faire des choix alimentaires plus sains s'ils en savent plus sur ce qu'ils consomment. Selon la FDA, les gens consomment environ un tiers de leurs calories à l'extérieur de la maison.

La recherche suggère que l'inclusion d'informations nutritionnelles dans les menus peut réduire la consommation de 30 à 50 calories par jour, selon le Washington Post.

"Je crois sincèrement que la connaissance est synonyme de pouvoir et que le fait d'avoir des informations peut permettre aux consommateurs de faire un choix éclairé", a déclaré à BuzzFeed News Vandana Sheth, diététiste et porte-parole de l'Académie de nutrition et de diététique.

Elle a dit qu'il peut être difficile de savoir ce qu'il y a dans la nourriture des restaurants, donc le nouvel étiquetage est particulièrement utile aux personnes qui suivent ce qu'elles mangent.

"Beaucoup de mes clients qui essaient de manger sainement, de perdre du poids ou de surveiller leur glycémie pour le diabète. S'ils ont cette information, c'est quelque chose qu'ils peuvent prendre en compte", a-t-elle déclaré.

Cependant, tout le monde n'est pas fan – certains y voient une portée excessive du gouvernement et un fardeau pour les propriétaires d'entreprise. En 2011, Andrew Puzder, PDG de Carl's Jr., a déclaré que les règles sont "l'une de ces réglementations de l'État des nounous conçues pour résoudre un problème qui n'en est pas vraiment un".

Pour beaucoup de gens, cependant, c'est un changement bienvenu.

Je suis confus par le nombre de personnes qui s'opposent avec véhémence au nombre de calories dans les menus. Cela m'a été incroyablement utile alors que j'essaie de rester dans les limites de mes calories cibles. L'ignorance n'est pas le bonheur dans ce scénario les gars.

05:59 PM - 07 May 2018

Calories on the Menu

In today’s busy world, Americans eat and drink about one-third of their calories from foods prepared away from home. In general, these foods provide more calories, sodium, and saturated fat than meals consumed at home. For the average adult, eating one meal away from home each week translates to roughly 2 extra pounds each year. Over the course of 5 years, that’s 10 extra pounds.

Calorie labeling on menus can help you make informed and healthful decisions about meals and snacks. So, beginning May 7, 2018, calories will be listed on many menus and menu boards of restaurants and other food establishments that are part of a chain of 20 or more locations. This will help you know your options and make it easier to eat healthy when eating out.

Here are steps for making dining out choices that are healthy and delicious:

  1. Find out your calorie needs
  2. Look for calorie and nutrition information
  3. Make the best choice for you

Find Out Your Calorie Needs

Knowing your calorie needs is important to managing your daily food and beverage choices. You can use 2,000 calories a day as a guide, but your calorie needs may vary based on your age, sex, and physical activity level.

To find out your specific calorie needs, use the Estimated Daily Calorie Needs table (PDF: 2.63MB).

Look for Calorie and Nutrition Information

You may have noticed calorie information on some menus or menu boards. Or maybe you have seen nutrition information on restaurant websites or on phone apps. This information can help you make informed and healthful meal and snack choices.

Where will I see the calories?

Calories are listed next to the name or price of the food or beverage on menus and menu boards, including drive-thru windows, and may be at the following types of chains:

  • Chain restaurants
  • Chain coffee shops
  • Bakeries
  • Ice cream shops
  • Self-service food locations, such as buffets and salad bars
  • Salles de cinéma
  • Amusement parks
  • Grocery/convenience stores

Where will I NOT see calorie information?

  • Foods sold at deli counters and typically intended for further preparation
  • Foods purchased in bulk in grocery stores, such as loaves of bread from the bakery section
  • Bottles of liquor displayed behind a bar
  • Food in transportation vehicles, such as food trucks, airplanes, and trains
  • Food on menus in elementary, middle, and high schools that are part of U.S. Department of Agriculture’s National School Lunch Program
  • Restaurants and other establishments that are not part of a chain of 20 or more

What about meals with multiple options?

When a menu item is available in different flavors or varieties (for example, vanilla and chocolate ice cream), or includes an entrée with your choice of side items, such as a sandwich that comes with either chips, side salad, or fruit, the calorie amounts will be shown as follows:

Deux choix
Calories are separated by a slash
(for example 250/350 calories)

Three or More Choices
Calories are shown in a range
(for example 150-300 calories)

Will information about other nutrients also be available?

In addition to calorie information, covered establishments are also required to provide written nutrition information such as saturated fat, sodium, and dietary fiber to consumers upon request. So, when eating out, don't hesitate to ask for more nutrition information if you need it.

Make the Best Choice for You

Eating healthy comes down to personal choices. Try these tips to help you make the best choices for you and your family.

Comparing calorie and nutrition information can help you make better decisions before you order.

Side dishes can add many calories to a meal. Steamed, grilled, or broiled vegetables and fruit are often lower-calorie options. With calorie information, you can make the best choice for you.

Calorie information can help you decide how much to enjoy now and how much to save for later.

Asking for sauces or salad dressings on the side lets you choose how much to use.

Foods described with words like creamy, fried, breaded, battered, or buttered are typically higher in calories than foods described as baked, roasted, steamed, grilled, or broiled. Use calorie information to help you make the choice that is right for you.

Calories from beverages can add up quickly. With calorie information, you can find lower-calorie options.


Calorie Counts on Menus: Good or Bad Psychology?

My husband and I were having dinner with friends from out of state the other night. They had taken an elderly relative to a restaurant where calorie counts were listed next to every item on the menu. “Is it true that this is the law now in NY?” they demanded. “It’s completely crazy! Made us not want to eat anything!”

Regulations requiring chain restaurants to post calories on their menus are national, although some states have stricter requirements than others. But are they actually helpful? Or is there a possibility that they could do some serious damage to individuals already struggling with eating issues? Might there be a better way to manage the unhealthy eating that is traditionally served up and practiced in many of these restaurants?

Recent research suggests that the answers to these questions are “yes,” “yes” and “yes.”

In one study reported in The American Journal of Preventive Medicine and the Health Behavior News Service, customers in some fast food restaurants and coffee shops were cutting back on calories, often in the form of “add-ons” like sour cream on tacos and additions to coffee drinks. However, in sandwich and burger restaurants, there seemed to be little impact. Not surprisingly, women were more conscious of the calorie counts than men.

According to the report in Health Behavior News, “130 million people dine out daily in the U. S. and it’s estimated that the average U.S. adult eats 4.8 meals per week in restaurants.” Further, “nearly half of all food dollars are used to buy meals outside the home with a third of total calories consumed each day coming from out-of-home food.”Thus it would seem that changing eating habits outside of the home would be crucial to changing weight and eating issues. Yet is calorie counting on menus the best solution?

The dinner conversation with our friends reflected the findings in the research. The women noted that the calorie count made them more conscious of what they would eat. The men said they would ignore it. Someone said that it would take all of the pleasure out of eating and someone else said that they would feel so resentful and rebellious that they would probably over-eat just to prove something , even if they didn’t know who they were trying to prove it to.

Several of my clients who struggle with eating issues say that having the calorie count doesn’t do a thing for them – except, in some cases, to make them feel more ashamed of what they eat. This might seem like a good incentive for someone who is struggling to control his intake, but shame seldom works as a deterrent. If it did, most people who binge eat would have stopped long ago.

Furthermore, for those people who struggle with anorexia or restrictive eating, shame simply reinforces the idea that they are doing a good thing by not eating – even though they actually need to consume more calories.

According to a research group based at Texas Christian University, most studies do not show any evidence that that calorie counts listed on menus significantly changes calories ordered or consumed. They are among a growing group of nutritionists and scientists suggesting that instead of calories, menus display the minutes of exercise needed to burn off the calories in any item listed. Will this work any better? It’s difficult to say.

My own experience, after working in the field of eating disorders for more than thirty years, is that calorie count, whether it’s what we eat or what we burn off, is not the issue. Certainly, most people still do not really understand what healthy eating is all about, and education is paramount. But it will not change cultural and family traditions of binging on huge amounts of unhealthy food as part of any celebration. Nor can it impact the underlying psychological issues that drive much overeating.

Many, many people find comfort and soothing in large quantities of high fat, high calorie food. Others derive a sense of self-worth in their ability to restrict their food intake – even to the point of starving to death. Posting either calories or exercise on menus will not change any of that.

So what can we do? I think it’s time to recognize that to focus on calories, either consumed or burned, is not enough to change our eating behavior. It is important to change our national unhealthy eating behavior. Education, starting with very young children, is crucial. What that education is, however, is still unclear. I would suggest that it has nothing to do with calorie count, but learning more about healthy portions would probably help a lot. It is part of our culture to think of more as better – educating ourselves and our children to taste and appreciate each bite of a more limited amount could be a useful approach.

It would also be helpful to let go of thinness as the holy grail of health. As a report in the Journal of the American Medical Association tells us, healthy bodies come in all sizes – as do unhealthy ones. Oz Garcia, writing for the Huffington Post, says it: “Being thin does not equate to good health.” As an example, he notes a study reported on Time.com that some lean people have a higher risk than their overweight friends of developing type 2 diabetes and heart disease.

This of course does not mean we should start eating more fatty foods and stop exercising. But it does mean that we need an overhaul of our national and personal attitudes towards health and beauty. Susie Orbach’s classic book Fat is a Feminist Issue is, paradoxically, no longer just about women. It’s about our attitudes and our psychology. It’s about what we understand about health and general well-being. It’s about marketing and choice. In a fascinating article in the New York Times Michael Moss tells us that junk food companies have learned that people may talk about healthy eating (which changes, by the way, from concern with fat to concern with sugar to concern with hormones to concern with something else), but that what we buy is what tastes good to us. And that generally includes sweet, salty and fatty foods.

As I have studied and written about the psychodynamics of eating behaviors, I have become convinced that the way we eat is directly tied to how we soothe ourselves. Eating behaviors can feed on themselves, so to speak, and can become habitual and even addictive soothing techniques. So maybe it’s time for us to look not at what the restaurants, news, politicians and big businesses are telling us about the foods we eat, but to consider our own needs. And what is really best for us.


Dinner recipes

We have more than 30 delicious, flexible dinner ideas with step-by-step and instructions to help you make quick, healthier family dinners.

And to get you started, we have a special selection of recipes for each day of the week all updated to include just the essential ingredients.

It only takes around 30 minutes to get food on the table for many of them, and we've made it easy to see which ingredients are "swaptional", so you know when you can swap ones you don't have for ones you do, or just leave them out entirely &ndash perfect for when you need a quick dinner with what you have to hand.


Voir la vidéo: JE MANGE NIMPORTE QUOI (Octobre 2021).